Accueil » Homme en lutte » Choisir une compagne par amour
Antiféminisme Aimeles

Choisir une compagne par amour

Publié le 6 mai 2020 par Léonidas Durandal à 9 h 16 min

ne se produit pas si souvent que ça. Il est violent, immédiat, instinctif, mystérieux. Chacune de ces rencontres spéciales aura une signification particulière dans votre vie. Peut-être surtout les amours d’enfance. Parce que la sexualité ne vous aura pas encore tourné le coeur.

J’aurais donc envie de vous dire en premier lieu, comme d’une règle sanitaire, de garder contact avec vos amours d’enfance. Ils vous révéleront bien après ce qu’ils signifiaient, ils vous apprendront beaucoup sur vous. Je ne vous dis pas d’entretenir une relation suivie avec chacune des filles que vous aurez aimé, ni de fantasmer quant à une relation impossible, mais de conserver qui d’un contact sur un réseau social, qui d’une adresse, qui de nouvelles par des amis communs, autant que possible. Car qui sait…

En deuxième lieu, je vous conseillerais de regarder votre désir avec objectivité. Avez-vous envie de lâcher la purée dans l’utérus de celle qui vous attire, ou bien avez-vous un sentiment plus élevé à son égard. Il faudra absolument vous concentrer sur les secondes et chasser de votre sguègue la tentation des premières. En général, c’est assez simple à discerner lorsqu’on se pose la question. Car il ne faut pas se perdre dans des relations improductives qui vous écarteront du droit chemin.

Troisièmement, vous devriez prendre en compte votre désir sur toute une vie. Jusque sur votre lit de mort, vous banderez, et vous aurez envie de répondre aux attentes d’une femme. Mais vous n’aimerez pas tout au long de votre existence à l’identique. Au début, vous désirerez trop souvent, puis trop peu. Peut-être à l’inverse d’une femme. Pour un homme, le désir amoureux n’est pas du même ordre que le désir sexuel. Il se délite, il devient distant, froid, résigné, tandis que, comme je l’ai déjà précisé, le désir sexuel vous tiendra en haleine jusqu’au bout.

Quatrièmement, le plus difficile sera de distinguer un désir viable sur le long terme d’une passade. Le désir viable sur le long terme est fort. Mais il rend d’autant plus aveugle. Ici, vous serez certainement le jouet de votre éducation et de la capacité que vous avez eu de prendre du recul sur elle. Car la réussite de votre engagement dépendra pour bonne partie de votre lègue familial en matière sentimentale et de votre volonté à le faire prospérer. Si vous êtes capable de vous autoriser à aimer quelqu’un de bien, c’est merveilleux. Si la passion l’emporte, priez pour que votre héritage affectif et le sien, soient suffisant pour vous conduire à bon port. 

Dans quelle mesure, notre société autorise l’amour ?

Vous imaginiez ce temps révolu, d’une société qui interdirait ou autoriserait les unions au gré de son bon vouloir, privant les individus de l’exercice de leur liberté de conscience. Rien de moins sûr. Dans notre pays, et dans bien des pays occidentaux, la loi castre les hommes qui se séparent d’une femme. Autant dire que vous êtes sous la menace constante d’une intervention étatique qui détruira tout ce que vous avez voulu construire.

Je vous conseille donc premièrement de ne jamais vous marier civilement. Le mariage laïque républicain est conçu, non seulement pour vous asservir, mais aussi pour inciter votre compagne à vous quitter. Si vous vous mariez religieusement en cachette, sachez que l’état peut vous faire condamner, mais aussi valider ce mariage légalement, s’il vient à en être averti (dès que votre femme vous quittera). Eviter le mariage civil, ne vous évitera donc pas de nombreux ennuis, surtout ceux liés à la pression qu’exerceront des mères redevenues célibataires et qui utiliseront vos enfants, mais ça limitera les difficultés en cas de séparation. Dans tous les cas, si vous avez des biens, le passage devant notaire avant vie commune, vous préservera de pas mal de déconvenues. N’y voyez surtout pas un manque de romantisme, point de vue éminemment féminin et intéressé, mais une manière de construire votre maison sur du roc. Certes, vous devrez apprendre la confiance envers votre partenaire, mais jamais ne la tenter. 

Deuxièmement, je vous conseillerais d’être plus pauvre que votre femme, toujours et toute votre vie, même si vous vous séparez d’elle. Car tant que vous aurez des enfants en âge d’être pensionnés, vous serez constamment sous la menace d’un racket en cas de séparation, femmes sans l’ombre d’un remord puisqu’elles n’auront plus de sentiment pour vous, ou qui désireront se venger, « >

Lire la suite

4 Commentaires

  1. Ping de Zirkon de sexe male:

    Oh Durendal. Tu touches mon coeur. Tu donnes du sens au chemin que je mène. Merci à toi.

  2. Ping de Aquila de sexe male:

    C'est l'esprit romain qui a fait la France. Elle n'existait pas avant Rome; c'était juste un amalgame de peuples refusant toute union. C'est les Francs qui ont rassemblé les éléments épars de Rome pour en faire un pays, dont le facteur unifiant était la chrétienté. Rome a été chrétienne, mais pas seulement. Le projet Français c’est Rome, la chrétienté est une modalité; certes essentielle historiquement, mais l’esprit français peut survivre à l’effondrement du christianisme, s’il se reconnecte avec Rome, dans toute ses contradictions, y compris avec son paganisme, paganisme qui était rempli de raison grecque, loin du barbarisme primaire. Francs qui ont rassemblé ces gallo-romains et qui se sont convertis à la religion chrétienne. Une nation, c'est une intention. Refuser cette intention primordiale qui a causée sa formation, c'est détruire ce qui peut faire tenir ensemble le peuple français (et je parle ici des blancs autochtones!). La France, c'est l'éternelle continuatrice de l'empire romain. Si la France disparaît, c'est parce que les français autochtones refusent de comprendre que ce qui les lie, c'est la volonté de "refaire l'empire romain". 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Cela fait quand même beaucoup d’espérances dans votre raisonnement. Elminer le catholicisme qui est le sous-bassement intellectuel de tout Français même à son corps défendant, même devenu fou. Se recentrer sur un paganisme qui est une régression spirituelle par rapport au catholicisme (il n’y a qu’à songer à la nécessité du sacrifice dans le paganisme, de la violence mimétique etc…). Retrouver une Rome qui s’était elle-même perdue depuis for longtemps à Rome et qui vivait depuis des centaines d’années sur ses acquis avant de s’effondrer (alors que la Gaulle commençait à se romaniser, Rome commençait sa longue descente en enfer). Accepter ce liant barbare franc (comment ce faire d’ailleurs sans le christianisme qui a fait le lien entre Rome et les barbares), qui est une régression pour notre époque (si elle n’a jamais été un progrès pour nous).

      Si je songe à un élément fort, une mythologie originelle assez puissante pour faire naître du vivant à partir du mort, je ne vois que Jésus pour réaliser un tel exploit. Sinon, ce sera la régression socialiste, à la sauce confucianiste/bouddhiste. C’est le seul paganisme qui a un tout petit peu de tenue intellectuelle face au catholicisme, ou le socialisme islamique.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.