Accueil » Hommes et femmes alliés » Comment les femmes choisissent l’homme de leur vie ?
AIMELES Antiféminisme

Comment les femmes choisissent l’homme de leur vie ?

Publié le 14 juin 2016 par Léonidas Durandal à 17 h 12 min

tester votre réaction. Ce sera un long silence, une remarque assassine, une incohérence. Car en plus de devoir éprouver du désir, le chevalier servant devra savoir le contrôler. stabiliteLa femme vérifiera ainsi que vous avez été aimé par votre maman, et que votre papa a fait de vous quelqu’un d’assuré, que donc vous êtes apte à dépasser les conflits en couple et les épreuves de la vie en général. Ou bien, elle évaluera à quel point vous êtes contrôlable, à quel point il sera facile pour elle de vous énerver, par exemple. Remarquez que si elle ne vous fait pas passer cette épreuve, cette femme est prête à se mettre avec quelqu’un d’instable et que ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Par contre, cela veut également dire que cette femme est capable de jouer avec vous comme un chat avec la souris. Et cela aussi, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Entamer une relation avec ce genre de femme, c’est donc entrer dans une relation complexe avec tout ce que cela peut avoir de stimulant mais aussi de risqué. C’est également la marque d’une femme qui a conscience d’avoir besoin de quelqu’un de fort à ses côtés, mais qui ne l’est peut-être pas elle-même. A vous de vérifier.

En matière d’instabilité émotionnelle, les psys ne disent-ils pas que l’amour est la rencontre de deux névroses. Ici, le terme d’amour est complètement impropre, mais passons. L’idée à retenir est que si vous attirez une femme grâce à vos qualités, il est aussi possible que vous l’attiriez par vos fragilités.instable Et là, attention. Les trous noirs, hommes ou femmes, vivent en parasites et polluent n’importe quelle relation. Si une personne a un manque profond, il faut que ce manque soit compensé par des valeurs fortes, ou que l’autre lui fasse grâce, eu égard à son argent, sa position sociale etc… ce qui se rapproche du sacrifice de toute une vie, jusqu’à sacrifier parfois sa propre humanité. Autant dire qu’il y a des gens pour qui il est préférable de rester seuls. Quand deux êtres négatifs se rencontrent, ils forment immanquablement une superbe famille de cas sociaux. Avis aux amateurs, riches ou pauvres.

 

7 La prime à l’originalité

originalCe qui est rare est cher, attirant, risqué, valeureux, précieux. L’individu mâle original représente une libération réelle ou supposée pour la femme engoncée dans un matérialisme qui n’est que trop présent pour elle. Beaucoup de femmes ont conscience de leur aliénation à la nature et rêvent d’échapper à leur destin. Prendre un mari original, un génie, un pervers, un dictateur, un fou, c’est gagner l’assurance de cultiver une relation unique, faite d’imprévus, qui rendra la vie de la femme intéressante, et lui fera envisager des horizons jusqu’ici inconnus. C’est un coup de dés lancé au milieu d’existences trop prévisibles, voire d’un code génétique vécu comme restreint. C’est devenir une sainte. Ne vous étonnez donc pas si vous voyez un pervers sexuel assailli de lettres d’amour, un(e) noir(e) attirer/être attiré par un(e) blanc(he) dans un milieu social qui n’est pas le sien, un artiste baiser comme un milliardaire, un musicien déjanté inconnu et pauvre être suivi par tout un tas de groupies. Et ne vous étonnez pas non plus de voir ces relations échouer plus souvent que d’autres.

 

8 La loose

Rupture

(Cliquez sur l’image pour retrouver le blog de M Sani)

looserAu contraire de quelqu’un de bien, la femme qui prendra pour compagnon un perdant ne se sentira pas responsable de la relation en cas d’échec. Combien de femmes françaises m’ont fait comprendre qu’un mec bien leur faisait peur. Combien j’en ai croisé avides de gaver leur Roméo jusqu’à ce qu’il soit gras et peu attirant pour d’autres femmes. Le perdant cumule les avantages. Il est malléable. Il ne suscite pas la convoitise. Il rehausse l’ego. Il s’occupe des enfants comme une seconde maman, il vote à gauche, il est féministe… enfin il fait ce que sa femme lui dit de faire, ou il est jeté sans que cela n’étonne personne. Il ne va pas bien loin, mais il a peu de chance de dévier de sa route. Au contraire de l’original, il est prévisible et il n’est rien à attendre de lui, ni réussites, mais « >

Lire la suite

83 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    ""Je reste avec lui pour son argent"" Marie Claire du 27/05/2020.

    Quinze ans et deux fils plus tard, elle est amoureuse d'un artiste anglais. Mais pourra-t-elle rompre et renoncer au luxe auquel elle s'est habituée ?

    Ô, avec une bonne pension alimentaire, la pilule devrait être beaucoup moins amère…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Chris Rock – Le niveau de confort des femmes" ERTV du 13/10/2019.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    . » »Pénétrer mon copain a changé ma vision de la masculinité » », L’Express du 16/02/2019.

    Pauvre cruche qui accélère son cocufiage et la date du jour où elle va finir seule avec son chat. Tout cela pour avoir à éviter de se remettre en question sur ses goûts d’hommasse. Enfin je veux dire, de femme moderne.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « I met my boyfriend 12 years after giving birth to his child », BBC, 3 janvier 2019.

    Fait divers tout ce qu’il y a de plus sordide : le type vend son sperme à une lesbienne qui peut ainsi s’accaparer son enfant. Comble du sordide, la dite lesbienne est en duo et l’autre veut aussi son enfant. Elles accouchent toutes les deux de leur enfant, et quand le duo se brise chacune garde le sien et sépare à jamais la fratrie. Evidemment, à l’âge de l’adolescence, la fille se pose des questions. La mère sent que sa fille lui échappe : du coup elles cherchent ensemble le donneur. Elles le retrouvent, et la mère se met en couple avec le donneur. Le type a fécondé 67 femelles, et sans les tests ADN, la probabilité d’inceste serait énorme, autre raison qui a poussé la fille à se renseigner. La mère s’est mise en couple à cause de la fille. Elle s’est soumise à un homme pour cette unique raison et s’autojustifie en parlant des qualités du donneur qu’elle a fini par apprécier en lui. Le tout, légitime les pratiques les plus abjectes, dont une sorte d’inceste symbolique. Cependant, une fille a retrouvé son père. Une femme a fini par grandir. Une famille presque normale s’est reconstituée naturellement, grâce à la génétique. Le diable a porté pierre en quelque sorte.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « LA BONNE PARTENAIRE ? », Neomasculin du 04/12/2018.

    Une démarche pro active pour réussir son couple.