Accueil » Surveillance citoyenne » Autopsie du féminisme dans nos journaux français
AIMELES Antiféminisme

Autopsie du féminisme dans nos journaux français

Publié le 21 octobre 2014 par Léonidas Durandal à 22 h 04 min

si immanquablement il écrit pour The Guardian, alors il a effectué tous les hit combos possibles et imaginables du journaliste bien-pensant. Dans mon tableau, j’ai mis entre parenthèses les journaux dans lesquels ces journalistes écrivent simultanément mais aussi parfois le parcours de ceux-là. Je n’ai pas jugé bon de distinguer les deux, car l’information est disponible sur internet et le parcours renseigne sur la formation idéologico/intellectuelle aussi bien que l’état actuel d’une situation professionnelle.

 

liberte presse

 

Depuis l’élection de François Hollande.

Je ne sais pas à quel point les systèmes d’information de ces journaux sont défaillants, mais il semble que depuis 2012, l’arrivée des fémens, l’élection de François Hollande, les unions de duos, le nombre d’articles traitant de féminisme ait explosé statistiquement.

journalisme feminism nouvel obs

Diagramme des articles consacrés au féminisme au Nouvel Observateur. 2012 année phare (avec en arrière plan, un joli canular de la presse féministe).

Ainsi, à partir de ce constat, on peut avancer plusieurs hypothèses de travail pour tenter d’expliquer ce phénomène.

Tout d’abord, les pro unions de duos qui ont accusé la manif pour tous d’avoir monopolisé la scène médiatique, ont certainement fait preuve de la plus grande des mauvaises foi possible. Au contraire, cette loi aura été l’occasion d’une augmentation du nombre d’articles favorables au féminisme et par voie de conséquence favorables au lobby LGBT. Il faudra peut-être reconnaître dans cette plainte concernant la manif pour tous, la détestable habitude déconstructiviste de réécrire l’histoire tout en ne supportant aucune contestation légitime.

Ensuite, la multiplication des débats féministes dans les rédactions a permis aux étatistes-libéraux-libertaires d’échapper au constat objectif de leur échec en matière familiale et économique depuis 40 ans. La succession de sujets futiles écrits par une presse conformiste, sujets propres à rassembler la jeunesse autour du parti socialiste, aura permis de légitimer une gauche vide idéologiquement. La loi sur les unions de duos devant aboutir immanquablement à la marchandisation des grossesses et des enfants, on comprend à quel point l’arnaque intellectuelle aura été poussée loin. Cette jeunesse formée par une élite qui n’en est plus une, pourtant née d’un père et d’une mère, aura foncé droit dans le panneau, l’idée que tout le monde ait le droit de faire ce qu’il a envie dans la vie, lui servant d’unique boussole politique pour justifier le tout et n’importe quoi d’unions mensongères.

Enfin, il y aurait peut-être un retour du féminisme. Ayant échoué en tout, la nomenklatura de gauche se sentirait menacée et tenterait de renforcer son contrôle sur les esprits par des articles tous plus déconnectés de la réalité les uns des autres. Ou bien, l’arrivée d’une nouvelle génération formée au déconstructivisme se traduirait par un phagocytage complet des rédactions (comme au Figaro où les dernières recrues du Figaro Madame réussissent à faire aussi bien que le Nouvel Observateur).

 

Introduction au tableau.

Voilà donc le tableau qui présente seulement 200 articles féministes assez récents, par sujets et par rédaction, avec presque tous un auteur différent, soit 200 personnes qui presque toutes défendent à ce jour des thématiques pro-féministes dans nos journaux… sans compter que ma liste n’est absolument pas exhaustive, qu’il existe des angles d’attaque que je n’ai pas traités, loin s’en faut… sans compter que certains auteurs sont très prolifiques sur le sujet et peuvent avoir publié plus de 500 articles à eux seuls presque tous sur le féminisme (Renée Greusard)… sans parler de la radio, la télévision, les milieux culturels, et toutes les rédactions sur internet et en dehors d’internet que je n’ai pas pu balayer (dont celle du Nouvel Observateur sur internet dont l’antiféminisme n’est pas le plus évident, ou bien celle de Libération qui me rebutait).

En tout ce doit être plusieurs milliers de journalistes français qui défendent l’idéologie féministe dans nos médias, et qui ont produit plusieurs 10aines de milliers d’articles depuis le début du millénaire. Face à cela, il y a un seul fou qui produit une alternative régulière à cette marée idéologique. Moi.

Alors quand certains militants de la condition paternelle me reprochent de ne pas être sur le terrain ou d’être trop « extrémiste », quand j’entends certains dissidents qui disent hésiter à entrer dans la lutte sur le sujet parce que ça n’en vaudrait pas la peine ou que le vrai combat se situerait ailleurs, quand « >

Lire la suite

30 Commentaires

  1. Ping de Hancel de sexe male:

    Où va le féminisme ? Ce matin pendant ma séance de muscu, j’ai pas été trop déçu d’écouter l’émission Réplique de Finkielkraut sur France culture. Extrait :

    « Depuis l’affaire Weinstein, ce magnat hollywoodien qui, pendant trente ans, a profité sans vergogne de sa position de pouvoir pour contraindre des actrices débutantes, ou confirmées, à avoir des rapports sexuels avec lui, et depuis le mouvement Metoo, qui a amplifié le scandale, le combat féministe est à nouveau très présent sur la scène politique mondiale et il n’a pas fait relâche, il ne s’est pas confiné, pendant la pandémie que nous venons de vivre. Ce qui a fait tenir la société, c’est « d’abord une bande de femmes », a déclaré Christiane Taubira…. »

    Lien pour réécouter l’émission :

    https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/ou-va-le-feminisme-0

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Les élus du personnel du groupe Canal+ exigent le départ d’Eric Zemmour de CNews" Le Monde du 21/10/2019.

    Unanimité pour virer un confrère. Il y a pas à dire, la diversité d'opinion est grande dans nos médias.