Accueil » Surveillance citoyenne » Affaire de la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès ou la haine du masculin
Antiféminisme Aimeles

Affaire de la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès ou la haine du masculin

Publié le 14 octobre 2019 par Léonidas Durandal à 23 h 09 min

de cette affaire. S’il n’était qu’un simple justiciable, il aurait été oublié depuis longtemps, voire pardonné. Au contraire, son emprise sur l’imaginaire de notre société a tendance à croître parce que nos soeurs n’ont pas été vengées. Elles attendent avec impatience son arrestation pour atteindre tous les hommes à travers lui en utilisant leur concept de « féminicide », véritable appel au sang.

Pourquoi nos institutions ont-elles commis une telle bourde ?

Les journaux ont fait leur autocritique, ils se sont trompés de coupable, ils ont fait amende honorable. Seulement comment ne pas penser qu’ils ont été emportés dans leur erreur par un sentiment puissant de haine, terrible, prêt à se déverser sur un innocent attrapé au hasard. Une haine du masculin oui. Car si nous ne possédions pas des tests ADN, si nous étions encore à l’époque récente de la peine de mort, nos journaux auraient contribué à faire passer à l’échafaud un innocent.

L’histoires fourmille « d’incidents » de ce genre où un pauvre type a dû payer le crime à la place d’un vrai coupable, des cas où les institutionnels ne se sont pas penchés sur la vérité, mais où ils ont cherché à marquer d’un sceau médiatique la toute puissance de la société. Un policier ne le dit-il pas suite à cette erreur : les empruntes digitales restent plus fiables que la génétique ! Sous-entendu, nous ne sommes pas responsables, et les journalistes ont été trop vite. Ou alors, les policiers écossais ont commis une erreur dans leur communication. En tout état de cause, rassurez-vous bon peuple, la machine sociale fonctionne bien, toujours, et elle ne peut condamner des innocents.

Et pourtant… nos chroniques judiciaires, en tout cas celle que je tiens depuis 4 ans, regorge d’exemples de condamnations sans preuve, et je dirais même, de plus en plus. Les coupables fabriqués sur demande le sont pour des raisons politiques, mais surtout à cause d’une haine et d’une vengeance qui, selon les statistiques de l’observatoire national des prisons, se concentre très majoritairement sur des hommes. Le vernis de la civilisation s’écaille et laisse de plus en plus entrevoir une violence de moins en moins contenue, contre le masculin.

La volonté sacrificatrice n’a pas disparu de notre société

Xavier Dupont de Ligonnès a fait l’objet de 1000 signalements jugés assez crédibles pour être recensés. 1000 personnes , certainement de bonne foi, se sont trompées pour accuser 1000 innocents, dans la rue, aperçus furtivement dans un monastère (évidemment), et ailleurs, personne ne connaît les détails exacts à part les forces de l’ordre chargées de ces affaires.

Cependant, le moins que l’on puisse dire, est qu’il navigue plus encore dans les esprits que dans le monde réel, que la traque se poursuit et j’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer, qu’elle vous concerne. Car l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès ne satisfera jamais au désir de vengeance qui sourd du comportement de ces Français, des médias et de nos institutions contre les pères.

Confondre ces deux photos, c’est vouloir voir un coupable en n’importe qui

Lorsqu’autant d’anonymes croient le voir dans le regard d’un inconnu qui lui ressemble de très loin, il est à augurer que ceux-là ne cherchent pas la justice, mais un coupable. Ils ont soif de s’identifier au camp du bien, celui qui ne se trompe jamais, qui ne fait pas d’erreur, et qui rejette ses malheurs sur les autres, sur son prochain. Ils voient en chaque homme croisé, un possible criminel. Et ils veulent sa mort, plus ou moins directement.

La justice politisée est encore plus à craindre que le gouvernement des juges

Autant dire que le travail d’humanisation dans notre société a beaucoup d’avenir si nous espérons entretenir des relations tout juste humaines. En tout cas, il devra se faire en dehors des tribunaux puisque ceux-là sont justement devenus le centre névralgique de la répression des innocents, et de la protection des coupables.

Car quand nos juges impartiaux ne chargent pas de pauvres ères pour de petites infractions commises dans une intimité qui ne « >

Lire la suite

9 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Christophe Ruggia nie toute agression, reconnaît une « erreur » et demande pardon à Adèle Haenel" L'Obs du 06/11/2019.

    Les journalistes viennent de faire la même erreur à 2 semaines près. C'est un homme. Il est coupable quand bien même les accusations seraient complètement ridicules (et même s'il lui avait donné un baiser dans le cou étant donné leur proximité, ou mis la main sur une cuisse ?) Cette femme lesbienne ne savait pas ce qu'était un homme. Et elle ne le sait toujours pas. Le propre d'une lesbienne. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Dieudonné : L'affaire Dupont de Ligonnès" Dieudonné du 15/10/2019.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "En un coup de pied, une Libanaise devient le symbole des manifestations" AFP du 18/10/2019.

    "Hannah, 24 ans, s'est sentie encouragée à se battre contre «une société patriarcale». «Nous ne devrions pas avoir peur de frapper un homme, nous ne devrions pas avoir peur d'eux», a-t-elle confié. «Il est temps de montrer notre force»."

    Suite à la guerre, jamais la proportion de femmes n’a été aussi importante dans ce pays. Ceci expliquant et la guerre et ce genre d’attitude.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    ""Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l'idiot !" : la lettre lunaire de Trump à Erdogan" AFP du 17/10/2019.

    Ces personnes qui sont contre l'action de la Turquie, sont prêts à la soutenir parce que Trump a été trop direct/viril face au président turque. Folie complète. 

  5. Ping de Mindstyle de sexe male:

    Dorénavant, n'importe quelle femme pourra pousser un homme à bout afin de réquisitionner à son seul profit le logement familial. 

    https://www.20minutes.fr/politique/2629103-20191016-feminicides-deputes-adoptent-batterie-mesures-contre-violences-faites-femmes

    "Pour le logement, nouveau principe : la victime pourra, si elle le souhaite, rester dans le domicile du couple et il reviendra au concubin violent de se reloger. Si la victime quitte le logement, le texte prévoit à titre d’expérimentation une aide financière : prise en charge de la caution ou de la garantie locative, avance des premiers mois de loyer… Ce dispositif sera testé trois ans."

    Cela nous renvoie à la définition de l'extorsion figurant dans le Code Pénal : fait d'obtenir par violence, menace de violences ou contrainte une signature, un engagement, une renonciation, la révélation d'un secret ou la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quelconque 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Il y a plus de 6 ans, j’avais déjà essayé d’alerter les hommes sur cette question de la mise à la rue des hommes avec cet article ou encore celui là.
      Il faut bien comprendre la mécanique qui est en oeuvre, et qui ne s’arrêtera jamais sans opposition ou sans l’effondrement complet de la société. Vous faites référence à des articles du code pénal. De plus en plus, comme j’essaie de le faire sentir dans mon écriture, la pensée logique s’efface pour laisser place à une indifférenciation toute matriarcale. Elle répond à une perméabilité face à la souffrance féminine, jouée ou réelle. Il ne reste que la violence à opposer à l’utilisation de telles pratiques incohérentes. Voilà vers quoi tend le matriarcat : la violence et le sacrifice. Il y a extorsion et en même temps la loi protège l’extorsion.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.