Accueil » Hommes et femmes alliés » Comment les femmes choisissent l’homme de leur vie ?
AIMELES Antiféminisme

Comment les femmes choisissent l’homme de leur vie ?

Publié le 14 juin 2016 par Léonidas Durandal à 17 h 12 min

fait de la vie avec un homme.

hommesvaleurs

Ces valeurs lui sont données en héritage par son père et par sa mère. Si son père et sa mère lui donnent un bon exemple, la femme reproduira cet exemple, tout comme elle reproduira, en général, un mauvais exemple. Dans une famille saine, les femmes favorisent l’accueil de l’autre, ouvrent la discussion, prennent en compte les affects de chacun, adoubent le père auprès de ses enfants etc… Les hommes de ces familles saines sont des êtres moraux, qui font vivre des règles justes entre chacun et s’y soumettent, ouvrent les enfants au monde par le jeu, leur apprennent ces codes sociaux qui leur permettront de s’insérer en société, sanctionnent les manquements, stoppent la discussion quand elle est devenue un moyen d’échapper à la vérité. Les familles de cas sociaux, riches ou pauvres, ne respectent pas ces règles. Elles perpétuent des pratiques favorables au conflit comme délégitimer le père auprès des enfants pour une femme, par des provocations multiples et variées, ou appliquer des règles injustes pour un homme. A noter qu’un homme qui possède de hautes valeurs est très attirant pour une femme, mais que celle-ci n’est pas forcément apte à vivre avec lui du fait de l’exemple qu’elle aura reçu, et/ou de ses manques personnels. Ainsi le preux chevalier doit-il se méfier des femmes qu’il attire et se concentrer surtout sur la réalité de celles qui lui envoient des signes positifs, au risque de se brûler les ailes dans une relation précoce s’il est obnubilé par le désir qu’il a réussi à provoquer chez une femme qui lui plaît. Plus généralement, les femmes vénales iront avec des hommes vénaux, les religieuses avec des religieux, les enfants perdues avec les enfants perdus, les orgueilleuses avec des orgueilleux et ainsi de suite pour les pragmatiques, les abrutis, les intellectuels, les artistes, les baiseurs et tous les autres. Et il vaut mieux qu’il en soit ainsi comme je l’ai suggéré avant. Car imaginez les dissensions qui pourraient naître entre un baiseur et une religieuse, pour ne citer qu’un exemple. Hommes et femmes qui se rencontrent doivent cultiver les mêmes plaisirs, avoir les mêmes intérêts dans la vie, car non seulement ils ne se comprendront pas si ce n’est pas le cas, mais de surcroît ils s’affronteront.

 

4 L’argent/la célébrité/la position sociale

L’attirance des femmes pour l’insertion professionnelle de leur futur mari et plus généralement pour ses revenus, n’est pas une question de vénalité comme le pensent la plupart des hommes quand ils découvrent cet état de fait. C’est une nécessité. giphy2Les femmes ont besoin de sécurité matérielle parce que le maternage n’est pas une activité rentable. Soit les femmes obtiennent une forme de sécurité matérielle auprès de leur mari, soit elles la demandent à la société, qui elle-aussi a besoin d’enfants (en dehors de l’utilisation de l’immigration). La vénalité ne vient qu’en supplément quand une femme contrôle mal ce désir de protection, et fait passer le matériel avant les valeurs positives qu’elle doit cultiver.

 

 

5 Le corpscorps

Dire que les femmes n’aiment pas le corps des hommes, parce qu’elles seraient moins dominées par leurs instincts, est une grosse erreur. Une femme aussi peut entamer une relation inappropriée attirée bestialement par ses hormones et celles de son partenaire sexuel. Une femme normale aime les muscles, la jeunesse, la force, l’esthétique masculine, la puissance qui peut se dégager d’un corps d’homme. Les femmes ne se donnent pas aussi facilement que les hommes parce que justement, le corps a plus d’emprise sur elles, et qu’elles laisseraient ainsi leur partenaire les dominer dans un domaine où elles doivent savoir se faire respecter et désirer. A l’inverse, les hommes peuvent plus facilement baiser sans s’impliquer émotionnellement.

La force physique masculine rassure la nature fragile de la femme qui se révèle, encore une fois, au moment de la maternité. La femme a parfois développé des compétences sentimentales pour compenser cette fragilité. La nature se paye de complémentarité et heureusement que les corps expriment aussi des caractères sinon hommes et femmes seraient encore plus trompés qu’ils ne le sont par le corps des uns et des autres.

 

6 La stabilité émotionnelle/l’instabilité émotionnelle

Les Anglais appellent cela le « shit test ». Une femme qui accepte que vous l’approchiez, va forcément vous renvoyer dans les cordes au cours d’une discussion pour « >

Lire la suite

83 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    ""Je reste avec lui pour son argent"" Marie Claire du 27/05/2020.

    Quinze ans et deux fils plus tard, elle est amoureuse d'un artiste anglais. Mais pourra-t-elle rompre et renoncer au luxe auquel elle s'est habituée ?

    Ô, avec une bonne pension alimentaire, la pilule devrait être beaucoup moins amère…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Chris Rock – Le niveau de confort des femmes" ERTV du 13/10/2019.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    . » »Pénétrer mon copain a changé ma vision de la masculinité » », L’Express du 16/02/2019.

    Pauvre cruche qui accélère son cocufiage et la date du jour où elle va finir seule avec son chat. Tout cela pour avoir à éviter de se remettre en question sur ses goûts d’hommasse. Enfin je veux dire, de femme moderne.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « I met my boyfriend 12 years after giving birth to his child », BBC, 3 janvier 2019.

    Fait divers tout ce qu’il y a de plus sordide : le type vend son sperme à une lesbienne qui peut ainsi s’accaparer son enfant. Comble du sordide, la dite lesbienne est en duo et l’autre veut aussi son enfant. Elles accouchent toutes les deux de leur enfant, et quand le duo se brise chacune garde le sien et sépare à jamais la fratrie. Evidemment, à l’âge de l’adolescence, la fille se pose des questions. La mère sent que sa fille lui échappe : du coup elles cherchent ensemble le donneur. Elles le retrouvent, et la mère se met en couple avec le donneur. Le type a fécondé 67 femelles, et sans les tests ADN, la probabilité d’inceste serait énorme, autre raison qui a poussé la fille à se renseigner. La mère s’est mise en couple à cause de la fille. Elle s’est soumise à un homme pour cette unique raison et s’autojustifie en parlant des qualités du donneur qu’elle a fini par apprécier en lui. Le tout, légitime les pratiques les plus abjectes, dont une sorte d’inceste symbolique. Cependant, une fille a retrouvé son père. Une femme a fini par grandir. Une famille presque normale s’est reconstituée naturellement, grâce à la génétique. Le diable a porté pierre en quelque sorte.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « LA BONNE PARTENAIRE ? », Neomasculin du 04/12/2018.

    Une démarche pro active pour réussir son couple.