Accueil » C'était mieux avant » Contrat de consentement à l’acte sexuel
AIMELES Antiféminisme

Contrat de consentement à l’acte sexuel

Publié le 18 octobre 2014 par Léonidas Durandal à 12 h 09 min

Comme chaque juriste le sait, le consentement oral vaut bien celui à l’écrit, mais ce dernier a l’avantage de constituer une preuve plus sûre contre les aléas des procédures. Pauline Verduzier du Figaro Madame milite pour que le consentement à faire l’amour soit formulé de manière explicite à l’oral.(Lien). Elle relaie en France les campagnes en provenance des anglo-saxons et qui s’adressent en principal aux étudiants. Les hommes impérieux devraient poser des questions à leur partenaire durant l’acte telles que « Tu veux que je continue? Tu veux qu’on aille plus loin ? Tu préfères qu’on arrête ? Qu’est-ce que tu veux faire? Comment tu te sens ? ».

Or de qui se moque-t-on ? On ne peut laisser croire aux hommes que le consentement oral d’une femme suffira seul en cas de procédure. Il faut donc aller beaucoup plus loin, et établir un contrat écrit.

Afin de soulager mes lecteurs d’éventuelles prises de tête à l’écrit, je me propose de leur fournir un formulaire type de contrat sexuel avant acte :

CONTRAT SEXUEL AVANT ACTE.

Monsieur……..                  Le ……. (préciser la date),
Habitant ……….
lieu dit……………..,
Ville …….
chambre située à ……….,
Numéro de téléphone…….lit n°…. (le cas échéant)
Courriel…………..

N° de sécurité sociale…..

Objet : contrat d’acte sexuel.

Madame (le terme de mademoiselle, même par jeu, est strictement proscrit),

 

***

 

Une envie précipitée ayant excité mes appétits à votre égard, je me permets de solliciter l’autorisation officielle d’user de votre corps à des fins d’éjaculation.

 

***

 

 

Par la présente lettre et sa signature, vous m’autorisez à pratiquer sur vous /un cunnilingus/une pénétration vaginale/une sodomie/des caresses/autre : préciser…………… (rayer la/les mention(s) inutile(s)).

En retour, je vous autorise à me faire bénéficier d’une fellation/de caresses/d’une pénétration anale /autres : préciser…………………(rayer la/les mention(s) inutile(s)).

Vous voudrez bien également m’indiquer la position dans laquelle vous accepterez d’être prise : par derrière/par devant/par-dessus/en-dessous/ autre : préciser ……….. (rayer la mention inutile) ainsi que la succession et l’ordre des actes que vous attendez de ma part.

 

***

 

Dans le cas où vous voudriez user de ma semence pour une fécondation, je vous saurai gré de me prévenir à l’avance (nous devrons discuter d’une autre forme de contrat). Dans le cas contraire vous certifiez sur l’honneur prendre votre contraception orale, ce qui ne m’empêchera pas d’utiliser un préservatif/le retrait avant coït (rayer la mention inutile), pour prévenir toute rupture unilatérale de contrat qui me serait immanquablement imputée.

 

***

En signant ce document, vous renoncez également à toute poursuite en justice pour agression sexuelle, viol ou harcèlement concernant l’acte de « partage » que nous aurons ensemble et même si je me suis mis un peu trop en avant dans mon dialogue d’approche pour vous convaincre. Vous me laisserez également une période de dégagement de 15 minutes après l’éjaculation pour m’écarter de votre personne, période durant laquelle les termes de notre pacte de non-agression seront encore valables.

 

***

 

Chacune des parties est considérée comme libre de son consentement malgré l’alcool, mais aussi libre de toute contamination d’herpès, de morpions ou d’une quelconque maladie vénérienne, qui pourraient modifier les termes du contrat sus-écrit.

 

***

 

Je déclare mon casier judiciaire vierge et j’accepte l’acte sexuel dans les termes mentionnés.

La signature des contractants .

Faire précéder la signature de la mention « Lu et approuvé pour un acte sexuel prévu de …. (préciser la date et l’heure) à ……………. (préciser l’heure et la date de la fin de l’acte) »

FIN

Suspects

retrouvez le blog de M Sani ici.

61 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Critiquée dans la tribune signée par Deneuve, la Suède éclate de rire », L’Express du 12/01/2018.

    Quelqu’un a déjà rencontré Suède ? En tous cas, son opinion doit compter.

    En matière de consentement, si faire l’amour à une femme bourrée c’est un viol, après ça, je me demande ce que c’est l’extrémisme. Ils sont tellement aveugles, féminisés, qu’ils ne s’aperçoivent même plus du niveau de connerie qu’ils ont atteint.

    • Ping de François ALLINE:

      De 1996 à 2000, j’ai vécu avec une suédoise et ses deux enfants. Une mannequin internationale.  Je me souviens de ce qu’elle me disait en parlant des rapports hommes/femmes :

      « J’aime la France parce que les hommes draguent sans être lourds à la différence  l’Italie où ils ont la main leste et de mon pays, la Suède, où ils ne vous regardent même pas »

      • Ping de Manuela:

        Quand j’étais au lycée je voyais la différence aussi, et je trouvais ça dommage que « les blonds aux yeux bleus » ne soient pas plus entreprenants.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Non, mais tout le discours féministe occulte la réalité : ce sont les hommes qui hésitent, ils ont toujours hésité et ils hésiteront toujours car les pulsions que le contact physique déchaîne chez eux risque de les faire verser dans l’asservissement.

          • Ping de Manuela:

            Certains hésitent mais pas les autres, parfois je me demandais si ils n’attendaient pas que ce soit les filles qui les abordent, ce qui est rédhibitoire pour moi et beaucoup de fille en général. Mais si tout le monde hésite personne ne risque de se rencontrer à part sur adopteunmec.com.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Ils ne veulent surtout pas être abordés. Ils veulent trouver la femme de leur vie, en tomber amoureux dès le premier regard, faire ce qu’il faut pour la conquérir, lui être fidèle et en être respectés.

          • Ping de Lou:

            Là, je pense que vous parlez pour vous.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Lou, vous avez une fâcheuse tendance à beaucoup m’amuser. Je me demandais si quelqu’un allait me le faire remarquer.
            Merci de me permettre de préciser. Je pense plutôt que chez moi, ce désir est plus conscient que chez d’autres hommes.
            Vous le reconnaîtrez aussi chez les autres si vous filtrez l’avidité, ou son pendant, la timidité.

          • Ping de Lou:

            Pourquoi fâcheuse ? Il faut sourire de temps en temps !

            Je ne doute pas que certains soient comme vous et cherche (j’en connais)mais d’autres veulent juste tirer leur plaisir charnel et partir.

            Je vous le souhaite en tout cas, de tomber amoureux.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Puisque vous vous êtes permis de porter un jugement personnel sur ma petite personne, je vais vous renvoyer le mien sur vous :
            je pense que c’est vous qui croyez que les hommes ne cherchent pas l’amour. Vous pouvez ainsi vous dire que je suis une exception, et cela vous permet de rester fermée à une rencontre amoureuse.
            Il y a de nombreux hommes qui usent de relations sexuelles de manière inappropriée. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils ne cherchent pas l’amour. D’ailleurs tous les hommes sont tentés par des relations sexuelles inappropriées, et si vous les jugez sur ce critère là, vous ne comprendrez rien. L’homme distingue la salope des femmes acceptables. Si à un moment donné ou à un autre, une femme ne se fait pas respecter ou ne se respecte pas, il la considérera comme une salope. Et s’il la considère comme une salope, il en usera puis la quittera, ou la méprisera et la détruira. Tandis que les femmes déconnectent difficilement sexe et amour, pour les hommes, ce sont deux terres étrangères.
            Je vais vous raconter une petite histoire qui devrait faire médiation : une dame d’un âge certain, m’affirme l’autre jour, qu’elle a vécu une idylle extraordinaire avec son mari. Il était amoureux !!!!!!!!!!! je vous en passe et des meilleurs. Le soir de la nuit de noce, son mari ne veut pas la toucher. Et pendant 3 jours, monsieur s’y refuse. La pauvre petite reste vierge. Elle se demande ce qui se passe. Il lui déclare qu’il l’aime tellement, qu’il veut attendre. Au bout du 3ème jour, la nature fait son oeuvre et le reste suivra tout aussi facilement. Vous pourriez vous dire : ce type était un pédé, c’était une fiotasse, un manipulateur, un menteur, il voulait essayer de la subjuguer. Mais pas du tout, il était sincère !

            Un homme qui aime, au début, voit toujours l’objet de son amour de manière idéalisée. Et si cette femme répond à son fantasme, alors, il n’y a plus de limite à cette idéalisation. A moins que ce ne soit l’inverse. Peu importe. Disons que la femme suscite le fantasme et que l’homme y répond, voilà qui est plus certain. Vous me l’accorderez, il aime l’image de cette personne, certainement pas cette personne en elle-même, avec ses défauts, ses qualités. Mais voilà le processus menteur qui depuis l’aube de l’humanité aide les hommes et les femmes à se rencontrer, processus que les femmes recherchent instinctivement, attendant prosaïquement qu’un homme soit fou d’elles. Pour conclure, je dirais qu’avec la libération sexuelle, une telle attitude se rencontre de moins en moins. Les hommes voient les femmes avec plus de distance et de scepticisme. Cela ne veut pas dire, que ce désir n’est pas enfoui en eux. Ils cherchent alors de manière inapproprié, ou dans l’impossibilité d’être émus (peut-être avec raison). De manière parallèle, les femmes se sont enfermées face à une libération sexuelle qui n’a comblé que leurs besoins de primates. Elles ne veulent plus exciter le fantasme d’hommes qu’elles méprisent (et qu’elles ont peut-être raison de mépriser). Le paradoxe féministe en action. Si vous voulez en sortir, soyez un peu plus ouverte. Quant aux hommes qui me lisent et qui vous rencontreront, je leur dis : soyez amoureux si vous avez 15 ans, et par la suite, sachez être imperméables à ces dames pour mieux les approcher et les juger pour ce qu’elles sont. Cela vous évitera un divorce particulièrement douloureux financièrement parlant.

          • Ping de François ALLINE:

            En Norvège ce sont les femmes qui abordent les hommes. Quasiment en les sifflant… On appelle désormais la plupart des Norvégiens »L’homme doux » :

            https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-chemin-du-nord/20120725.RUE4237/hommes-doux-femmes-hardies-la-drague-en-norvege.html

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Voilà pourquoi Anders Behring Breivik a fini par tirer dans le tas après avoir eu des centaines de relations sexuelles.

          • Ping de Manuela:

            Siffler des hommes quelle audace.

            Voilà ce que veulent les hommes:

            d’après monsieur Léonidas bien sur.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Ahahahah, je crois que c’est assez bien filmé, même si dans la réalité comme j’aime à le répéter, je crois qu’une plastique parfaite n’a pas tant d’importance que cela. Cela me fait penser à votre réflexion sur les corps d’hommes bobybuildés. Il y a quelques chose de très artificiel dans cela, et même de fragile je pense.

          • Ping de Lou:

            Charlotte Lucas méprisait M. collins si mes souvenirs sont exactes donc non pas comme eux

        • Ping de Lou:

          Ce n’est pas ce que je pense. Des hommes recherchant l’amour j’en connais plein. Et des femmes le recherchant aissi.Ça m’est arrivée d’être amoureuse aussi. Disons, que je trouve que c’est un sentiment qui ne dure pas et qui est loin de garantir le bonheur dans le couple alors je le cherche pas activement.

          Je cherche un mari en me basant sur un certain nombre de critères et si  nous sommes amoureux tant mieux sinon tant pis. L’important c’est que nos personnalités s’accordent suffisament et que je ne le trouve pas absolument repoussant.C’est une approche un peu froide et robotique mais c’est comme cela que mes parents se sont rencontrés et ça a plutot bien fonctionné pour eux.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Swedish PM backs new ‘sexual consent’ law », thelocal.se du 18/12/2017.

    Si la fille n’exprime pas clairement son accord, donc si vous ne lui demandez pas avant de manière explicite, il pourra y avoir poursuite pour viol.

    « Chéri, on baise ? »

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Pourquoi le concept de cette application de consentement sexuel est dangereux » Slate.fr du 08/12/2017.

    Dire oui, et puis non, cela s’appelle comment ?

    Il paraît que c’est une application d’hommes faite pour les hommes. Ici nous avons un article de femme faite pour les femmes.

  4. Ping de François ALLINE:

    Autrement présenté, si une femme se fait harceler, agresser ou violer et qu’elle n’a pas commander son « Angelot » c’est comme si elle était consentante…

    Intéressant !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Ahaha, j’y avais pas pensé à celle-là. Surtout en droit anglo saxon, ce serait très valable comme argument.
      La boulette des féministes.

      • Ping de François ALLINE:

        Vous savez Léonidas, il y a une femme, féministe, pas des moindres, Simone de Beauvoir ou Elisabeth Badinter qui a dit : « Le combat insensé de certaines féministes finira par se retourner contre elles ».

        Cela ne me fera aucune peine comme vous pouvez vous en douter. Il y a de par le monde une immense majorité de femmes qui aiment les hommes -comme ils sont- l’inverse est valable et qui ne cherche pas à tout prix à le domestiquer pour se plaindre du résultat le lendemain…

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « En Angleterre, les hommes accusés de viol devront prouver le consentement de la femme », Réinformation TV du 29/01/2015.

    La femme devient une déesse qui peut faire embastiller n’importe quel homme si elle regrette d’avoir eu des relations sexuelles avec lui. Déesse, parce qu’elle n’a plus à respecter nos principes de droit et notre régime accusatoire. Déesse qui peut jouer avec ses partenaires sexuels comme autant d’objets exploitables. Déesse qui ne doit plus être touchée sous peine de blasphème. Toujours plus une sale gueule la libération sexuelle.

    • Ping de Mindstyle:

      Qui peut encore désirer ce genre de femmes à part les petits garçons attardés qui ont été mal sevrés de leur maman ? Cette dynamique perverse n’est pas de nature à piéger un homme bien dans sa tête et qui a les idées clairs.

      Quand on voit les rapports proto-lesbiens que les femmes modernes émancipées entretiennent entre elles, on a vite compris qu’aucune relation saine n’est possible avec ce genre de femme.

      A partir de là, la boucle est bouclée; mais ce qui était marrant et qui a fait écho à ce que j’ai appris grâce à vous, c’est quand j’avais confronté mon ex’, en lui demandant si elle se comportait de la même manière avec ses amies, en terme de communication; et là, j’ai eu droit à une espèce de silence un peu gêné, comme si j’avais mis le doigt sur la façon dont les femmes modernes traitent les hommes, comme de vulgaires pantins manipulables…

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Les agressions sexuelles concernent 1 étudiante sur 5 aux Etats Unis », Figaro étudiant du 24/11/2014, Amélie Petitdemange.

    Ne pas préciser sur quelle base ces « agressions sexuelles » sont définies (aux USA, un acte sexuel sous alcool est défini comme une agression sexuelle si la fille l’estime comme tel), ne pas donner la parole aux associations d’étudiants concernées, jouer sur l’émotionnel… La peur s’instille,la peur engendre la peur, la peur fabrique de toute pièce le phénomène, puis apporte des réponses décalées comme ce contre à l’acte sexuel mentionné plus haut.