Accueil » Non classé » Ces hommes violés par la société incapables de se remettre en question
AIMELES Antiféminisme

Ces hommes violés par la société incapables de se remettre en question Mâles alphas et autres conneries

Publié le 20 mai 2021 par Léonidas Durandal à 11 h 39 min

attache. La croyance animale transforme alors l’être humain en animal. Et puis, ce « toujours plus d’indépendance », pour passer du statut de mâle alpha à celui de mâle sigma en quelque sorte, constitue pourtant une régression selon ses propres critères pilule rouge. Enfin, il ne s’aperçoit pas que cette indépendance qu’il demande à corps et à cri, est la même que celle que les féministes revendiquent. Ou comment nourrir le problème, qu’il croit dénoncer. Quand je dis qu’il ne peut y avoir de mouvement masculiniste qui ne favorise les idées féministes…

Un culte ridicule pour la force : dans cet article (« Ne soyez pas comme Bruce », Brandor77), Bruce est pris comme d’un contre exemple. Le pauvre : il a travaillé de manière honnête, a construit sa famille, ne s’est pas trop écouté pour l’occasion, et puis il a fait du gras jusqu’à crever d’un arrêt du coeur à 40 ans. Comme si nous n’allions pas tous mourir un jour dans des conditions plus ou moins pitoyables. Non, il faudrait que nous ressemblions tous à des mâles alphas tellement au-dessus de tout questionnement (je reprends encore ici ce vocabulaire animalier qui nous vient des USA). Or je m’interroge : comment vivre dans un monde où des hommes surpuissants seraient tous en concurrence les uns avec les autres, pour la possession des femelles ? Difficile à dire sans justifier d’une guerre de tous les hommes entre eux (un monde qu’ils subissent d’ailleurs). En vérité, ce genre de « philosophie » cache une mystification : l’homme qui parle ainsi cherche à se valoriser aux yeux des autres en les valorisant : « non, vous, vous n’êtes pas comme ce Bruce qui se laisse aller, vous êtes meilleur, vous devez être meilleur. » Meilleur qu’un bon père de famille qui s’est sacrifié pour la faire vivre… il faudrait parfois réfléchir aux images employées. Ici, l’arnaque qui permet un tel aveuglement, consiste à rehausser l’ego de futurs célibataires dépourvus d’amour propre, qui sont si nuls qu’ils ne peuvent vivre qu’en haïssant le pauvre Bruce, ou n’importe quel bouc émissaire pris au hasard en vérité. Ou quand des ratés, au lieu de chercher à s’élever, essaient d’en rabaisser un autre pour supporter leur vie. La solution ne viendra pas d’une dévalorisation de Bruce. Ni d’une valorisation sur un mode animalier qui concourt à la catastrophe (« Chacun pour soi » au lieu de responsabilité, « Concurrence pour la femelle » au lieu de règles fraternelles, amélioration personnelle dans un déni de la responsabilité de l’autre, « Dénigrement de la femme » sans exaltation de la femme)

Le tout ou rien : « Que votre oui soit un oui, que votre non soit un non ». Je ne parle pas de ce comportement positif ici, mais du manque de nuances dans la réflexion, avant le oui, avant le non. Tout d’abord pensent-ils que leur réussite dépend de leur comportement, puis de la société. Jamais ne se situent-ils dans l’entre-deux d’une pensée complexe. Idolâtrant leur femme dans leur jeunesse, et les femmes en général, ils en viennent à les mettre dans le même panier par la suite : intéressées, vénales, respectant le plus fort etc.. toutes ces caricatures qui ne font pas avancer le problème d’une once, qui prolongent notre erreur en fait.

Et puis, ils confient leur avenir à des considérations personnelles ou bien maugréent contre une société responsable de leur impuissance. Par exemple (« Apprenez de mon expérience : 40 ans, 3 enfants, divorcé », Raven2000), cet homme trouve la rédemption auprès d’une « femme pilule rouge », mais il n’envisage rien de sérieux avec elle : elle peut partir, cela ne lui fera rien dit-il, comme s’il n’était plus impliqué affectivement, comme s’il cherchait une simple consolation auprès d’elle. S’il persiste dans l’échec, la raison en est simple : il ne s’est pas penché sur ses propres défauts. Il ne s’est pas penché sur sa propre faiblesse (lui aussi idéalise d’être un alpha tandis que ça ne veut rien dire). Il n’a pas compris pourquoi il avait été attiré par un profil vénal plus jeune, et quel avait été le véritable enjeu de sa précédente relation. Et pourtant, cet homme qui avouons-le, n’est capable d’aucune introspection, évoque-t-il une solution toute personnelle. Quant à s’engager en politique sur le sujet, en tout cas, son article en est bien loin.

Plus encore, l’androsphère regorge de témoignages sur les femmes, sur comment identifier les salopes (« J’ai été blessée par le « >

Lire la suite

Laisser un commentaire

Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

-

Votre sexe SVP :

-

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.