Accueil » Domination féminine » Conte de Noël : pour ne plus dormir debout sur les infanticides.
Antiféminisme Aimeles

Conte de Noël : pour ne plus dormir debout sur les infanticides.

Publié le 31 décembre 2013 par Gastirad39 à 14 h 58 min

Initialement publié sous le nom de Clément Martin, il y a quelques années.
La religion chrétienne est la seule qui a inventé Noël.

Noël, c’est la valorisation de l’humain, homme et femme, dans ce qu’il a de plus humble : le nouveau né. C’est en contradiction avec toute la culture antique, au niveau mondial. Car la première contraception fut :  l’infanticide ! Hors cet infanticide fut longtemps le privilège des femmes ! On le voit encore aujourd’hui dans les faits divers sordides assez fréquents fournis par les médias.

Faits sordides dont beaucoup sont cachés et pas vraiment recherchés .

Faits qui étaient bien plus réprimés aux temps passés, quand l’église était puissante.

Le féminisme  serait-il une régression potentiellement mortelle ? De l’humanité chrétienne  vers la barbarie originelle ? Un retour à la mère massacrant ces innocents : ses propres enfants ! Fêter les enfants à Noël, un moyen intelligent de les valoriser et d’empêcher leur massacre. « Toute mère est potentiellement infanticide car l’enfant est toujours un défi à la sollicitation des liens maternels. » (Marc Ferrero)

Mort Subite du Nourrisson : des morts par centaines de milliers.

On estime à 150 000 en une génération  les morts par Sids (Sudden  Infant Death Syndrome) Rien qu’aux USA ! Une mystérieuse épidémie : A partir des années 1950, aux USA puis dans tous les pays industrialisés, ces morts inexplicables connaissent une soudaine augmentation. http://www-sante.ujf-grenoble.fr/SANTE/corpus/disciplines/pedia/santpub/210/lecon210.htm# A la fin des années 80, sa fréquence était estimée entre 1 à 3 pour 1000 naissances vivantes dans les pays développés. En France, on a observé jusqu’à près de 1500 cas par an (1987/1991). Dans tous les pays où les conditions de couchage ont été modifiées, l’incidence a considérablement diminué. Elle est actuellement inférieure à 0.5/1000  en France. En 1999 le nombre de cas français de MSN a été de 338. Les 2/3 des cas sont observés chez les garçons. Dès 1969, les USA organisent des recherches (conférence de Seattle) En 1974, le Congrès vote le SIDS Act, car rien n’a changé. La mort ne reculera qu’en 1994 suite au changement de couchage des bébés … et à certaines révélations ! Celles de The Syracuse Herald du 5 Mai 1996 relate la confession d’une mère, 22 ans après les faits, Mme Hoyt, avoue avoir étouffé 2 de ses bébés ! D’autres cas semblables apparaissent … Puis, plus rien. En pleine vague féministe, sujet top secret ! Et très curieux. Dans chaque Etat féministe occidental, la même épidémie au même moment. Et pas ailleurs dans le monde. Des recherches qui mènent à des résultats différents selon les pays (mise en cause :USA les apnées du sommeil, Japon, les vaccins, Australie, vitamine C, Italie matelas, positions de couchage …) Partout le succès ! Et une mesure qui n’a pas fait de bruit mais qui a été partout appliquée : la multiplication des autopsies !

 

Mais ce n’est pas le seul « massacre des Innocents » !

Mieux, « La disparition du terme « infanticide » du code pénal en 1994, remplacé par « homicide aggravé sur mineur de moins de 15 ans », supprime ce crime des statistiques officielles et rend son évaluation plus difficile.  Sachant que pour un infanticide découvert, trois ou quatre ne le  seront jamais, les experts estiment que, chaque année, dans notre pays, entre 60 et 80 bébés sont tués. Une cinquantaine le sont dans les trois jours suivant leur naissance. Et les 2/3 : des garçons ! http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35748170.html Et d’autre part, « l’omerta officielle (médecins police) sur les crimes féminins est très forte. http://www.aerosleep.com/fr/en-savoir-plus/baby1/en-savoir-plus-sur-mort-subite-du-nourrisson Outre la mort subite du nourrisson, il existe aussi des cas d’accident aigu potentiellement fatal ou ALTE. La précision n’est pas de mise quant à la fréquence de la mort subite du nourrisson. En effet, le décès suspect d’un bébé ne fait pas l’objet systématique d’une autopsie. De plus, les critères intervenant dans la mort subite du nourrisson diffèrent d’un pays à l’autre.  Des morts toujours inexplicables , les accidents suspects : le nombre de décès reste élevé, malgré la surveillance médicale des  bébés. L’enquête Inserm U502 ( Morts suspectes de nourrissons) en 2005 note des faits troublants. Par ex, les taux élevés d’accidents mortels, hors circulation, avant 1 an (9,5/1000) alors que le bébé ne peut être l’auteur de l’accident , comparé à 5,2 de 1 à 4 ans à l’âge de tous les risques. (année de référence 2000) Cela représente en France, 8010 cas en 1980, 5600 en 1990, en encore 3393 en 2000 (soit près de 10 « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

2 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Elle brûle vives ses 3 fillettes », Metronews du 12/02/2015

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription