Accueil » Homme en lutte » Devrait-on avoir le droit de cogner sa femme ?
Antiféminisme Aimeles

Devrait-on avoir le droit de cogner sa femme ?

Publié le 17 janvier 2018 par Léonidas Durandal à 15 h 07 min

Dans l’absolu oui. Il n’y a que les civilisations en fin de course et complètement efféminées qui se l’interdisent. Celles-là s’imaginent supérieures à toutes autres, alors qu’elles sont surtout lâches, faibles et peu sûres d’elles-mêmes. Dans ces sociétés qui tentent médiocrement de survivre, la violence symbolique est d’abord transférée à l’État. Cette prérogative est donc soustraite à l’homme. Puis quand la société, qui est femme, prend définitivement le dessus sur tous les individus, les femmes folles finissent par avoir toute licence pour tyranniser leur entourage dans l’impunité la plus complète. Car l’Etat, déjà incapable de s’occuper de lui-même, n’a aucun moyen de juger d’une situation intime. Il doit agir de manière binaire pour se simplifier la tâche : la femme est faible physiquement, elle est donc innocente lors d’une scène de violences conjugales. C’est ignorer la complexité des rapports humains, les provocations, les perversions, les faiblesses morales, les demandes d’autorité appuyées de la part des femmes.

L’absence de vraie condamnation pour les meurtres commis par Jacqueline Sauvage ou Alexandra Lange sur leurs compagnons, la relaxe de Dominique Cottrez après 4 ans de prison pour l’assassinat de 8 enfants ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Sous l’eau, des millions d’hommes peuvent se faire tyranniser en France sans avoir le droit de réagir. Voilà ce que signifie l’impossibilité pratique de donner une bonne raclée à sa femme : la licence la plus complète. Beaucoup d’hommes sont victimes de ces femmes, tout comme bon nombre de femmes d’ailleurs. Car celles qui martyrisent leur mari, martyrisent aussi leurs enfants, entre autre.

Face à l’abus, ces millions de victimes devraient réagir me direz-vous. Cependant, elles ne le peuvent pas. Souvent, elles n’ont même pas conscience de la situation qui est la leur. Car l’abus d’une femme a ceci de caractéristique qu’il peut passer inaperçu assez facilement. Les victimes d’une mère, encore sous l’influence de la mère, voient toujours le monde à travers elle. Il faut entendre le témoignage de ces enfants victimes d’inceste maternel pour comprendre : tant que vous restez dans le giron de celle qui vous a donné la vie, vous êtes incapable de voir le monde par vos propres yeux. Plus vous restez dans son giron, plus vous êtes aveugle.

 

 

Ainsi, un homme marié peut-il être encore engoncé dans ses illusions et ne devoir son salut qu’au bon comportement de sa femme. Mais que se passe-t-il quand ce n’est plus le cas, quand l’abus qui a généré l’abus s’est propagé ? La réponse est simple : plus rien ne peut l’empêcher.

 

               Battre sa femme, une bonne solution ?

En théorie, oui. Mais en pratique, le monde n’est pas si simple. Si une femme remet en cause votre autorité de mari, qu’elle commet ce sacrilège, il vous faut vous opposer à elle par tous les moyens, tout en gardant votre calme. Cependant, si cela ne fonctionne pas, dîtes-vous bien qu’elle ne vous respecte pas et qu’elle ne vous respectera probablement jamais. Le problème vient d’ailleurs. La battre n’y changera rien. Au contraire, vous lui rendrez service en donnant des limites à son hystérie, cependant que vous vous salirez. Elle ne sortira jamais des rapports de domination qui la motivent. A ses yeux vous resterez un homme comme les autres, médiocre, qui la bat parce qu’il est un impuissant, finalement rassurant parce que manipulable.

Ce genre de femmes pourra changer 50 fois d’hommes, à chaque fois, bizarrement, elles se feront battre par leur nouveau compagnon, tandis que les dits hommes étaient considérés comme des agneaux auparavant (voir l’historique de Johnny Hallyday).

 

(extrait de “Sleepers”)

Si très souvent, ces femmes reviennent vers celui qui la bat, la raison en est simple : elles ne veulent pas lâcher leur victime si facilement. Elles savent qu’il leur faudra du temps pour retrouver une bonne relation toxique et polluer un autre homme, et comme tout à chacun, elles préfèrent « un tiens que deux tu l’auras ». Il est à souligner que ces femmes là ne sont pas les pires. Celles qui choisissent un partenaire pour pouvoir l’humilier à loisir, n’ont même pas le fantasme de s’élever un tout petit peu dans l’échelle de l’humanité…  

Certains hommes, des sortes de saints modernes, choisissent d’entamer un long travail de rééducation de leurs compagnes au lieu de les quitter. Avec l’expérience, je “>

Lire la suite

38 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “« Comment allez-vous expliquer à vos enfants que vous avez frappé leur mère ? »” L’Obs du 03/05/2019.

    Comment va-t-il leur expliquer que maman a trompé papa et qu’elle s’est prise deux trois bouffes ? A mon avis, ça ne devrait pas être trop difficile. Il n’y a que devant des tribunaux français que les hommes ont le droit à de telles leçons de morale.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Publicité) “Fiat 500 S What Bad Boys Drive, Funny Advertisement”  Kondor du 22/04/2018.

    Mais de quel droit ces femmes se permettent de gifler un homme ?

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “SexWar 2 : Marie, Adolpha, Amber et Asmae s’en vont en guerre” Hommes libres du 25/01/2019.

    Elle a été plainte pour avoir obtenu ce qu’elle méritait.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “”Ma femme, elle a la peau qui marque beaucoup””, L’Obs du 23/11/2018.

    Oh ce que j’ai ri. Il vit au crochet d’une instit. Elle le provoque et il la bat parce qu’ils ne vivent pas comme un couple traditionnel. Extraits :

    -– Non, non, c’est toujours ma concubine, affirme le prévenu.

    – Mais vous ne vivez plus ensemble depuis plus d’un an…

    – Ce n’est pas de ma faute. C’est la police qui m’interdit de la voir, par la force. Mais notre fils, il est pas arrivé par la fenêtre. C’est un enfant de l’amour.”

    “Mais c’est vrai, elle marque beaucoup…

    – Arrêtez ! le coupe le président. Votre explication est scandaleuse. La vérité c’est que votre couple battait de l’aile, et que vous viviez au crochet de votre compagne qui ne le supportait plus.”

    Ici, tout l’amour d’une femme y est décrit : elle le dénigre parce qu’il n’a pas de revenus. Disons plutôt qu’elle est jalouse de sa liberté !

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    “Procès Marie Laguerre : gifler une féministe est-il une agression sexuelle ?”, RITV du 04/10/2018.

    La question est très bonne. Ici, toute agression contre une femme est considérée comme une agression sexuelle. Les femmes sont des êtres humains à part. Par contre, la conclusion qui dit que cette femme aurait dû être protégée par les hommes alentours est vraiment toute féminine. Cette femme à mon avis, méritait de s’en prendre une bonne dans la tronche.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo coub) “Si une femme résiste” Durandal du 01/06/2018.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    “Et vous, battez-vous votre femme ?”, ER du 14/03/2018.

    “Rien n’a changé ! Vous pourriez faire le même reportage, ce serait la même chose”.

    La preuve que non. Les féministes ont bien réussi à faire culpabiliser les hommes de répondre aux provocations d’une femme.

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    “Tunisie: un millier de femmes manifestent pour l’égalité dans l’héritage”, AFP du 10/03/2018.

    La question est plutôt : pourquoi hériteraient-elles quand il y a un patrimoine à conserver ?

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.