Accueil » Homme féministe » Carmen ou la féminisation politique de la culture
Antiféminisme Aimeles

Carmen ou la féminisation politique de la culture

Publié le 5 janvier 2018 par Léonidas Durandal à 19 h 07 min

     Je me souviens de commentaires hilares refusant l’idée que les « stéréotypes de genre » puissent être changés dans nos grandes oeuvres culturelles. Selon eux, ce travail de déconstruction n’aboutirait à rien car les dites oeuvres perdraient tout sens et toute saveur.

     Voilà quelques semaines, les féministes dénonçaient le baiser du prince envers la « belle au bois dormant » comme d’une agression sexuelle. Avant cela, elles avaient remis en question les images d’hommes et de femmes dans les manuels scolaires, jugeant que les femmes étaient trop montrées à faire le ménage, et que les hommes y étaient sureprésentés en nombre. Désormais, c’est « Carmen » qui est attaquée.

     La passionaria de l’amour n’aurait pas le droit d’être tuée en scène, parce qu’elle aurait été victime de la jalousie du bellâtre. Non, ce serait montrer une femme victime d’un homme. Tout juste de l’ordre de l’impensable. Au contraire, il faudrait qu’elle ait le dernier mot à la fin, en se défendant et en le tuant.

     Le crime passionnel a droit de survie, mais si une femme l’accomplit. Le metteur en scène exécute donc notre Don José international et remet le prononcé de la culpabilité de Carmen entre les mains du public. Comme pour Alexandra Lange ou Jacqueline Sauvage dans la vraie vie, il est à penser qu’il l’acquittera.

 

               Le fantasme

     Le culte d’une déesse mère, intouchable, protectrice, guide des âmes égarées, quand bien même celle-là serait assassin, peut-être surtout si elle est assassin, a de beau jour devant lui. L’idée de toucher une femme, ne doit même pas pouvoir venir à l’esprit du public. Les hommes eux, sont interdits de sentiments tumultueux. Ils n’ont pas le droit d’éprouver de la jalousie, mais surtout de déraper en cas de provocation, ou tout simplement, de se défendre lors d’une agressions physique. Au cas où ils le feraient, leur assassinat est jugé légitime.

 

               La prison mentale

     Si l’homme se plaint, la police lui rit au nez. « Vous êtes un homme, vous pouvez bien vous défendre ». Et s’il se défend, il doit s’entendre dire « Monsieur, vous avez commis des violences conjugales ». Tel est la manière dont les esprits masculins sont aujourd’hui incarcérés. Ils sont renvoyés à leur masculinité quand il s’agit d’éveiller en eux le sentiment de leur propre supériorité. S’ils ont le malheur d’user de cette soi-disant supériorité, la société les sanctionne impitoyablement.

     La manipulation consiste à jouer sur l’orgueil du petit garçon durant l’enfance : « un garçon ça ne pleure pas, un garçon c’est fort, un garçon ça doit protéger sa maman » puis à le laisser sans défense face à la réalité.

     Car dans la réalité, les femmes ne veulent pas voir les hommes pleurer parce qu’elles veulent surtout être rassurées et qu’elles ne s’assument pas. Et puis, un homme qui pleure, c’est un homme qui peut leur faire concurrence en assumant ses sentiments et en faisant preuve ainsi d’une certaine supériorité morale. Dans la réalité encore, la force physique est méprisée. Elle est l’apanage du serf. Dans la réalité enfin, la mère des temps heureux se transforme inévitablement en médiocre compagne, surtout par les temps qui courent. Du garçon à l’homme adulte, il y a un tel chemin…

 

Carmen, tout un symbole

     Le meurtre de Don José sanctionnait déjà un homme esclave de sa passion pour Carmen. Déjà à l’époque, Carmen gagnait en le faisant céder à la provocation. Chacun en était quitte pour une leçon : Carmen par la mort, Don José par la condamnation et le malheur, quant au public, il savait à quoi s’en tenir en matière de passion. La pièce de théâtre restait « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

12 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Gros débat en Allemagne : faut-il effacer ce poème jugé sexiste du mur ? », L’Obs du 21/05/2018.

    Non seulement ces femmes ne veulent pas être aimées des hommes, mais elles interdisent aux hommes d’aimer les femmes.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    ( vidéo) « Perles de Culture #161 : Rififi autour du film « Marie Madeleine » » tvliberté du 04/04/2018.

    Saint Pierre est nègre, Marie Madeleine est féministe. La liberté de l’auteur je vous dis

     

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Eddy de Pretto : « Je veux être reconnu, je veux qu’on me regarde » », L’Obs du 02/03/2018.

    La journaliste fantasme sur cette « nouvelle forme de virilité ». Elle parle même de sa sexualité alors qu’il ne semble pas trop vouloir en faire un étendard, tout en se dédouanant de l’avoir fait. L’homosexualité politique a encore de beaux jours.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Le Cinéma réactionnaire (tout ce que vous ne verrez plus au cinéma) », Zoba tv du 06/02/2018.

  5. Commentaire de sansmoi@jesuisrien.com:

    Monsieur Léonidas,
    Grand commandeur de l’Ordre de la Testostérone,
    Votre éminence phallocratique,
    Male toxique parmis les males toxiques,
    Cher Léo,

    Un soir en sortant de ma voiture, j’ai posé par flegme ma canette de coca dans la rigole du trottoir. Ma compagne, éco-féministe patentée, m’a fait une scène, je polluai…. Je lui ai alors répondu que je ne polluai pas, car ce que je venais de faire n’étais que d’avoir déplacé quelques atomes dans l’univers. Que finalement je ne polluai pas plus que lorsqu’elle ouvrait fermait la porte de la voiture. J’avais simplement changer la disposition des atomes dans un continuum espace temps.

    Elle m’a répondu que j’étais bête. J’ai pensé qu’elle était une éco-féministe idiote.

    Le transhumanisme c’est aussi une question d’atomes.

    Nous en changeons la combinaison, l’assemblage, la disposition. Mais il ne dépasse rien. Il change l’ordre des atomes. A moins de croire à un plan divin, cet ordre n’a pas grande importance. Mon hubrisme, mon cynisme, mon nihilisme d’homme moderne.

    Trêve de plaisanterie. Les statistiques 2017 sont sorties. https://www.pornhub.com/insights/2017-year-in-review .

    C’est désormais officiel ! Même le porno se met au féminisme. On va presque y croire que les mecs cherchent en priorité du porno féminin.

    2018 commence fort, très fort.

  6. Commentaire de Frankiki:

    « La planète des Singes  »

    Ian Kershaw dans son oeuvre en deux volumes « Hitler » nous décrit comment l’Ancien monde d’Allemagne passe au début du XXéme siècle de la monarchie impériale à (et au travers d’un passage par le IIIème Reich)  une « république moderne » et social socialiste ainsi que productivo/capitaliste ,,,,

    Cela ne va pas sans mal et maux , c’est le moins que l’on puisse dire ,,,,

    Tout ce que vous décrivez dans cette article et à quoi vous faites allusion me fait penser à cette analyse historique « suffisamment objective »

    Nous sommes,  semble t’il,  en plein « Passage » d’un « Monde » à  un autre,  avec forcément tout les excès que ce processus  implique ,,,

    Ce « Passage » quelque peu délirant des « Adolf Féministes » ressemble à une « révolution excessive » ,,,

    La Révolution il y a ceux qui l’a font et ceux qui en profitent ,,, Vers quoi nous emmènera tout cela  ???? That’s the question , car il y aura un avant et un après inéluctable ,,,

    Tout cela couplé aux technologies médicales , à la conscience du « Monde en collision » (Velikovsky) , (Il faut essaimer sur Mars ,,,)

    à la conscience de la finitude physique et cosmologique de l’Humanitude via le déclin physique Terrestre (c’est notre faute ,,,)

    ,,,Touts est lié ,,,

    ,,,, l’Occident est racine de tout les maux ,,,,  les blancs sont mauvais ,,,,, les animaux sont victimes  ,,,,   les Hommes sont Responsables ,,,

    Bref ,

    et si l’Humain n’avais d’intelligence que celle du singe dont  il descend ?   ça expliquerait bien des choses sur la « connerie humaine » tout azimut ,,,

    L’intelligence,,  un Mythe ,,, L’ingéniosité oui ,,,  (Les corvidés sont aussi très forts !)

    la Sagesse humaine  ne sied qu’aux romans ,,,

    Pure imagination ,,,

    Et  les Dieux ont une tronche d’Humain , nous vla bien  ,,,

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription