Accueil » Etat de droit et politique » (censure) « Sale youpin » : est-ce une insulte à caractère racial  ?
AIMELES Antiféminisme

(censure) « Sale youpin » : est-ce une insulte à caractère racial  ?

Publié le 26 septembre 2019 par Léonidas Durandal à 9 h 41 min

comme inappropriée, fausse, disproportionnée.

Dès lors, vous comprendrez à quel point les lois édictées en France, n’ont ni queue ni tête. Mais revenons-en à l’exemple pour rester clair : si je dis que les naikwés ont une petite bite, alors que des études scientifiques le prouvent, où est-ce que je me situe ?

Durandal travaille activement à l’intégration des futures majorités. Mais cela ne va peut-être pas suffire…

Voilà où il faut que j’introduise la notion de fiction juridique. Afin de s’en sortir, nos juristes gauchistes ont introduit une foultitude d’incohérences dans la loi. Car s’il veulent caractériser une injure raciste, il va leur falloir : faire comme s’il n’y avait pas de races, donc détruire toute notion de science, mais accepter que des différences raciales puissent exister dans le langage, faire comme si le juge pouvait sonder les reins du prévenu, appliquer des notions de bien et de mal artificielles tout en affirmant que le bien et le mal n’existent pas vraiment car nous sommes tous différents.

Difficile. Pour contourner le problème, les associations antiracistes ont abandonné le terme d’injure raciste (légitimant l’existence des races), pour s’approprier celui d’insulte à caractère racial (faisant peser le poids de l’existence de prétendues races sur celui qui profère l’insulte). Et notre cher gouvernement leur a emboîté le pas en modifiant les termes de la loi : l’article R. 625-7 de la loi française ne retient plus le terme de : « race » mais l’a remplacé par les mots : « prétendue race » ; vous devenez alors amendable pour un trait dont il est reconnu par la loi qu’il n’existe pas.

Idem pour la question des pratiques sexuelles de tout à chacun. : nos législateurs ont décidé de « protéger » les personnes en raison « de leur orientation sexuelle » (qui définit une pratique intime mais identifiable), mais aussi de protéger les personnes en raison de leur « identité de genre, » (qui se rapporte à un sentiment individuel de la personne insultée).

L’insulte n’est donc plus objective, mais elle se fonde sur l’humeur de celui qui la reçoit, juge ou plaignant. Voilà une avancée de taille pour le totalitarisme socialiste de toujours qui pousse ses pions dans notre société.

Que la race existe ou pas, vous devenez donc amendable. Vous devenez même amendable au nom d’une identité de genre qui n’est pas reliée à un sexe biologique bien déterminé. Par conséquent, vous devenez amendable pour avoir réintroduit des différences là où la société considère qu’il ne doit plus y en avoir : en matière de sexe, de races. Et en vérité, vous le reconnaîtrez, toute différence doit être pourchassée, ceci au nom de l’égalité (qui n’est jamais qu’une indifférenciation).

Cher lecteur, il faut donc que je fasse une petite pause pour que nous ne nous égarions pas. Notez bien qu’ici, nous sommes dans le domaine, objectif, de la maladie mentale.

Loin de moi l’idée de vouloir supprimer toute sanction en cas d’injure. L’injure est grave si elle encourage un groupe à la violence ou si elle est répétée. Dans le premier cas, elle sanctionne l’utilisation bien peu catholique d’un bouc émissaire social. Dans le deuxième cas, elle sanctionne l’utilisation d’un bouc émissaire personnel.

Plus généralement la société est concernée par le maintient de bonnes relations entre groupes, entre populations. Un harcèlement de groupe à caractère ethnique, religieux ou racial devrait donc être sanctionné par la société.

Mais je ne vois pas notre société se concentrer sur la lutte contre les appels répétés au djihad, au contraire quand notre gouvernement et nos journalistes légitiment des jeunes de banlieues à se battre contre le méchant Assad. Car c’est bien connu, y-a bon Al Nosra.

Loin de faire son travail, ici comme ailleurs, en ce moment, il faut le reconnaître, notre société a la prétention de régenter tous les conflits personnels. Elle tente d’édifier les consciences tandis qu’elle abandonne ses missions régaliennes (il n’y a qu’à voir l’état de notre système monétaire, ou de nos routes si vous préférez).

A ce sujet, la loi concerne aujourd’hui des propos à caractère privés ce qui, vous me l’avouerez, est le comble de la religion. Le religieux gauchiste veut que vous vous confessiez devant ses « >

Lire la suite

4 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo à voir assez rapidement avant prochaine censure) "Trump Kingsman parody (original unedited, 720p)" BankaiIchigo12345 du 14/10/2019.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le président des Amis du Palais de Tokyo démissionne après un appel à « abattre » Greta Thunberg" L'Obs du 30/09/2019.

    Il n'appelle pas à l'abattre. Il se réjouirait de sa disparition. Comme la planète entière.