Accueil » Ambiance au travail » Condamner la mère de Vanille pour mieux dédouaner l’ASE et les services de l’état
AIMELES Antiféminisme

Condamner la mère de Vanille pour mieux dédouaner l’ASE et les services de l’état

Publié le 11 février 2020 par Léonidas Durandal à 14 h 17 min

la rue dès leur 18 ans, quand ce n’est pas avant. Tout cela au milieu de l’opulence la plus crasse. Une pyramide de fric qui ne sert à rien, et dont il faudrait toujours plus augmenter la taille, tandis que les abbayes travaillaient gratuitement pour de bien meilleurs résultats. Voilà le culot de l’athée qui pour éviter d’avoir à se remettre en question, préfère chasser la paille dans l’oeil du catholique que de retirer la grosse poutre du sien. Assassins d’enfants, avorteurs, destructeurs de famille à travers la loi Taubira. Mon Dieu, que leurs mains sont pleines de sang tandis que leur conscience est vierge de toute culpabilité.

Cette mère tarée doit finir en hôpital psychiatrique, et surtout elle ne doit pas être relâchée comme celle qui encore féconde et après avoir égorgé son enfant, a été relâchée, s’est de nouveau reproduite et a pu martyrisée sa nouvelle petite fille jusqu’à l’âge de 9 ans.

Les femmes cherchent à parler de « système de silence » dans les institutions patriarcales (cinéma, sport, littérature etc…) alors qu’elles y ont été accueillies les bras ouverts et que beaucoup s’y sont prostituées. De même, ce soit-disant silence n’a jamais empêcher les condamnations pour viol quand il y en avait eu un.

Par contre, s’il y a bien un vrai système de silence, c’est dans toute l’administration publique et particulièrement dans les milieux féminisés de l’éducation, de la justice et des conseils généraux. Ici, toujours plus de moyens pour toujours moins de résultats. Toujours plus de femmes, pour toujours plus d’incompétence. Le mieux serait à mon avis, d’éradiquer minutieusement tous ces postes de fonctionnaires quand ils peuvent l’être et/ou de les confier à des hommes. Ce système pourri demande lui, toujours plus de moyens…

La vraie mécanique de silence est celle qui entoure les femmes à jamais jugées irresponsables de leurs actes, et pourtant considérées meilleures que tout homme. Le vrai système oppressif est celui du matriarcat/socialisme/féminisme qui veut rémunérer tout le monde à égalité, surtout les femmes, et qui démultiplie les injustices, les inéquités et surtout l’incompétence. Les alertes enlèvements déclenchées contre des pères qui veulent s’occuper de leurs enfants, enfants toujours retrouvés sains et saufs, jurent avec cette mère qui l’assassine. Tout comme le nombre de femmes tuées après avoir humilié leur mari jure avec le nombre d’hommes morts chaque année au travail (3 à 4 fois plus), sans que ce problème ne soit évoqué comme une forme de domination féminine sur toute la société.

Cherchez le mensonge, vous trouverez le socialisme et les féminisés qui laissent des femmes tuer des enfants par milliers chaque année grâce à l’infanticide par avortement. Vous trouverez des institutions corrompues de partout, universitaires et plus largement dans l’éducation nationale, qui cherchent à vous expliquer que le monde des hommes va mal, quand le monde des hommes nous a apporté la prospérité et que le monde des femmes croule sous le poids de sa propre bêtise. Vous trouverez aussi des femmes qui désirent mettre leur petit cul à l’abri dans le plus grand des conforts, mais qui se considèrent plus proches de la nature et exemptes de responsabilité dans la production, tout en se bourrant personnellement d’hormones pour se stériliser. Nous avons vraiment laisser prospérer une génération de femmes tarées et la mère de la petite Vanille est peut-être la moins responsable de toutes celles-là.

3 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Maltraitance infantile : un médecin jugé pour "non-assistance à personne en danger"" L'Express du 04/06/2020.

    Ici, les services de l'état se retournent contre le médecin. Il aurait dû organiser la délation. S'il s'avérait que ce médecin eût tort, ce n'était pas vraiment à la justice de s'en occuper, mais à un prêtre. J'ai l'impression qu'il y a confusion des genres. L'intervention malencontreuse de l'état oblige ici tous les praticiens à dénoncer leurs patients. Quid du secret médical et de nos libertés publiques. Pour madame la juge, ce sont des détails face à la mort d'un enfant. Ce faisant, elle scie la branche sur laquelle elle, et toutes les autres femmes de sa profession, est assise. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Cinq graphiques pour montrer que le drame de Vanille est loin d’être isolé" Figaro du 11/02/2020.

    Ce tableau est sidérant. Les femmes sont les principales assassin de leurs enfants, et encore ne compte-t-on ni les bébés secoués, ni les infanticides par avortement.

    L'ASE suivait 21% des familles où il y a eu assassinat. Ce chiffre est difficile à interpréter. Est-ce à dire que l'état est incapable de repérer les familles dysfonctionnelles ? ou alors que ces familles sont tout de même mieux repérées que la moyenne, puisque 21% c'est énormément plus que les 0,00.. % de familles concernées par ces infanticides ? Disons que l'ASE ne sert presqu'à rien pour prévenir les infanticides alors même qu'elle est capable de repérer une bonne proportion de familles susceptibles de passer à l'acte. L'ASE serait un dé à coudre d'eau dans un immense brasier 4 fois plus gros qu'elle. L'idée à dire que sans ASE, il y aurait bien plus de cas, est soumis à caution puisque l'essentiel des cas lui échappent déjà. Mais c'est disons la seule défense que cet organisme pourrait opposer à sa faillite complète.