Accueil » Homme en lutte » Courage antiféministes !
Antiféminisme Aimeles

Courage antiféministes !

Publié le 16 janvier 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

bouger ce monde, la situation a-t-elle empiré malgré des décennies de luttes ? Certainement. Votre foi est éprouvée. L’espérance vous abandonne. Je m’adresse ici aux vieux combattants. Cela les concerne en principal. Dernièrement j’ai entendu parler Monsieur Soral sur le féminisme, disant que celui-ci avait gagné et que l’antiféminisme avait perdu. J’ai saisi le ton désabusé du livre de M Scheffer, j’ai senti tout le poids de 40 années de défaites et de leurs conséquences sur notre société. Tous les deux avaient raison. desoeuvrement2 Mais ce combat est-il définitivement perdu ? Certainement pas ! Accepter la victoire du féminisme, ce serait valider la mort de l’humanité. Nous ne pouvons pas nous payer ce luxe s’il y a encore de la vie en nous. desoeuvrement Dans un des célèbres écrit de combat oriental, il est conseillé au guerrier de ne jamais avoir l’air défait, quant bien même il serait à l’article de la mort. Un combattant ne doit jamais montrer son découragement, même s’il l’est. Il doit toujours opposer une bonne mine à ses contradicteurs, même si, au fond de lui, il est détruit. Il est une chose de penser, et d’analyser, et d’avoir raison. Il en est une autre de combattre. Nous n’aurons jamais de meilleures analyses que de ceux qui ont vécus. Mais ceux qui tiennent les armes sont responsables de la victoire. Ils sont parfois jeunes, ils ont une énergie débordante, ils commettent de nombreuses erreurs. Ceux-là s’ils peuvent malencontreusement mourir, doivent le faire l’arme à la main et le sourire aux lèvres. Qu’ils se félicitent s’ils ont la chance de terminer sur le champ de bataille, après une vie trop courte, mais bien remplie, vaincus par le mensonge, gagnant leur humanité en la perdant. Quant aux vieux guerriers, retirez-vous si l’épée vous échappe des mains, si vos visages doivent porter sur notre moral, ou bien, montrez-nous l’exemple ! Battez-vous, battez-vous, battez-vous !

Un jeune qui se bat suit seulement sa nature.  

Un ancien qui se bat encore, a vaincu la nature.

 

 

 

Courage antiféministes !

31 Commentaires

  1. Ping de kasimar:

    3827d4681eed53e8567fb4efcf1c4702

    @Nash

    « Si K. veut bien me laisser une adresse valide sur mon blog je lui enverrai sinon faudra attendre que je les republie sur mon blog. »

    Message reçu 5/5. Je vois que vous avez mis le lien 

    http://leblogdenash.over-blog.com/article-cafe-lectures-les-feminismes-condition-masculine-97545446.html

    Les livres proposés sont intéressants, je vais en choisir quelques uns dans la bibiothèque du coin. A noter que je viens de terminer « vers la féminisation  » d’Alain Soral et je compte bien approfondir mon centre cuturel et analyser des auteurs tels que Bourdieu et Badinter que Soral a cité dans son chef-d’oeuvre.

    En tout cas je vous en remercie 😉

     

  2. Ping de Nash:

    Nous ne sommes pas si décalé que ca mais le format que vous avez choisit interfère avec une lisibilité et peut s’avérer contre productif. Il suffit de lire les commentaires sous l’article qui a été repris par E&R.

    Si vous avez le temps, explorez cette page tenu par une anthropologue (http://www.la-dive-compagnie.com/rubrique.php3?id_rubrique=14) pro – matriarcat puisqu’elle consacre un long article à déboulloner l’image de l’homme et du père.

    Il s’avère que ce type de texte et de réflexion, nous sommes loin, très loin de les avoirs. Nous sommes à des années lumières de mettre en place ce type de discours pour parler de la paternité et rendre une culture masculine à l’homme.

    Nous ne pouvons pas faire l’impasse là dessus (le site antisexisme en est un autre exemple) et moi je compte m’approprier ce terrain puisque personne ne le fait. Comme je vous l’avais dit dans un commentaire malheureusement effacé, toutes les compétences sont nécessaires y compris la reflexion théorique.

    A l’heure actuelle, le crédo sociétale c’est :

    – Il n’y a pas de femmes violentes

    – Il n’y a pas de sexisme contre les hommes

    – Il n’y a pas de discrimination contre les hommes

    – Seuls les hommes sont violents

    ETC …

    Sans informations et construction de notre version de l’histoire et des relations humaines, nous n’arriverons à rien. Ce n’est pas une discution théorique ou scientifique que j’attends mais c’est bien de la recherche d’information car « savoir c’est pouvoir ».

    Vous savez, il est tout à fait possible de combiner la reflexion et les relations humaines !

  3. Ping de Nash:

    C’est pas tant de travailler ensemble que de partage de l’information et notamment sur l’anthropologie sur laquelle je suis en recherche d’information et je vous renvoie à mon courriél sur ce point là.

    Le principal soucis des hommes c’est leur éclatement. Il y a quelques temps, j’ai eu plusieurs contacts avec différents défenseurs de la condition masculine dans le monde, au Québec et bien sur en France. Quand je dis contact, je dis rencontre et long échange Skype.

    Je suis moi non plus pas prêt à travailler avec vous.

  4. Ping de Nash:

    « Pourvu qu’il ne penche pas du côté obscur » L…, je suis ton père houuuuuuchuuuuuu

    Blague à part. J’avais écrit un long commentaire et puis bug venant d’une page tout a disparu. Je n’ai pas envie de tout réécrire donc j’ai pour vous des références de livres venant de ma période de recherche d’idée.

    Si K. veut bien me laisser une adresse valide sur mon blog je lui enverrai sinon faudra attendre que je les republie sur mon blog.

    Quand l’envie sera revenu, je le remetterai. LD, pourriez répondre à la question de mon mél sur les rituels wikka (analyse des idées oblige … )

  5. Ping de Nash:

    A LD,

    De quelles limites du modèle grec parlez vous ?

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    @Nash : sur votre lien de M Trottier. L’analyse est brillante, cependant elle pêche sur un point en excluant une hyptohèse : ces succédanés de religion seraient dégénérés par rapport à une religion d’origine, positive elle. Il pose comme un principe la négativité du catholiscisme, et le rôle négatif des religions en général, grossière erreur historique qui appartient, d’habitude aux imbéciles sans culture. Cela n’enlève que peu à sa présente analyse, mais bon, il me fallait rajouter cette remarque.

  7. Ping de Nash:

    A K.,

    J’ai lu l’article proposé en lien. On notera le sexisme du sous titre :

    « Ces néo-garçons manqués battent en brèche les stéréotypes sur la féminité »

  8. Ping de Nash:

    @ Kasimar et LD,

    Quelles différence faites vous entre « féminisme » et  » les forces féministes » ? Pour ma part, j’y vois qu’une différence de sémantique sans différence dans le réel puisque c’est la même chose.

    Le féminisme et « forces féministes » ne sont que les deux faces d’un même moyen. La question qui se pose pour moi c’est quel pan du féminisme est légitime et sur quelles bases prospèrent une féminisme de combat.

    Je n’adhère pas la théorie patriarcale car elle n’est pas pertinente dans mon vécu et d’un point de vue scientifique ne doit pas vérifier le principe de Karl Popper et surtout elle ne tient pas compte des intéractions à long temps et petite échelle pour parler le pédant.

    Je trouve par contre une bonne idée le fait que les deux membres d’un couple soit financièrement indépendant et pas dans des rôles fixés (par contre la fonction est elle immuable et le rôle est quoiqu’en dise les féministes indéxé sur la fonction biologique).

    Il y a un combat des mots sur ce sujet, un combat qui fait se définir comme « anti-féministe » est tout simplement rédibitoire dans un débat ou un échange. Certaines personnes me définissent comme antiféministe parce que je m’intéresse aux problèmes masculins, c’est bien sur pour moi inaceptable car je ne le suis pas.

    Je dois dire que le féminisme de Badinter me plaît comme celui de Marcela Iacub.

    Quant à l’homoséxualité, je dis que nous ne pouvons pas la laissé à l’abandon car d’une part on est homme avant d’être homosexuel et que l’homoséxualité est une classe illusoire. Les homosexuels masculins ne doivent être abandonné pour quelques raisons que ce soient surtout quand vous avez des lesbiennes comme Genniève Pastre (qui a écrit « De l’amour Lesbien ») qui affirme dans son bouquin que la relation père – fils n’est qu’une sodomie sublimée. D’ailleurs si vous fréquentez ces millieux, vous apprendrez beaucoup de choses concernant leurs attentent et leurs ressentis(ment).

    Le cas J. Edgar Hoover dont j’ai commis un article dessus montre comment un homme qui déjà a vécu un inceste affectif et qui a rejetté son homoséxualité est devenu.

    Il faut que vous lisiez le « grand mensonge du féminisme » de Jean Philippe Trottier

    Deux autres liens :

    Le premier sur les moyens utilisés pour diaboliser l’adverssaire (typologies de Laird Wilcox sur les extrémistes, blog de Nash disparu).

    Le second sur les conditionnements collectifs et individuels. Le premier exemple est important pour comprendre pourquoi certaines idéologies ne sont pas si facilement attaquable ou même questionnable.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.