Accueil » Etat de droit et politique » (censure) « Sale youpin » : est-ce une insulte à caractère racial  ?
AIMELES Antiféminisme

(censure) « Sale youpin » : est-ce une insulte à caractère racial  ?

Publié le 26 septembre 2019 par Léonidas Durandal à 9 h 41 min

le plus grand des anti-racistes. Je m’explique.

Si j’introduis l’idée qu’un négro pourrait être un connard, en relief, j’indique donc que d’autres ne le sont pas, et qu’un négro, peut donc être quelqu’un d’honorable contrairement à celui que j’ai en face de moi et qui m’agace. Par là, je m’écarte de tout amalgame. Et finalement, je fais de tous les négros des êtres humains comme les autres, en insultant ce négro là.

En théorie aussi, le terme de connard, ne devrait pas être considéré comme insultant. Le « connard », c’est littéralement un vagin de femme. Or dans notre époque progressiste où nous envoyons des transmachins à l’eurovision, comment considérer que dire à un homme qu’il est un vagin de femme, pourrait être insultant pour lui de près ou de loin ? Un vagin de femme dans notre société gauchiste, c’est positif, voire une gratification (avec tout l’appareillage qui va avec). Les féministes elles-mêmes ne cessent de le dire.

Comme pour le terme « bâtard », le gauchiste nous a donc habitué à juger des intentions de la personne, de la volonté de blesser, qui n’est qu’une manière de sonder les reins, de juger des intentions, méthode qui ne peut caractériser une infraction légale, mais seulement une infraction morale concernant le prêtre en confession.

Mais admettons que la preuve de la volonté d’insulter puisse être apportée, puisque l’insulte elle, ne pourra jamais être caractérisée dans notre monde de la tolérance. Oui, je dois absolument revenir sur ce point, aucune insulte ne peut être caractérisée dans un monde progressiste car il n’y a ni bien ni mal. Dire à un homme qu’il est une femme, ne peut pas être une insulte dans un monde de gôche, puisqu’être une femme c’est bien, et que changer de sexe, c’est encore mieux. Tout comme être nain, gros, et con. Toutes ces catégories ont le droit d’être reconnues à l’égal des autres dans sa tête tolérante. Elles ne peuvent donc être insultante intrinsèquement dans son esprit. Il ne devrait donc jamais les sanctionner.

Vous comprendrez ainsi deux des conséquences de notre modernité et je vais être là un peu plus chiant puisqu’il le faut pour la profondeur du propos : sans bien et sans mal, il est impossible de vivre en commun puisque tout se vaut, et que rien ne devrait pouvoir être sanctionné, puisqu’aucune différence n’existe. En gauchimie, nous sommes donc condamnés à vivre dans le mensonge ou à faire semblant d’être dans la vérité, ce qui revient au même.

Seulement, et je veux m’appuyer ici sur une expérience bien concrète, pour que le gauchiste règne, il doit tout de même offrir les apparences d’un bien et d’un mal sur lequel il pourra légitimer son pouvoir. Tel est donc le rôle des concepts qu’il développe de « racisme institutionnel » ou de « masculinité toxique ». Ces termes cachent un racisme qui lui est bien réel, et qui s’adresse aux blancs et aux hommes, pour leur faire admettre un monde où « gros », « vagin », « débile », « pédale, travelo » n’est pas une insulte, mais si c’est un homme blanc qui prononce ces mots, cela le redevient. La seule victime de racisme et de sexisme dans notre société, c’est donc l’homme blanc qui n’a pas le droit d’employer des mots que les féministes et les gauchistes revendiquent : comme nègre, clitoris, vagin etc. Conséquemment, la lutte antiraciste cache le seul racisme institutionnel qui existe et qui est dirigé contre l’homme blanc. Soumission.

Mais passons sur ce détail pour un gauchiste et imaginons donc que ces termes puissent être considérés comme insultants, et pour tout le monde, nègres et babtous, parce qu’un juge sera en capacité de déterminer les intentions cachées d’un contrevenant. Il devra donc déterminer s’il y a racisme, c’est à dire s’il y a volonté de considérer que des races existent (racialisme), mais aussi qu’une différence raciale a été injustement évaluée, puisque la vérité ne saurait tenir lieu d’insulte.

Là encore, pour sanctionner quelqu’un, il faudrait faire comme si les races n’existaient pas, ce qui est scientifiquement bien étrange, mais en plus, si un juge acceptait la notion de race, je veux dire s’il faisait comme si elle pouvait être reconnue à un niveau juridique sans exister scientifiquement, il faudrait que cette différence avancée par le prévenu soit considérée « >

Lire la suite

4 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo à voir assez rapidement avant prochaine censure) "Trump Kingsman parody (original unedited, 720p)" BankaiIchigo12345 du 14/10/2019.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le président des Amis du Palais de Tokyo démissionne après un appel à « abattre » Greta Thunberg" L'Obs du 30/09/2019.

    Il n'appelle pas à l'abattre. Il se réjouirait de sa disparition. Comme la planète entière.