Accueil » Eglise/Religion » (Autopsie) Daech nous a révélé notre médiocrité
Antiféminisme Aimeles

(Autopsie) Daech nous a révélé notre médiocrité

Publié le 9 janvier 2015 par Léonidas Durandal à 17 h 04 min

l’autorisation des sédations terminales en fin de vie pour des vieux décrépis qu’ils ne sont plus capables d’aimer, ça laisse carrément songeur.

La névrose sociale est complète quand ceux qui disent défendre la liberté d’expression, s’en prennent à ceux qui veulent ne serait-ce qu’échapper à l’envoûtement collectif :

forum

 

Ils ont été nombreux à ne souffrir aucune contestation des minutes de silence et autres journées de deuil… C’est le même stade de maladie mentale que lorsque des associations anti-racistes s’en prennent à Dieudonné M’Balla M’Balla. La France est bien malade. Mais pas de ses boucs-émissaires.

 

En poursuivant sur un des aspects triviaux de cette faillite sentimentale, il y a toute cette guimauve d’une génération qui se rappelle le Cabu de son enfance qui passait à Dorothée, une génération qui semble-t-il a eu du mal à grandir :

 

dorothee-Cabu

Tous ensemble, ils voudraient bien que leurs valeurs leur servent de chemin, et y croire plus que jamais puisque certains des leurs ont été tués :

Mais ce faisant ils oublient à quel point ils défendent du vent qui ne veut rien dire, que la liberté d’expression n’est belle que de ce qu’elle sert, et que Charlie Hebdo était plutôt du côté des terroristes que nos citoyens au coeur de patchouli disent aujourd’hui combattre :

violencea

 

violenceb

 

A noter que ce dessin du dernier numéro de Charlie Hebdo pourrait être considéré comme une “apologie du terrorisme” et donner lieu à des poursuites judiciaires puisque la loi française s’enorgueillit d’un dispositif renforcé en la matière depuis quelques semaines, justement pour lutter contre “les dérives de la liberté d’expression”. Quand notre président se déplace au journal de Charlie Hebdo pour soutenir le journal dans cette épreuve, c’est à se demander si certains n’attendent pas avec impatience que la cocotte minute explose.

Enfin, en matière de populations immatures, il y a eu tous ceux qui se sont dit qu’ils allaient pouvoir se délester de leur haine, en particulier sur l’Islam. Ceux-là ont publié de nouveau les caricatures de Mohammed (Libération, Le Monde, Les Inrocks…). D’autres encore plus débiles s’en sont pris à des mosquées. Et enfin, pompon du pompon, un dernier groupe s’est même permis de rouer de coups un Mohamétan qui voulait participer aux cérémonies de commémoration de Charlie Hebdo (1). D’un autre côté, c’est le même raisonnement que pour notre Eglise dans sa relation avec Charlie Hebdo : quand on cautionne de tels abrutis, ce n’est pas étonnant quand ça vous retombe dessus.

 

Faillite intellectuelle.

Il ne suffit pas d’aligner des mots comme liberté, égalité, fraternité, conscience pour pouvoir les vivre. En l’occurrence, j’ai l’impression que mes concitoyens les agitent un peu sans en posséder un échantillon dans leur vie. Cette agitation ne semble avoir pour but que de les rassurer face au vide intersidéral de leurs existences dénuées de sens (comme vu un peu plus haut). Car en termes de liberté d’expression, combien de minutes de silence imposées à des gens qui n’en avaient rien à foutre ? Combien se sont servis de ces minutes de silence pour se mettre à la tête du politiquement correct ? Combien ne comprennent absolument rien au débat politique qui nous tient et font alterner dans leurs propos les Mohamétans entre le diable et le bon indigène sur qui ils peuvent se payer une bonne conscience ? Combien confondent égalité et indifférenciation en suivant Charlie Hebdo sans bien comprendre ? Quant à la fraternité, laissez-moi rire quand on voit que les Français sont les plus malheureux d’Europe au travail… Non, nous sommes dans une société pour qui le sens ne compte pas, qui voit des morts à la télévision et qui s’émeut de sa propre mort qui aura, elle, tous les aspects d’un sordide abandon organisé avec l’assentiment joyeux de tous. Ces derniers ont l’impression de vivre enfin leur vie à travers les dessinateurs de Charlie Hebdo. C’est bien peu. Ils ont l’impression que leur édifice de liberté égalité fraternité n’a jamais été aussi vivant et plein de sens depuis les assassinats, tandis qu’ils ne vivent pas ensemble et qu’ils mentent, qu’ils n’arrêtent pas de se mentir et qu’ils continueront dès que tout cela aura été oublié. Tiens sans parler de l’Église qui a fait sonner le glas pour ces chiens d’infidèles (de l’humour !), regardez comment ce catho cachalot se débat entre “>

Lire la suite

64 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Pédophilie : un ancien évêque condamné à la prison pour son silence”, Le Point du 23/11/2018.

    Notre société croit peut-être qu’en vidant la confession de sa substance, elle empêchera les crimes pédékirastes ? C’est tout le contraire qui se produira.

    Il doit y avoir des endroits dans la société, où des malades/pervers/déviants peuvent être remis en question sous le sceau de la confiance. Sinon, c’est laisser le loup à ses propres turpitudes. Et le loup ne va pas s’amender, ni avouer. Il n’ira plus en confession. Voilà ce que nous aurons gagné. Et il sera d’autant plus violent qu’une voix alterne ne lui aura pas été opposé. Voilà ce à quoi mène la haine envers l’Eglise.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “La Norvège ne veut pas de ses ressortissants djihadistes”, NDF du 07/06/2018.

    Même la Norvège n’en veut pas. Quel est le sens chez nous de vouloir faire revenir chez nous ces racailles ?

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Le Conseil Constitutionnel autorise à nouveau la constitution de sites djihadistes”, Breizh du 10/02/2017.

    La bureaucratie française n’est pas encore entièrement devenue totalitaire. C’est une bonne nouvelle.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.