Accueil » Domination féminine » Comment les femmes retournent leur violence contre les hommes
Antiféminisme Aimeles

Comment les femmes retournent leur violence contre les hommes

Publié le 25 avril 2016 par Léonidas Durandal à 21 h 53 min

plus. Les femmes seraient devenues des objets à cause des hommes. Pourtant à l’époque, une majorité d’hommes se défiaient de ce mouvement de société. Ainsi l’homme est accusé du propre choix des femmes. Il n’y a qu’à voir comment une Eugénie Bastié retourne le féminisme comme un mécanisme de domination masculine des femmes pour créer un antiféminisme propre à défendre le droit des femmes !

En matière d’infanticide par avortement, devant l’évident marasme féministe, les hommes sont de plus en plus accusés par des organisations catholiques notamment, de faire pression sur les pauvres femmes pour qu’elles puissent avorter. Oublié que dès 1979, le pouvoir féministe interdisait aux maris un quelconque droit de regard sur l’infanticide de leur enfant par leur épouse. Quant aux féministes historiques, elles accusent les hommes depuis toujours de vouloir exercer un droit de préemption sur le corps de ces dames. Ainsi le problème de l’infanticide par avortement n’est jamais envisagé du point de vue de l’immense responsabilité de la femme. Il n’est jamais pris comme une question morale de salut public, mais toujours comme une situation personnelle par rapport à laquelle il faudrait envisager la réponse qui chargerait le plus les hommes en culpabilité, et le moins possible les femmes. En nous positionnant contre l’avortement en tant qu’hommes, nous sommes accusés entre autre d’obliger les femmes à avorter clandestinement dans des conditions sanitaires qui augmenteraient la surmortalité des femmes en couche (phénomène d’ailleurs inventé de toute pièce). Nous sommes accusés de vouloir exercer notre domination sur la société (domination qui s’appelle plutôt volonté de rétablir le tabou du meurtre). Nous sommes accusés de vouloir aborder un sujet qui ne nous concerne pas. Mais ces accusations qui nous visent en première ligne, cachent surtout le combat sournois latéral entre mères et putes. L’infanticide par avortement détruit l’image de la mère en tout. C’est l’horreur ultime qui fait de la femme un objet, une meurtrière et une consommatrice de ses propres enfants. Dans nos sociétés occidentales, les putes ont gagné le droit de vivre leur sexualité en toutes circonstances, mais il n’est pas certain que les mères ne reprennent pas un jour le pouvoir si elles redevenaient dominantes. En attendant ce monde féminisé est laissé à la dérive de femmes qui veulent pouvoir tuer quand cela les arrange alors même que tous les moyens de contraception leur sont offerts, peut-être justement parce qu’elles n’ont plus à réfléchir grâce à tous ces moyens de contraception.

Enfin en matière de représentation politique, à l’évidence les féministes reprochent au pouvoir patriarcal d’empêcher l’élection des femmes, tandis qu’une très large majorité d’électeurs de nos démocraties sont en vérité des électrices. Les femmes ne veulent surtout pas de femmes au pouvoir. Alors qu’elles sont très majoritaires dans nombre de secteurs d’activité, elles freinent des quatre fers pour se donner des femmes à leur tête. En effet, et de un, les femmes sont beaucoup plus lucides entre elles, mais en plus, elles sont en moyenne moins compé…… que les hommes. Ce mélange détonnant explique les nombreuses faillites de femmes à la tête de grandes institutions.  De surcroît, l’homme de pouvoir, plus arrangeant, sert de fusible à la violence des femmes. Elles se battent, elles imposent leurs idées, mais en dernier lieu elles ne peuvent conquérir le pouvoir sans décevoir tout le monde. La working girl est ainsi capable de se mettre à dos la pute et la mère, mais aussi l’homme qui a gardé une once de professionnalisme.

En matière de harcèlement sexuel et de viol, l’accusation des femmes contre les hommes cache surtout des accusations contre elles-mêmes qu’elles sont incapables d’assumer, ou les remarques des autres femmes qu’elles ne peuvent pas supporter. Beaucoup de filles qui n’acceptent pas leur libido ou qui voudraient être désirées et qui font tout pour l’être, accusent les hommes d’avoir cédé à la tentation, et jouent les prudes alors qu’elles auront tout fait pour les encourager sur ce point. Le désir du mâle sert alors de bonne conscience à une petite sainte qui fait semblant d’avoir voulu rester vierge jusqu’à connaître l’amour de sa vie, pendant qu’en réalité elle n’a pas su se contenir. Ni à ses yeux, ni aux yeux des autres filles, ni à ceux des hommes, elle “>

Lire la suite

44 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “L’Unesco accuse les assistants vocaux de véhiculer des “préjugés sexistes””, AFP du 17/05/2019.

    La voix des femmes qui sert à avoir du pouvoir sur les consommateurs hommes, est jugé comme d’une attaque contre les femmes !

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “Le témoignage bouleversant de Sadya Touré, jeune écrivaine malienne excisée”, L’Obs du 09/05/2019.

    C’est la mère qui insiste pour l’excision, c’est le père qui s’y oppose, mais c’est une violence dénoncée contre les hommes :

     

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.