Accueil » Homme en lutte » Babtou fragile
Antiféminisme Aimeles

Babtou fragile

Publié le 28 septembre 2017 par Léonidas Durandal à 21 h 36 min

Signe des temps, les jeunes d’aujourd’hui ne peuplent plus les clubs sportifs pour faire gagner l’équipe, la nation, le village, mais, et ce qui leur semble naturel, pour l’argent. La gloire s’obtient par la richesse. Dieu sanctifierait les hommes par la grâce. Et ils recevraient celle-ci de mammon. Le libéralisme économique a bien corrompu les âmes à la manière protestante. Etrange retournement des idées de Luther qui dénonçait les excès d’une Eglise catholique finançant ses projets à coups d’indulgences, mais dont la pensée a fini par enrichir, non plus un collectif mais des personnes qui ne veulent même pas se poser de questions. Il en est ainsi en matière de sport, de travail, de famille mais aussi, et plus bizarrement, en matière de souffrances. Etre victime, c’est devenu comme un sport de haut niveau dans notre société, jusqu’à la rémunération.

Mélangée à la tradition catholique, la cuisine protestante a pris une étrange saveur chez nous. Avant, la victime était l’image du Christ souffrant. Aujourd’hui, encore considérée à cause d’une culpabilité dont nous n’arrivons pas à nous départir, elle doit être rémunérée en fonction du malheur subi.

  • 5000 euros si elle a survécu à la tuerie du Bataclan.
  • 2000 si elle était dans les rues au moment des attentats.
  • La victime morte, elle, est payée plus cher en moyenne. De 5 à 30 000 euros. 

Ne me demandez pas à qui va l’argent, pourquoi les morts devraient être payés plus que les vivants, ni quelle est la manière d’évaluer les traumatismes, je n’y entends rien à ce genre de calculs. Toujours est-il que la souffrance a un prix, et que même la mort doit en avoir un en des circonstances aussi rocambolesques que les attentats terroristes de 2015. Si l’autre a touché plus ou s’il a touché moins, il y a récriminations, négociations, sans que le moteur avoué de celles là ne soit jalousie bien entendu…

En tout état de cause, la confrontation fait rage, pour cacher la fatalité des tours de Siloé qui ne cessent de s’effondrer depuis que l’humanité existe. Voici des millénaires que Jésus nous prévient : « Tournez vos regards vers la Vie ». Mais non, non seulement les humains de nos sociétés sont tournés vers le matériel, mais ils veulent faire payer on ne sait quoi pour un drame dont l’État serait responsable.

Telle est l’origine de notre fragilité, et son résultat. L’État nous a pris nos vies, et il doit nous rembourser en cas d’incidents. Personne n’a songé que nous étions en démocratie, et qu’en l’occurrence nos institutions avaient décidé, avec l’assentiment général, de faire la guerre en Syrie et en Libye, tout en finançant dans un premier temps les mêmes terroristes qui allaient se retourner contre nous. S’il y a eu échec, il y a eu échec de la démocratie. Mais cherchant à nous soustraire à nos responsabilités, nous en appelons à toujours moins de responsabilité. Même rafraîchir la mémoire de nos contemporains sur leur niaiserie passée est considéré comme inadmissible. Si nous ne pouvons pas revenir sur nos erreurs, la chute est certaine. 

Il faut dire que la perte d’autonomie s’apprend très tôt. Dans les écoles, nos enfants sont « protégés » à la demande expresse des mamans. Ils le sont si bien que le harcèlement se généralise là où quelques coups de poings dégonflaient hier la baudruche. Du côté des garçons, il en ressort des efféminés qui mettront toute une vie à gagner un peu en virilité, surtout qu’ils ont été formatés par des mères, des professeurs, des juges majoritairement féministes. Si quelques-uns en réchappent, ils seront très vite mis au pas par les contrôles routiers, la justice, la police qui les empêcheront en toute situation de se défendre. Le milieu du travail finira ce triste boulot en formant des bataillons entiers d’ouvriers serviles sous la coupe de quelques tyrans.

Le contrôle social a pris le pas sur la civilité. Le père ayant été évacué de la société, les fils restent orphelins, près de leurs mères, avides de boire à la mamelle de Marie pour mieux se protéger d’un monde qu’ils ne savent plus affronter. Et pour cause. La répression est d’autant plus féroce que les consciences se veulent tranquilles. Le totalitarisme se définit par l’absence de tolérance à une quelconque idée qui viendrait le remettre en question. Nous n’y échappons pas dans notre cadre démocratique. Le politiquement correct joue le même rôle que la propagande dans les dictature, et il ne souffre “>

Lire la suite

74 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “A Blagnac, le jeune preneur d’otages désormais en garde à vue”, L’Express du 07/05/2019.

    Voilà une histoire comme je les aime. Un voyou étranger qui a un désir profond de France, de justice, et qui ne sait pas comment l’exprimer autrement que par la violence.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Chronique d’un flic – Quand la provocation se banalise”, Le Point du 07/05/2019.

    S’ils voulaient arrêter d’être aimés, il y aurait certainement moins de bavures, moins d’abus de la loi, moins d’erreurs en général.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Bare knuckle boxing : la castagne sans prendre de gants”, Libération du 02/05/2019.

    Moins dangereux que la boxe à long terme et plus scarifiant. Un retour au réel en somme.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo coub) “Voudrais-tu être un homme de temps en temps ? Et toi ?” hercigprimas du 30/06/2018.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo Coub) “Désolé d’être blanc, désolé d’être un homme”, Raider911 du 28/03/2019.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.