Accueil » Homme féministe » Comprendre l’homme féministe grâce à la thèse du professeur Jacquemart EHESS
Antiféminisme Aimeles

Comprendre l’homme féministe grâce à la thèse du professeur Jacquemart EHESS

Publié le 30 novembre 2013 par Léonidas Durandal à 15 h 22 min

Préambule.

Il ne s’agira pas pour moi de vous donner un résumé de la thèse de M Jacquemart (7) mais plutôt d’en offrir une relecture antiféministe. Avant de poursuivre, et alors que d’aucuns pourraient me prêter des intentions belliqueuses à l’égard du travail de ce professeur, étant donné la teneur de sa thèse, d’où il vient et à qui il la présente, je voudrais plutôt applaudir au travail consciencieux et de bonne foi qui a été mené. L’absence d’un parti pris prononcé permet à un lecteur féministe ou pas, d’en tirer des leçons. J’ai ainsi pu m’éviter quelques centaines d’heures de travail, des milliers d’euros de dépenses, et surtout un débroussaillage énorme, ingrat, que je n’aurais pas eu le temps, les moyens ou le goût de mener. Aujourd’hui, le peuple des Veilleurs qui s’est donné pour but d’imposer une véritable société humaniste et respectueuse des différences, devrait lire par pragmatisme, ce genre de thèse. Ils y découvriraient combien nous avons du retard en terme de combat social, et combien nous devrions nous inspirer de mouvements qui ont réussi à contaminer l’ensemble de la planète même si ce fût pour son plus grand malheur. Les personnes qui agissent pour le bien, ont aussi un devoir d’efficacité.

 

 

Avant-propos :

Avant de me concentrer sur l’homme féministe, il me serait difficile de poursuivre sans pointer du doigt les deux moments où j’ai senti que le professeur Jacquemart faisait preuve, pour une fois de mauvaise foi et pour l’autre d’une légère pointe de narcissisme. En effet, un lecteur moins attentif de sa thèse, pourrait prendre ces deux assertions pour argent content, et je m’en voudrais qu’il le fasse en croyant que je lui donne ma caution. En premier lieu je voudrais jeter un regard sur la dédicace : « À mes grands-mères, Mimi et Solange, pour leur liberté à l’égard des normes de genre» Et je voudrais rappeler combien la plupart de nos expériences personnelles, mais aussi la littérature en occident de Socrate à Maupassant en allant jusqu’à Mauriac, nous rappellent que l’image de la femme faible que les féministes nous ont transmise, est fausse. Les grands-mères du professeur Jacquemart n’ont en cela, rien de particulier par rapport aux nôtres. L’époque que les féministe décrivent comme étant une époque de femmes oppressées, était surtout une époque de femmes fortes qui surent se hisser au-dessus des épreuves inhérentes de la vie, tandis que les femmes qu’on nous donne en exemple aujourd’hui, sont bien souvent faibles et malades. Qu’on puisse confondre ces dernières en avec ces premières prouve surtout le mépris que ceux qui se nomment féministes portent pour les femmes qui ne sont pas de leur famille.

 

En second et pour ce qui tiendra lieu de mauvaise foi, je voudrais examiner plus particulièrement ce passage. Il y est question des « filles manquantes », filles que certains parents auraient voulu avoir à la place d’un garçon. Ces garçons féminisés, sont parfois devenus féministes, tout comme ces « garçons manquants » sont devenus ces femmes que nous connaissons et qui ont quelques traits masculins prononcés. Dans cet extrait, le professeur Jacquemart refuse la symétrie de position sociale entre filles et garçons « manquants » :

 


Autrement dit, l’asymétrie résultant des rapports sociaux de sexe interdit de considérer les positions de « garçon manquant » et de « fille manquante » comme totalement symétriques : les uns continuent à retirer les bénéfices (ou une partie) de leur appartenance au groupe dominant pendant que les autres doivent faire face aux obstacles (ou une partie) réservés aux dominées. Ce parallélisme invite donc plutôt à considérer que la place de fille au sein de la cellule familiale peut être occupée par un fils lorsque la fille est absente, sans que pour autant que cette position mette en péril son appartenance au groupe des hommes, tout comme les filles en position de « garçon manquant » ne peuvent jamais s’affranchir totalement de leur appartenance au groupe des femmes. (p238)

 

 

Si les garçons bénéficient toujours de leur appartenance sociale au sexe “>

Lire la suite

35 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “”Balance ton porc” : “La force du groupe peut provoquer un changement social””, L’Obs du 16/10/2017.

    Assez impressionnant comment la journaliste suggère les réponses qu’elle attend, et comment le pseudo psy féministe du système cède à son injonction, à chaque fois. L’une est incapable d’envisager une quelconque altérité. L’autre, féminisé, incapable de fixer des limites.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Trump n’est “pas surpris” qu’Harvey Weinstein soit accusé de harcèlement sexuel”, L’Express du 08/10/2017.

    Le mec qui nous fourgue tout un tas de films féministes à Hollywood, est le premier à s’en contrefoutre. Encore un bel exemple de l’hypocrisie progressiste. Et juste à côté, l’aveuglement du droitard qui en a pourtant déjà pris plein la gueule, mais qui compose ou est aveugle sur le pouvoir des femmes. En France, nous avons celui-là :

    “Bertrand Cantat, le meurtrier de Marie Trintignant, revient pour faire la morale sur le Brexit et les migrants”, Breizh du 09/10/2017.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Macho, bigame,… L’étrange psychologie du féministe créateur de Wonder Woman”, Figaro du 08/06/2017.

    Pas de portrait plus éclairant de l’homme féministe qui n’est qu’un pervers souhaitant l’anéantissement des femmes grâce à leur exploitation dans le monde salarié et dans les travaux domestiques.

    • Ping de Manuela:

      Au final, on ne sait pas ce qu’il pensait réellement. Le pire c’est qu’il était psy.

       

      • Ping de Léonidas Durandal:

        Moi, je vois assez bien ce qu’il pensait. Il était profondément féministe, il a tout compris au féminisme, et il s’est appliqué les recettes féministes pour devenir polygame (libération sexuelle), pour assurer sa promotion en flattant des femmes faibles dans leur ego et vénales sur lesquelles il pouvait mettre en oeuvre ses leçons. Je crois que c’est le prototype même du féministe et qu’une personne devrait écrire un livre sous cet angle sur ce personnage tant il semble caricatural sur tous les points. Regardez d’ailleurs combien il a réussi puisque ces mêmes cruches assurent sa promotion des décennies après. Il n’y a pas plus conne qu’une féministe, c’est impossible. Parlez leur de la force des femmes, flattez leur incroyable pouvoir (complexes) et elles vous mangent dans la main (jusqu’à ce qu’elles vous la mordent en tant qu’homme parce qu’elles ne comprennent pas que “leurs” idées échouent).

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “L’infect Stéphane Guillon blague sur la mort de la mère de Nicolas Dupont-Aignan”, NDF du 01/05/2017.

    Il fait référence à un héritage maternel en matière d’idées politiques… pour insulter son opposant à travers sa mère. C’est du niveau banlieue CP “Ta mère la pute”.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    Ces hommes qui dénoncent les hommes qui veulent se retrouver entre eux…

     

    L'engouement des stages commando pour rebooster… par rtl-fr

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    “Des cas de discrimination et de maltraitance dénoncés à la Fashion Week de Paris”, L’Express du 01/03/2017.

    Des femmes maltraitées dans un milieu homosexualiste ?  L’idiot patriarcal, le macho, avait quand même du bon.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    “Bill Cosby : de nouveau accusé de trois viols, sa femme à l’écran crie au complot !”, Public.fr du 08/01/2015.

    C’était un des plus grand féministe américain !!! Soit il est innocent et il a pris du plomb dans la tête, soit il est coupable et c’est un bon féministe tel qu’on les aime.

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    “Vie et mort du patriarcat”, Sylvain Reboul du ??????????

    Plutôt intéressant comme analyse féministe. Il est marrant qu’elle soit faite par un homme, preuve s’il en est que les différences hommes femmes persistent dans l’analyse scientifique.
    Ici, il est pris en compte que la fin du patriarcat, sa remise en question tout au moins, est due aux conditions matérielles techniques et scientifiques. La demande d’égalité s’impose surtout quand elle est possible, soit quand les conditions naturelles et les religions traditionnelles semblent avoir été vaincues. C’est une sorte de conception féministe naturaliste assez intéressante d’un point de vue intellectuel. Dommage qu’il ne prenne pas en compte la réalité objective vécue par les femmes de ce pays, leur stérilité par exemple, l’effondrement civilisationnel qui est le nôtre, alors que selon son raisonnement tout aurait dû progresser. Or plus, le féminisme avance, plus la parité s’impose, moins nos sociétés riches semblent capables de perdurer. Nos institutions deviennent évanescentes. Le retour de pratiques traditionnelles venues d’ailleurs concurrence même un modèle qui selon ce raisonnement, n’aurait pu être contesté par elles, d’autant plus que ces pratiques peuvent être jugées beaucoup plus archaïques que celles de notre tradition (et sans jugement de valeur).

    Dépressions, suicides, et désormais baisse de l’espérance de vie, accompagne notre système. Et paradoxe, notre survie dépend de sociétés traditionnelles qui nous amènent leurs enfants à travers l’immigration, tandis que notre système féministe implose.

    A croire les chiffres falsifiés des féministes, voilà où les meilleurs esprits en arrivent : prendre la fin pour un début.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.