Accueil » Art » Correction du concours égalité 2014
Antiféminisme Aimeles

Correction du concours égalité 2014

Publié le 5 avril 2014 par Léonidas Durandal à 15 h 45 min

je n’ai pas le droit de m’endormir avant lui. Et durant la nuit, souvent, il me réveille.

 

J’arrive au travail, et à 7H pétantes, mon téléphone vibre. Le premier message de la journée, c’est mon bourreau qui me l’envoie. Il se lève exprès tous les matins, pour me noyer sous une pluie de sms culpabilisants, colériques et mortifiants. 

 

La matinée passe vite. Je suis débordée. J’ai un restaurant à faire tourner, je suis seule et je panique. J’ai mon téléphone toujours dans les mains, je perds un temps précieux. C’est un défi quotidien que je n’ai plus la force de relever.

 

Je suis une femme d’aujourd’hui, stressée et culpabilisée. Une femme qui gagne plus que son homme, qui lui en veut.

 

A midi, mes collègues arrivent. Ils me saluent et je discute avec eux. Les cinq précieuses minutes de sociabilité. Pas le temps de manger. Je n’en ai pas envie, rien ne me fait envie.

 

Le service terminé, je compte ma caisse et vérifie la propreté du restaurant.

 

Il est 16H, je me dépêche de rentrer. Il m’attend, alors je presse le pas. Le moindre retard me serait fatal, et j’appréhende les cris de ce soir.

 

Durant le trajet une amie m’appelle, elle souhaite me revoir. Je refuse, il n’aime pas mes amis, alors je n’ai pas le droit de les voir.

 

J’arrive et le retrouve. Je ne lui raconte pas ma journée, il déteste que je lui rappelle que j’ai un meilleur poste que lui. Je m’occupe de lui machinalement. Je lui prépare le steak-frites qu’il mange tous les jours. Je suis obligée de manger la même chose, alors je préfère ne rien avaler. Et dès que je peux, je fais un bout de ménage. Pas souvent, il ne supporte pas que je touche à son “bordel organisé”. 

 

On passe la soirée dans la même pièce, il se défonce et je m’efforce de ne pas m’endormir. Je pars me coucher crevée, mais soulagée d’avoir réussi à éviter la crise. Je suis une femme maltraitée.

 

Une femme seule.

 

1er prix de la vidéo : Capucine et Coline Madelaine, 19 ans : 1/20 ; citer Françoise Héritier ! Une femme qui a constaté que dans toutes les sociétés, la différence homme femme était universelle, et qui a été favorable aux unions de duos homosexuels ! Une femme qui dit que les travaux de la femme sont toujours considérés comme dégradants par rapport à ceux des hommes, oubliant le rôle de la maternité dans toutes les sociétés, voire le culte qui a été rendu à celle-ci ! Pour un concours sur l’égalité ! Même s’il n’y a que des femmes qui sont concernées, je proteste : il faut savoir respecter ces dames, même quand elles ne savent pas le faire pour elles. Et puis reprendre cette phrase, « rien n’est naturel » comme la plus simple évidence, alors que l’ensemble de la science prouve l’inverse. Reprendre aussi toutes ces phrases du quotidien truquées pour leur faire jouer le rôle de la paranoïa. La copie est entièrement à revoir.

 

 

 

Mention spéciale : le 3e prix qui est attribué à Maud, 19 ans, de Vernouillet, 78, pour son affiche à « Femmes, sortons de la nuit » et qui est une mise en danger caractérisée d’autrui.

soirée de l'égalité

J’ai écrit un très bon article sur le sujet (lien).

 

 

 

Bon, je passe sur tout le reste qui n’est qu’une forme de volonté castratrice des hommes (on se demande quelle espèce de mères elles feront pour leurs petits garçons), mais je voudrais terminer sur quelques traits d’inculture manifeste repérés de ci de là, car les chiennes de féministes ne font pas de petites chattes cultivées :

 

 

Elle était une fois

 

 

ou encore ce bout de texte avec une erreur grammaticale et une erreur volontaire de marquage du féminin qui montre toute l’ignorance de cette demoiselle concernant les mécanismes de la langue :

l’homme garde le contrôle. C’est pourquoi

l’égalité n’existe pas et on doit tout faire pour que

jamais, au grand jamais,

cette égalitéE ne naisse en 2014.

ici, un féminin est marqué pour lutter contre une soit-disant discrimination dans la langue. Mais de discrimination, il n’y en a pas. Pour le savoir il lui suffirait de retourner au lycée. Ah mais c’est vrai, ce sont les promoteurs du concours qui les ont encouragées à faire cette faute :

 

http://egalitee2014.fr/

Ils auraient voulu marquer leur désir de corrompre la jeunesse, ils ne s’y seraient pas pris autrement.

 

24 Commentaires

  1. Ping de kasimar:

    Comme disait Kennedy “n’oubliez jamais vos ennemis” car ils sont bien plus influents que nous le croyions

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.