Accueil » Enfance détruite » D’amère en fils de fumée
Antiféminisme Aimeles

D’amère en fils de fumée

Publié le 28 novembre 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 01 min

A la télévision, on vous le dit. C’est un enfant particulier. Tout le monde est particulier. Il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter. La drogue soulage, elle est faite pour ça. Quoi de plus normal que de vouloir être soulagé et d’oublier la souffrance. La drogue de cannabis, est particulièrement normale. Ce n’est même pas de la drogue sauf cas particulier.

 

cannabis,-plante-(2014-11-17)Y-a que les fachos qui ne le pensent pas. Eux, ils vous énervent. Ils n’arrivent pas à progresser dans leur tête. Ils ne peuvent pas comprendre. C’est même sain de fumer. C’est tellement sain que c’est bio chez vous. nique lepenVous ne vous moquez pas de la gueule du client. Vous produisez bio. Ca fait une grosse différence. Le fumeur bio est certifié conforme. Rien de mal ne saura lui arriver. Il évitera le méchant banlieusard et la mixité sociale qui ne convient pas. Ca, vous êtes d’une tolérance, on pourra pas vous le reprocher. Vous êtes pour les étrangers, mais pas les méchants, vous faites la distinction. A part ça, ce sont des humains comme vous. Les fachos, eux, pensent que tous les étrangers sont mauvais, ou que certains le sont. Qu’ils sont idiots ces fachos. Ils n’ont pas compris qu’ils sont tous bons, sauf ceux qui vivent dans la misère, bien entendu. Ca fait une grosse différence de mentalité la tolérance. Eux, ils n’ont pas la chance d’avoir vos revenus alors ils ont des excuses. Ils ne sont pas dans l’humanité normale à cause de la pauvreté. Ils n’ont pas eu la chance d’avoir les bons parents. Ils peuvent être méchants, vous gentils, on est tous humains. La preuve, on fume comme les autres.

 

humanité

 

 

Toute l’humanité devrait fumer parce que ce n’est pas mauvais pour la santé et que ça guérit. C’est la société qui a un problème. La fumette, ça ne vous a pas empêché de trouver un travail et l’amour d’ailleurs. Avec votre partenaire, vous fumez bien entendu. Vous ne vous êtes pas rencontrés pour rien. Ca vous donne du soulagement. Vous faîtes l’amour aussi. Chacun est compromis. Et puis socialement, vous êtes intégré bien comme il faut. Vous pensez comme tout le monde et même contre tout le monde quand les autres ne pensent pas comme il faut. Vous défendez ce qui doit être défendu, vous. Vous êtes spécial à défendre ce qui doit être défendu. Vous ramenez l’argent. Vous êtes si loin de l’image du drogué, de l’image de cas social attachée au dealer. C’est plutôt rassurant même si parfois, vous ne supportez pas ce jeu. Vous haïssez le monde parce qu’il vous fait mentir. Et vous vous haïssez de haïr ce monde. C’est scandaleux tout ce monde. Il faudrait faire quelque chose pour arrêter la haine.

 

Le soir vous rentrez, et puis le petit joint. Ca fait du bien contre ce monde. Après le mal devient plus détendu. Il est là, mais on l’accepte. La vie reprend son cours. Et les enfants grandissent. Bon sang, on ne les voit pas grandir. On les voit grandir le jour où le collège appelle. Ca, y-a longtemps qu’ils sont mal dans leur peau, en rupture scolaire comme ils disent. Mais quoi de plus normal dans un tel monde de fou ? Il faut les comprendre. Mais quand même, cette fois, ils vous ont pris votre drogue. doute cannabisIls l’ont même vendue au collège. Jusqu’où ça va s’arrêter. C’est pas trop bien de l’avoir fait sans vous en parler. On vous aurait expliqué. D’ailleurs, si c’était légalisé, on n’aurait pas tous ces problèmes. Le collège ne comprend pas. C’est la faute au regard de la société qui ne veut pas évoluer. Les zyeux de la société… ils vous regardent ces zyeux, et ils font souffrir, pas que vous. Ce n’est pas bien de faire souffrir les autres. Même les catholiques savent ça. Si les gens étaient plus gentils, le monde “>

Lire la suite

36 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Hommes et femmes n’ont pas le même rapport à la drogue”, Figaro du 22/05/2015.

    Les chiffres deviennent démentiels en France. On peut considérer que l’utilisation de la drogue pour soulager des souffrances/vivre mieux est une forme de constat d’échec complet de la société.

  2. Ping de Mindstyle:

    Elle échappe à la prison après avoir tranché le pénis d’un ado de 18 ans pour un viol inexistant sur son fils :

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2122357/2014/11/16/Elle-tranche-le-penis-d-un-ado-pour-un-viol-inexistant-sur-son-fils.dhtml

  3. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Je ne cherche en aucune façon à attaquer le culte marial, ni à le défendre, mais juste à souligner l’étrange “filiation” qui lie la vision féministe de la femme-mère de l’humanité et le culte de Marie, Mère de Dieu. L’image de la femme véhiculée par le féminisme est étrangement proche de celle de la Vierge imposée par le culte marial.
    La Vierge : femme soumise à Dieu, exempte de péché originel (donc du péché de chair) et toute entière vouée à l’éducation du Christ. Joseph, le Père naturel (l’est-il vraiment ?) n’est qu’un pâle représentant de Dieu Tout-Puissant.
    La Femme selon les féministes : soumise au Patriarcat, victime du péché de chair par soumission (en dépit de sa bonne volonté) et vouée à l’éducation de ses enfants. Le véritable père serait l’Etat, tout puissant à l’égal de Dieu et tout disposé à écarter le père naturel pour se substituer à lui lors du divorce.
    Voilà pourquoi les pères pris en tenaille entre les pouvoirs religieux et civils, entre tradition et modernité n’ont pas su réagir aux menaces contre leurs droits fondamentaux.

  4. Ping de gastirad39:

    Nick: Je n’ignore pas la dévotion des orthodoxes envers Marie” mère de Dieu” dévotion qui failli provoquer un schisme.Je ne veux pas non plus me prononcer sur la validité on non de cette dévotion. Mon propos est seulement de souligner le fait que la vision féministe de la femme-victime (de l’homme)et mère de l’humanité et dont la défense est donc essentielle est issue en quelque sorte du culte marial.

    • Ping de Tchetnik:

      Le culte de la Mère de Dieu remonte quand même à l’époque Apostolique. Certains hymnes datent du VIième siècle comme l’Hymne Acathyste.

      Le féminisme apparait quand même après plus de 1400 e dévotion à Mari dans le Christianisme, ce qui, pour rendre cette dévotion responsable d cette idéologie, est un peu court.
      Du reste, les pays qui ont conservé ce culte marial en particulier n Russie, Grèce, Serbie, sont sans doute les moins perméables au “féminisme”.

      Ce culte, qui ne doit pas être mis à égalité avec l’adoration du Christ (Chesterton avait bien distingué la différence entre “vénération” et “adoration”) ne fait pas de la femme un être supérieur à l’homme, mais un être humain créé à l’image de Dieu, d’image divine égale, donc d’égale dignité, appelé au Salut comme à la damnation selon sa foi et ses œuvres. Un être humain doté d la même liberté, de la même responsabilité, de la même capacité à accepter Dieu ou à le refuser, rien de plus.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        Je ne peux pas vous opposer mes connaissances culturelles. Mais autour de chez moi, il y a encore des réminiscences de cultes aux sources, de paganisme en général, pré-christique. Et souvent le culte marial a canalisé ces croyances. Mais pas totalement. Aujourd’hui, je crois que le paganisme est en train de prendre le pas sur le culte marial. Il y a eu un va et vient dans cette histoire. Il ne s’agit pas supprimer ce culte, mais de l’interroger. Regardez les personnes qui vont à Medjugorje, leur attitude. Elles cherchent à se rassurer. Elles sont si fragiles. Elles ont peur de ce monde. Et d’un certain point de vue, je les comprends. Mais souvent chez elles, le culte marial est à la limite de l’enfermement. Elles ne comprennent pas qu’une croyance catholique puisse passer autrement que par Marie. Elles se servent de Marie pour éviter la croix. Elles disent passer par Marie pour aller vers Jésus mais… comment dire, pourquoi ne supportent-elles rien d’autre de la part de Dieu ? Il faut le dire, je ne suis pas très à l’aise avec le mysticisme. Cependant, il me semble y avoir une part de mal ici, une part d’enfermement, et cet enfermement nous a conduit là où nous sommes. Ce sont des personnes incapables de faire face à la différence. Or Jésus n’est que différences. Ce sont elles qui ont semé la division ou qui ont vidé nos Eglises. Elles ont vidé nos Eglises par leur absence totale de remise en question, en se roulant dans leur médiocrité et leur exaltation. C’est le versant progressiste. Mais elles L’ont brisée aussi en étant persuadées d’avoir raison, en ne supportant pas la moindre main tendue envers le monde et en n’hésitant pas à faire sécession. C’est le versant traditionaliste. Toutes ces femmes qui prient Marie, plus je les connais, plus elles me font horreur. Qu’elles soient fortes ou faibles, jamais elles ne chantent juste, depuis combien de temps les voix masculines ne chantent plus dans nos Eglises ? Je ne veux pas dire, les voix d’hommes dans les aiguës, je veux bien dire dans les graves. Le totalitarisme marial s’est tellement imposé que cela se voit même dans nos voix. Des coeurs de vieilles, et/ou insensibles. Ah elles ont le coeur gros de Marie, mais rien des souffrances de Jésus dans la voix. Comment un tel culte a pu se développer dans nos Eglises pour aboutir à un tel résultat ? Je n’ai que l’explication d’une déviance du culte marial. Jésus dit à Marie de s’écarter de son chemin à un moment donné. Nous devons faire de même avec nos femmes dans l’Eglise en ce moment. Il faut qu’elles s’écartent un peu et qu’elles laissent passer Jésus. Jésus étouffe avec elles, comme une mère est capable d’étouffer son enfant si le père n’intervient pas.

        Certes, l’Eglise orthodoxe connaît une évolution différente. Mais je ne donne pas cher de leur peau. Car dès qu’ils auront connu ce que nous avons connu, je ne vois pas quels ressorts en eux les empêchera de sombrer à leur tour. Nous sommes seulement en avance ici. Cela fait des millénaires que les femmes travaillent l’Eglise de leur culte marial, ça, je suis bien d’accord. Je suis certain que dès le début, elles ont essayé de poser leurs pierres. Il n’y a qu’à voir comment la moitié des Evangiles s’oppose à l’autre dans ce cas. Elles disent que Marie est source d’unité !Mise dans leurs mains, je n’ai vu que divisions. Elles se servent de Marie au lieu de se mettre au service de Dieu. Depuis la révolution française, si vous avez remarqué, il y a eu un retour du culte marial, en réaction, tout comme chez eux depuis l’oppression et la fin du communisme. Mais les hommes chez nous ont fui cette Eglise qui ne leur parlait plus, qui n’acceptait plus leur virilité, tout comme les hommes là-bas le feront. Et quand ce sera le cas, ils verront leur nudité. La féminisation avait commencé bien avant la révolution d’ailleurs. Tant et si bien que la révolution est arrivée en réaction à cette féminisation. Or l’Eglise, au lieu de s’interroger sincèrement, en a rajouté une couche comme d’habitude quand on touche à Marie. Comme si l’erreur révolutionnaire pouvait nous absoudre de nos propres fautes. La royauté ne s’est pas remise de ce retard. Et la mal a perduré, jusqu’à aujourd’hui, où même ces femmes qui étaient sensées défendre leur Eglise, L’ont abandonnée maintenant qu’Elle ne leur sert plus à rien. Seules quelques unes d’entre elles restent parmi nous, au cas où la bête serait encore vivante. Bien entendu, je ne veux pas dire que c’est un mouvement conscient, les femmes ont une forme d’intelligence collective différente. Mais c’est exactement cela qui s’est produit et qui se produit encore aujourd’hui.

    • Ping de Tchetnik:

      Le Symbole de foi de Nicée-Constantinople parle bien du Christ “né du Saint Esprit et de la Vierge Marie”, le Concile d’Éphèse (431) définit bien Marie comme “Theotokos”, à savoir Mère de Dieu, (et pas seulement Christotokos” des Monophysites). On ne compte plus les homélies des Pères de l’Église qui parlent d’elle et l’Église Apostolique Arménienne vénère aussi Marie, comme toutes les églises antiques du reste.

      On est bien là largement antérieurs au Concile de Trente…

  5. Ping de Durandal Léonidas:

    ou bien la féminisation totalitaire est la marque d’époques ou de secteurs en totale régression… C’est presque systématique. Regardez, les médecins, avocats, juges, professeur. Partout où elles passent et quelque soit la compétence de celles-là prises individuellement, l’herbe ne repousse pas. Elles ont vidé les Eglises, entre autre. Et maintenant, leur culte marial, qui leur permet de rester enfermées sur elles… Un détail dans votre propos : l’Esprit Saint est pour moi d’essence plutôt féminine. Enfin, l’Eglise catholique n’a peut-être pas vocation à répondre à tout. Un exemple : la Création. ici, ce sont des lois naturelles qui s’imposent qui ont peu à voir avec la révélation Christique excepté la nature pécheresse etc…etc… mais par exemple, la science qui fait partie de la loi naturelle, elle se comprend sans révélation, tout comme une équation. L’Eglise catholique a surtout pour vocation de sauver les âmes. Pour le reste, il y a d’immenses champs qui sont laissés à l’Esprit Saint, que Dieu domine mais qu’un technicien homme, peut comprendre et mettre en oeuvre sans la Foi. On en voit bien l’exemple pour les unions de duos : normalement, tout être doué de raison et de sensibilité à la nature, pourrait s’y opposer. En pratique, ce sont souvent des personnes qui se posent des questions sur l’âme qui trouvent la force et le sens pour mener le combat. Mais ce n’est pas une question de logique. Seulement de sensibilité. Enfin pour ceux qui approuvent ce genre de mesure aujourd’hui, tout est naturel même ce qui vient de l’homme et qui objectivement s’oppose pourtant à toute la construction scientifique autour de nous. Eux ne se distinguent pas de la nature mais étant humains, ils ont des pouvoirs disproportionnés par rapport à n’importe quel autre animal et ils font beaucoup de mal, car ils ne veulent pas exercer leur conscience. Leur phrase type c’est “c’est bien parce que ça se fait”.

  6. Ping de ALLINE:

    C’est l’éternel problème de l’éducatif. Ma famille a des vignes, avec frères, cousins et amis nous mettions le vin en bouteille alors que nous n’avions que 14 ans sans boire pour autant. Mon père, s’il était encore parmi nous, aurait 104 descendants et collatéraux à ce jour, il n’y a ni alcoolos, ni drogués n’excluant pas quelques dérapages ponctuels des ados d’aujourd’hui. Le “pinard” était légal, voire encouragé…

  7. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Vous avez raison de dénoncer toutes ces dérives sociétales: pornographie, drogue … Cependant une récente étude historique m’a convaincu de ce que le ver est dans le fruit depuis longtemps. Pardon de parler d’autre chose que le sujet, mais je tiens à attirer votre attention sur des faits fondamentaux. L’histoire du Culte Marial nous apprend d’étranges choses.
    Dans les religions préchrétiennes, les Dieux étaient ordonnés par couples, chaque Dieu ayant sa déesse correspondante, dans un quasi équilibre des sexes, mais à domination masculine. La religion chrétienne propose une rupture avec ce modèle « naturel » . Un Dieu Tout-Puissant masculin, son fils messager et un Esprit Saint tous masculins. Reste alors le mystère du lien déité-Nature, institué par un couple naturel : Marie et Joseph.
    Je n’ai nulle intention de débattre du bien fondé païen ou chrétien, mais d’en tirer les développements ultérieurs.
    Le culte marial, ou dévotion mariale, est la vénération que le christianisme porte à Marie. Il ne fait partie des dogmes qu’après le Concile de Trente (1545 / 1552), suite à la Réforme. Le protestantisme, pour sa part, respecte Marie pour son exemplarité et pour son rôle dans l’économie du salut mais ne lui voue pas de véritable culte.
    Le dogme de l’Immaculée Conception n’apparait qu’en 1854, et c’est en 1858, que Bernadette déclare les apparitions de l’Immaculée Conception à Lourdes. Enfin, l’Assomption, quoique fêtée dès l’origine du christianisme, ne devient dogme qu’en 1950.
    Il semble bien que les époques charnières, Réforme / Contre Réforme ou agitation révolutionnaire (1830 / 1871) voient les autorités civiles et religieuses se liguer pour promouvoir les femmes. Car dès que les hommes contestent les pouvoirs religieux ou civils, on assiste à la promotion des femmes. Par réflexe de protection des pouvoirs. Ainsi, après 1830, on se préoccupe des Salles d’Asiles pour enfants d’ouvriers et on lance Marie Carpentier qui fondera les écoles maternelles en 1848. Enfin tout le monde sait ce qui se passe depuis les années 1950/60.

    • Ping de Nick:

      Pour ce qui est des comparaisons Gastirad39 tu oublis l’Eglise thodoxe c’est-à-dire l’Eglise des 7 conciles où lors du 1er millénaire Marie était déjà Théotokos, pourquoi te limiter au catholicisme romain et au protestantisme alors que le christianisme est jusqu’à Vladivostok ?

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.