Accueil » Confusion des sexes » De l’abandon des enfants à travers leur revendication d’indifférenciation sexuelle
AIMELES Antiféminisme

De l’abandon des enfants à travers leur revendication d’indifférenciation sexuelle

Publié le 29 mars 2019 par Léonidas Durandal à 9 h 38 min

l’envie. Notre monde ne meurt pas de manque de justice, ni de manque de charité, mais de son absolue laideur qui nous prive de tout courage à vouloir le défendre et l’aimer. Nous voulons jouir, non pas accéder à la transcendance.

La tolérance des enfants perdus, par exemple, est laide. Une tolérance doit être héroïque pour avoir un sens esthétique. Au contraire, pervertie, elle n’est qu’un de ces laisser aller dont j’ai parlé plus haut.

Plus généralement, nous n’aurions pas construit un monde aussi invivable pour les êtres humaines, les fleurs, les plantes et les animaux, si nous avions un peu plus cultivé notre sens de l’esthétique, si toute innovation agricole avait été soumise à une obligation d’exalter une forme choisie d’harmonie.

D’ailleurs et vous l’aurez remarqué, les enfants perdus sont laids, terriblement laids en ce qu’ils se détruisent volontairement, et qu’ils cherchent à effacer toute trace de beau en eux, pour ne pas que le monde ait prise sur eux, pour qu’ils puissent rester bien enfermés dans leurs peurs. Les enfants perdus se cachent du regard des autres. Ils se disent qu’ils seront beaux plus tard, ou que l’esthétique ne doit avoir aucune importance. Seulement, en vérité, ils vivent dans l’impuissance à s’incarner en ce monde, trop faibles.

Les présenter en exemple comme cet article de journal le fait, équivaut à idéaliser le monstre, pour mieux le détruire. Car à n’en pas douter, encourager de telles démarches, ne redonnera jamais confiance aux enfants perdus, mais les prolongera dans l’erreur. Et tout cela en se rémunérant sur leur dos.

Si l’auteur de cet article avait fait agir son sens de l’esthétique, il n’aurait pas écrit ceci. Il y a de l’amour à dire non à une personne qui se trompe. Mais dans son développement, comme dans celui de tant d’autres, il a confondu faiblesse et avancée sociétale. Et il est à augurer, malheureusement, que son erreur ne se diffuse puisque les forces du beau peinent aujourd’hui à se mobiliser.

2 Commentaires