Accueil » Paternité » Conjoints expulsés, des hommes enfermés dehors
Antiféminisme Aimeles

Conjoints expulsés, des hommes enfermés dehors

Publié le 30 mai 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

 

Matthieu 7.15. Gardez-vous des faux prophètes. Du dehors, ils sont comme des brebis, mais au dedans ce sont des loups avides.

                                                                                                                               

 

Rappelez-vous la loi de 2010 sur les violences spécifiques faîtes aux femmes, et qui faisait des hommes des citoyens de seconde zone. A l’époque, j’avais tenté d’alerter l’opinion publique sur les dysfonctionnements que provoquerait l’application d’une telle loi :

https://www.aimeles.net/laloidu29juin2010estvoteeleshommessontdesormaisdessous-citoyens/

 

Aujourd’hui, nous commençons à avoir un peu de recul et des données chiffrées quant à ses conséquences pratiques. Et ses effets ne se sont pas faits attendre. Après moins de deux ans de fonctionnement, les expulsions d’hommes déclarés violents se sont multipliées. Face au manque de mobilisation des hommes concernant cette loi, à l’opposé, les femmes, elles, nous ont données l’exemple d’une implication et d’une efficacité sans faille. Après avoir présidé à son élaboration, elles se sont appropriées massivement ce nouveau moyen de répression.

 

Qu’ils soient mariés ou pas, propriétaires ou locataires, rien n’y change, les hommes incriminés sont expulsés. Dans le cas d’une location, ils doivent continuer à verser les loyers d’un logement qu’ils n’habitent plus. Propriétaires, ils n’ont plus accès à leur bien. Vous croyez le phénomène anecdotique, qu’il ne touche que des hommes coupables tandis qu’il protégerait de pauvres victimes innocentes ? Eh bien décryptons ensemble cet article du « Point » d’orientation féministe. Après vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas :

 

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/laurence-neuer/la-justice-au-secours-des-femmes-battues-28-05-2012-1465859_56.php

 

En utilisant les propres chiffres de la journaliste, on peut rapidement évaluer l’incidence de telles mesures.

 

240 cas par an au tribunal de Bobigny, 50 pour Paris même. Je vous laisse multiplier ces chiffres par le nombre de tribunaux en région parisienne et dans la France entière… malgré tout, l’article fait état d’une mesure « sous-utilisée car mal connue ». Ici, une évaluation basse des chiffres donnés par la journaliste nous mène à quelques milliers d’expulsions par an. Ces mesures d’expulsion ne sont donc ni « sous-utilisées », ni « mal connues » sauf à dire les hommes devraient être jetés de leur domicile par 100aines de milliers. Ce genre de procédé malhonnête utilisé par la journaliste, est vraiment très énervant pour un lecteur averti. La minoration des violences vécues par les hommes et la majoration de celles vécues par les femmes est systématiquement utilisé dans les interventions féministes pour faire passer leurs idées auprès du lecteur moyen. En 2010 la loi dont nous parlons avait aussi été votée par ce biais. A l’époque, il avait suffi que les féministes parlent de 10% de femmes battues pour que la loi soit votée (pour info, le chiffre réel serait de 2,2% pour les femmes, et de 1,9% pour les hommes). Cela fait 50 ans qu’elles dupent les populations occidentales en jouant sur les chiffres. En 1975 en France elles falsifièrent les chiffres de l’avortement pour faire passer la loi Veil (parlant à la louche de 2 millions d’avortements par an en lieu et place des 70 000). avortement.jpg Au début des années 80, au Canada, les associations féministes grossirent le chiffre des femmes battues et demandèrent ensuite l’ouverture de nombreux centres d’hébergement. On connaît la suite : les manipulations statistiques grossières alliées à une gabegie infinie des moyens financiers alloués finirent par faire reculer le gouvernement. Les maisons de femmes battues étaient vides et servaient à nourrir tout un système parasite qui fabriquait de fausses statistiques et de fausses victimes endoctrinées idéologiquement (« 300 000 femmes battues, y avez-vous cru ? » collectif d’auteurs).

 

En France, toujours sous l’impulsion de ces féministes, on est en passe de faire mieux qu’au Canada. C’est véritablement énervant de voir l’histoire se répéter sans pouvoir rien faire, juste parce que les lobbys féministes tiennent la place. Aujourd’hui, ces exagérations de violences qui jouent sur nos affects tendent à légitimer une loi qui ne devrait pas l’être.

 

Déjà, sans parler du fond de la loi, il est inadmissible que les féministes aient pu convaincre nos hommes politiques d’entretenir deux systèmes redondants pour protéger les femmes battues : l’Etat n’a pas abandonné le financement des maisons d’accueil pour femmes battues, mais il finance aussi les expulsions d’hommes. Dans un système qui ne tendrait pas à s’acharner contre les hommes, ne devrait-on pas choisir ?

 

Et si ces mesures ne faisaient qu’annihiler la notion d’usufruit pour les hommes, ou si elles ne faisaient que dilapider l’argent public… mais en plus, on sait désormais qu’elles s’exercent sans garantie pour le justiciable masculin.

 

L’article que je mentionne fait état des garanties prévues par la loi, les dossiers sont « passés à la loupe » nous dit-on. La plaignante doit prouver qu’il y a « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

4 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »Vous avez pris le risque de viser la tête » », Le Point du 17/02/2017.

    Grâce aux féministes, l’Etat féminisé trouve normal d’intervenir dans les couples pour de la vaisselle cassée et un vol d’assiettes qui s’est mal terminé, tandis que monsieur est entretenu par madame. Si ce n’est pas de l’allégorie ça.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Conjoint expulsé malgré la conjointe, la réalité des couples violents :

     

    http://www.lepoint.fr/carnets-de-justice/maman-elle-aurait-pas-du-se-marier-avec-papa-13-07-2012-1484977_195.php

  3. Commentaire de Jonathan:

    Et tout ceci ne risque pas de s’arranger avec François Hollande au pouvoir…

  4. Commentaire de kasimar:

    e249178f4bc36fdee2a98442e85aeada

    Je ne crois pas que le gouvernement va réformer ces lois là. Trop occupé à faire respecter la parité stricte à mettre une femme à la tête de la sécurité, trop occupé à des débilités, là où il y a urgence démocratique dans la réforme d’une loi trop souvent utilisé à mauvais excient.Flamby a clairement démontré sa position, je ne fais pas confiance à cet individu, qui va détruire le peu de droits qui nous reste.

    C’est pour cette raison que je rejoins les hoministes, histoire de faire parler un minimum des chiffres bidons, de la violence féminine, des hommes battus et lésés de leur biens et enfants, de s’interroger du pourquoi l’homme en est venu aux mains ? Car ce que l’on oublie aussi dans les couples, c’est que la femme mets le premier coup, donc il est tout a fait normal de se défendre y compris contre une femme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription