Accueil » Non classé » (Commémoration novembre 1918) Morts pour rien ?
AIMELES Antiféminisme

(Commémoration novembre 1918) Morts pour rien ?

Publié le 11 novembre 2018 par Léonidas Durandal à 14 h 21 min

débordement. Voilà où nous en sommes avec la gauche révolutionnaire de 1789.

Emmanuel Macron est l’incarnation de ce genre d’hommes qui refuse que nous ayons notre part de combat et de sang, qui exige de gouverner à notre place en se privant lui-même de souveraineté pour la céder à des bureaucraties monstrueuses. Tout cela au nom de la paix. Mais une paix qui n’est que le fruit d’un asservissement, d’une volonté imposée par des puissants qui en retirent tout profit, voilà qui ne peut être appelé paix, mais endormissement, et finalement, remplacement par des populations moins stériles que nous.

Car la large place qui a été donnée à des nègres en cette commémoration n’est pas un hasard. Ils n’étaient qu’une minorité à l’époque à être venus donner leur sang, et les voilà projetés à l’avant de la scène parce que nous sommes remplacés et qu’il faudrait ménager une place à ces nouveaux venus. Or une place dans l’histoire, ne se donne pas. Elle se prend. Si des nègres veulent prendre une part majoritaire dans notre histoire et aussi glorieuse que celle de nos ancêtres, en proportion de leur représentation actuelle, sans exercer un hold-up mémoriel, il va falloir qu’ils la construisent. Et ce ne sont pas quelques mauvais chanteurs de rap qui vont la leur donner, ni des négrophiles racialistes dégénérés déguisés en faux penseurs communistes, et encore moins des dealers ou des féminisés de banlieue qui se reproduisent dans des familles monoparentales abjectes.

De 1914 à 1918, c’est principalement une France blanche catholique et toujours trop laxiste à l’égard de son élite qui a assumé la guerre et le poids de ses erreurs. Ce fait d’arme nous revient presqu’entièrement. Nous en assumons les déboires mais aussi la gloire qu’un Emmanuel Macron s’est évertué à gommer aujourd’hui pour ne pas raviver des sentiments qu’il juge dangereux pour l’avenir des peuples.

L’avenir des peuples, il leur appartient. Il n’appartient pas à la vision d’un seul homme qui lui mentirait pour le diriger. Cet avenir prospérera si nous trouvons les forces de survivre et de nous battre, pas si nos initiatives sont censurées par une oligarchie à bonne conscience.

D’ailleurs, la pacification actuelle ne nous mène pas à la paix. Elle facilite seulement le travail des nations plus puissantes et des peuples moins stériles que nous. Ainsi, cette Europe bureaucrate sans tête a été incapable d’empêcher le moindre conflit quand elle n’en a pas générés comme en Libye et en Syrie, tuant une nouvelle fois beaucoup de gens, toujours au nom de la liberté. L’abrutissement des masses par l’oligarchie n’a pour but que de donner bonne conscience aux nouveaux coupeurs de têtes. Refusons-le et rappelons à Emmanuel Macron qu’il doit le respect à nos morts, à nos ancêtres et aux combats qu’ils ont menés.

Aujourd’hui, le monde ne célèbre certainement pas la paix comme le titrent tous nos journaux, mais le sacrifice, le don de soi, l’abnégation, la force, la victoire de nos glorieux ancêtres face à l’impérialisme allemand. Nous aurons bien besoin de leur courage et de leur exemple dans les années à venir.

5 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Honorer les combattants noirs, nos frères de lutte », Libération du 11/11/2018.

    Notre capacité à humilier les peuples étrangers en faisant preuve d’une arrogance sans mesure, est proprement stupéfiante.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Terrorisme: les morts ont un sens », L’Express du 12/11/2018.

    Le story telling moderne n’est qu’un moyen de donner un sens au chaos pour éviter la dépression.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.