Accueil » Domination féminine » Conte de Noël : pour ne plus dormir debout sur les infanticides.
AIMELES Antiféminisme

Conte de Noël : pour ne plus dormir debout sur les infanticides.

Publié le 31 décembre 2013 par Gastirad39 à 14 h 58 min

de 10 / j) Autre chiffre : 3,8% de l’ensemble des homicides, alors que les moins de 1 an sont 1,2% de la population. Et le nombre très bas d’homicides de bébés,(19 en 2000) alors qu’on signale plus d’un million de maltraitances /an en France. Pour les 3 enquêtrices (1 pédiatre, 1 statisticienne, 1 juriste) 19 homicides pour 451 morts suspectes de bébés en 2000, signifie une sous-déclaration massive des homicides, doublée de carences des services concernés ((police, santé et services sociaux) accompagnée d’une justice « passoire » !(Pour 6 homicides à la naissance jugés, la peine la plus lourde est de 5 ans de prison, dont 56 mois avec sursis et 6 de préventive !)

Infanticides

De terribles révélations :

Ce sont celles du Syracuse Herald . En 1994, Mme Hoyt, dont les bébés ont été au centre des recherches du Dr Steinschneider, reconnaît avoir étouffé ses 2 bébés, ainsi que 3 autres ! Elle est condamnée à 75 ans de prison pour infanticides ! 22 ans après les faits, et uniquement parce qu’elle avait eu des remords ! La même année, Marybeth Tinning, reconnaît aussi être la meurtrière de 3 de ses 9 enfants Le New-York Times du 1 03 09  titre : Mary Noe, mère martyre de 10 enfants ou tueuse en série ? C’est la seconde solution qui est retenue par le District Attorney. De 1949 à 1968, elle a tué ses 10 enfants un par un. A chaque fois, elle était seule. On la soupçonnait depuis longtemps, mais sans preuves, c’est sa seule confession qui la condamne, à 77 ans !  « Le féminisme n’a jamais tué personne !» dit le slogan. Dès 1972, les infirmières qui s’occupaient des bébés Hoyt soupçonnaient la mère, car elle n’était pas aimante. Mais comment accuser une mère d’homicide en pleine vague féministe ? Détails troublants, les décès de bébés frappent 2 fois plus les mères célibataires que les autres, en particulier les garçons ( 50% de plus ) ou dans des familles pauvres, en particulier les noires. Le fléau a épargné le Tiers Monde, non féministe. Il apparaît au moment même ( les années 50 ) où le féminisme s’implante dans les pays industrialisés et décroît avec son reflux ( les années 90 ). La courbe des morts subites du nourrisson coïncide dans le temps avec 3 autres courbes : celle des suicides masculins ; celle des violences sociétales et celle des homicides dans ces mêmes pays. Enfin, l’épidémie reste encore inexpliquée et tous les services concernés (police, santé, services sociaux, justice) font preuve d’un étonnant aveuglement face à un phénomène qui reste la 1ière cause de mortalité des moins de 1 an, et de loin.

5 Commentaires

  1. Ping de Hancel de sexe male:

    J’ignorais la disparition du terme infanticide du code pénal en 1994 remplacé par homicide aggravé sur mineur de moins de 15 ans. LoL. Les féministes veulent qu’on remplace le terme homicide quand la victime est une femme par féminicide. Tous les jours depuis quelques semaines, France Info fait la promotion de ce mot, féminicide. Ils disent par exemple : « une nouvelle femme a succombé sous les coups de son mari (lequel, et ça ils ne le disent pas, avait appris qu’elle lui avait fait un bébé dans le dos, ou autre coup bas, SAP, etc) ce qui porte à 76 le nombre de féminicide depuis le début de l’année » Justement, au salvador, sous la pression des milices féministes, une mère infanticide a été remise en liberté pour le meurtre de son bébé : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/19/au-salvador-acquittement-d-une-femme-jugee-pour-homicide-apres-avoir-perdu-son-bebe_5500814_3210.html