Accueil » Homme en lutte » Devrait-on avoir le droit de cogner sa femme ?
AIMELES Antiféminisme

Devrait-on avoir le droit de cogner sa femme ?

Publié le 17 janvier 2018 par Léonidas Durandal à 15 h 07 min

Dans l’absolu oui. Il n’y a que les civilisations en fin de course et complètement efféminées qui se l’interdisent. Celles-là s’imaginent supérieures à toutes autres, alors qu’elles sont surtout lâches, faibles et peu sûres d’elles-mêmes. Dans ces sociétés qui tentent médiocrement de survivre, la violence symbolique est d’abord transférée à l’État. Cette prérogative est donc soustraite à l’homme. Puis quand la société, qui est femme, prend définitivement le dessus sur tous les individus, les femmes folles finissent par avoir toute licence pour tyranniser leur entourage dans l’impunité la plus complète. Car l’Etat, déjà incapable de s’occuper de lui-même, n’a aucun moyen de juger d’une situation intime. Il doit agir de manière binaire pour se simplifier la tâche : la femme est faible physiquement, elle est donc innocente lors d’une scène de violences conjugales. C’est ignorer la complexité des rapports humains, les provocations, les perversions, les faiblesses morales, les demandes d’autorité appuyées de la part des femmes.

L’absence de vraie condamnation pour les meurtres commis par Jacqueline Sauvage ou Alexandra Lange sur leurs compagnons, la relaxe de Dominique Cottrez après 4 ans de prison pour l’assassinat de 8 enfants ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Sous l’eau, des millions d’hommes peuvent se faire tyranniser en France sans avoir le droit de réagir. Voilà ce que signifie l’impossibilité pratique de donner une bonne raclée à sa femme : la licence la plus complète. Beaucoup d’hommes sont victimes de ces femmes, tout comme bon nombre de femmes d’ailleurs. Car celles qui martyrisent leur mari, martyrisent aussi leurs enfants, entre autre.

Face à l’abus, ces millions de victimes devraient réagir me direz-vous. Cependant, elles ne le peuvent pas. Souvent, elles n’ont même pas conscience de la situation qui est la leur. Car l’abus d’une femme a ceci de caractéristique qu’il peut passer inaperçu assez facilement. Les victimes d’une mère, encore sous l’influence de la mère, voient toujours le monde à travers elle. Il faut entendre le témoignage de ces enfants victimes d’inceste maternel pour comprendre : tant que vous restez dans le giron de celle qui vous a donné la vie, vous êtes incapable de voir le monde par vos propres yeux. Plus vous restez dans son giron, plus vous êtes aveugle.

 

 

Ainsi, un homme marié peut-il être encore engoncé dans ses illusions et ne devoir son salut qu’au bon comportement de sa femme. Mais que se passe-t-il quand ce n’est plus le cas, quand l’abus qui a généré l’abus s’est propagé ? La réponse est simple : plus rien ne peut l’empêcher.

 

               Battre sa femme, une bonne solution ?

En théorie, oui. Mais en pratique, le monde n’est pas si simple. Si une femme remet en cause votre autorité de mari, qu’elle commet ce sacrilège, il vous faut vous opposer à elle par tous les moyens, tout en gardant votre calme. Cependant, si cela ne fonctionne pas, dîtes-vous bien qu’elle ne vous respecte pas et qu’elle ne vous respectera probablement jamais. Le problème vient d’ailleurs. La battre n’y changera rien. Au contraire, vous lui rendrez service en donnant des limites à son hystérie, cependant que vous vous salirez. Elle ne sortira jamais des rapports de domination qui la motivent. A ses yeux vous resterez un homme comme les autres, médiocre, qui la bat parce qu’il est un impuissant, finalement rassurant parce que manipulable.

Ce genre de femmes pourra changer 50 fois d’hommes, à chaque fois, bizarrement, elles se feront battre par leur nouveau compagnon, tandis que les dits hommes étaient considérés comme des agneaux auparavant (voir l’historique de Johnny Hallyday).

 

(extrait de « Sleepers »)

Si très souvent, ces femmes reviennent vers celui qui la bat, la raison en est simple : elles ne veulent pas lâcher leur victime si facilement. Elles savent qu’il leur faudra du temps pour retrouver une bonne relation toxique et polluer un autre homme, et comme tout à chacun, elles préfèrent « un tiens que deux tu l’auras ». Il est à souligner que ces femmes là ne sont pas les pires. Celles qui choisissent un partenaire pour pouvoir l’humilier à loisir, n’ont même pas le fantasme de s’élever un tout petit peu dans l’échelle de l’humanité…  

Certains hommes, des sortes de saints modernes, choisissent d’entamer un long travail de rééducation de leurs compagnes au lieu de les quitter. Avec l’expérience, je reste sceptique quant à ce genre de solution : si une femme accepte votre autorité simplement parce que vous vous affirmez verbalement, alors il n’y a pas de problème avec cette femme, et les difficultés viennent plutôt de vous s’il y en a. Mais si elle est malade, elle doit aller se faire soigner. Et si elle refuse les soins psychothérapiques, je crois qu’il est préférable de la fuir. Ce ne sera pas très catholique de la laisser seule à sa maladie, ou d’éviter de la frapper juste avant de partir, mais ce sera un moindre mal. Pour vous déculpabiliser, dîtes-vous que la société vous sanctionnera si vous vous laissez aller à la redresser, ne serait-ce qu’une fois pour lui rendre service. Car sachant son pouvoir, cette femme se servira très certainement des autorités judiciaires pour se venger, non pas d’avoir été frappée, elle n’attendait que ça, mais surtout d’avoir été abandonnée et d’avoir perdu son contrôle sur vous. Elle portera plainte, et la justice féminisée lui donnera raison.

En général, les provocations à la violence d’une femme servent à justifier une rupture qu’elle est incapable d’assumer. Elle se sent exister quand elle peut vous rabaisser et vous violenter. Vous n’existez plus, et cela la contente, quelle que soit votre réaction. Il est vrai que faire le bien, c’est se sacrifier.  Mais à mon avis, pas en alimentant le tonneau des Danaïdes. 

Bien entendu, il existe des hommes tyranniques, violeurs, manipulateurs. Mais à leur décharge, il faut dire qu’ils ont très souvent été éduqués par une mère abusive. Leur violence vient d’une révolte inappropriée.

 

Pour résumer, battre sa femme, c’est se soumettre à sa maladie, ou bien, exercer une tyrannie.

Dès lors, pourquoi j’affirme que nous devrions avoir ce droit en tant qu’hommes ?

 

              L’autorité symbolique

Quand l’autorité d’un homme est assise institutionnellement, elle est moins susceptible d’être remise en cause par des femmes instables mais toutes puissantes. Ainsi les rapports intimes en sont-ils pacifiés car ce modeste pouvoir physique, appuyé par la société,  commence à faire contrepoids à la toute puissance féminine.

La dépossession des hommes de toute autorité symbolique particulière, vient d’une mauvaise hypothèse de départ concernant les relations hommes femmes. Dans un monde féminisé, l’idée se propage que la pauvre femme est faible, qu’elle a besoin de tout l’appui de la société face à l’horrible pouvoir masculin. En vérité, la femme est en position de supériorité naturelle par rapport à l’homme. Dès le plus jeune âge, ses enfants ont envie de la défendre face au père. Les hommes qui sont encore sous l’influence de leur mère font de même. Ainsi, dans la société se constitue-t-il toujours une vaste majorité en faveur des femmes, composée des femmes-elles-mêmes, mais aussi de tous ces hommes qui veulent défendre la veuve et l’orphelin, plus ou moins machos.

 

Le principe masculin, est le principe fragile par essence. Il n’est ni machiste, ni tyrannique, ni perméable à ce que le beau sexe a de faux. Il est rare en vérité, et promu plus souvent par des femmes lucides quant à leurs limites, que par des hommes dont le regard d’enfant dépend de leurs mères. Sinon, à mon avis, il aurait disparu depuis longtemps. Notre perméabilité aux femmes explique d’ailleurs comment nous en sommes arrivés à innocenter des femmes clairement coupables d’assassinat, et aussi comment la civilisation a toujours tendance à revenir à une forme de tribalité. Quand la féminisation s’est étendue en tout et pour tout, quand ce pouvoir despotique n’est contrebalancé par aucune institution, le n’importe quoi redevient la norme. 

 

               L’absence d’autorité débouche sur la recherche violente d’une autorité légitime, ou tyrannique

Si sans réfléchir, une société condamne les hommes en cas de violences conjugales, ceci afin de les domestiquer, elle sape l’autorité masculine et provoque par là-même, une augmentation de ces violences conjugales. Voilà pourquoi, plus le nombre de lois protégeant spécifiquement les femmes augmentent, plus les violences contre les femmes augmentent. Les féministes sont directement responsables de cette augmentation en ce qu’elles sapent la parole masculine. Car non reconnus, les hommes ne peuvent exercer aucune autorité, qu’elle soit légitime ou pas. Et dès lors, la femme, incapable de régir le monde sans un principe d’altérité, exerce sa toute puissance sans en être corrigée. Elle divague, devient tyrannique ou inconséquente, surtout inapte à juger un comportement masculin, qu’il soit légitime ou oppressif, les considérant à parts égales, s’y pliant ou le combattant de toutes ses forces de manière aléatoire.

Ainsi, les hommes sont toujours appelés, de tout temps, à imposer une autorité aux femmes pour que la société s’élève un peu. Les femmes ne peuvent pas tout, et il revient aux hommes de les faire revenir à la raison. Dans ce cas, comme dit l’adage populaire « l’injustice plutôt que le chaos ». Cette nécessité de réagir découle d’une hystérie féministe qui suit de près le laisser-aller des hommes, les deux s’entretenant, et débouchant sur des vécus sociétaux ubuesques. Il n’y a qu’à songer à la chasse à l’homme actuelle, ou à l’incompétence féminine qui n’est jamais sanctionnée, capable à elle seule de faire sombrer la société la plus riche qui soit.

Si l’homme ne réagit pas, la société s’effondre, et la femme finit par vendre son cul à d’autres vainqueurs, Nègres, Mohamétans, Teutons, n’importe qui en vérité qui puisse la guérir un tant soi peu de sa toute puissance ou la lui faire accepter fantasmatiquement. L’étranger peut ainsi jouer un rôle ambivalent.

Tout comme le Rital d’avant, le Mohamétan, aura pour vocation chez la femme hystérique de protéger la mère de la femme qui est en elle, mais aussi de la protéger de la toute puissance des autres femmes. Que les Mohamétans soient totalement perméables au culte de la déesse mère, cela n’a aucune importance. Au moins, la femme sera contenue, et la petite fille respectée.

A l’inverse, la féministe se servira du Nègre pour persister dans l’hystérie la plus complète, cherchant à endosser tous les rôles et s’étonnant que la relation ne soit pas satisfaisante.

Enfin, la collaboration poussée de beaucoup de Françaises avenantes, durant la seconde guerre mondiale, aura été l’occasion de consacrer les représentants d’une civilisation supérieure à la nôtre, une tyrannie installée par les femmes allemandes et qui aura su prendre des décisions institutionnelles payantes, alors que nous nous vautrions dans l’idéologie féminisée du Front Populaire de l’époque. 

 

                La possibilité de séparation de corps

Faire refluer l’Etat des guerres intimes, pacifierait notre société, sans laisser les femmes dénuées de moyens. En Islam, le divorce est possible. Chez les catholiques, la séparation de corps sert de soupape de sécurité. Une femme qui ne veut pas être battue, a toujours la possibilité de s’enfuir. Dans notre société, quand elle part avec pertes et fracas, telle une tornade, elle emporte avec elle la maison, les enfants, et l’argent. C’est déjà pas mal ? La société féminisée fait payer la facture à l’homme, quelques que soient ses responsabilités dans la rupture. Dès lors pourquoi vouloir l’annihiler en sus par une condamnation pénale inique ?

Avant qu’une femme n’ait été laissée à l’abandon, il a fallu que neuf hommes le soient, les chiffres de SDFs en témoignant. En somme, la société est toujours organisée pour protéger spécifiquement les femmes, toutes les sociétés sans exception, car c’est une condition de survie de base pour elles. Les problèmes de couples ne viennent presque jamais d’un déficit de protection des femmes, mais d’un déficit d’autorité légitime des hommes, qu’ils ne soient pas à la hauteur, ou que cette autorité leur ait été contestée. Afin de pacifier la société, il vaudrait mieux travailler à légitimer cette autorité, plutôt que de s’acharner à la détruire comme s’y emploient les féministes, sauf à vouloir continuer dans le chaos et la destruction actuels (« Malgré l’immigration, la baisse de la natalité s’accentue dangereusement en France« ).

59 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Des femmes blanches reprogrammées s’en prennent à un noir sans masque au cri de « Black Lives Matter »" DP du 26/01/2022.

    Comment se fait-il que 2 vieilles se croient permises de faire la police dans la rue sans avoir peur de se prendre une bonne bouffe bien méritée ?

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "La nationalité française refusée à un homme au motif qu'il soumet sa femme" Le Point du 13/11/2020.

    Et c'est comme cela qu'ils comptent arrêter l'immigration de masse : en ne faisant entrer que des pédés. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Il -fait-vivre-un-calvaire-a-la-mere-de-ses-deux-enfants-4-ans-ferme/" Breizh du 08/11/2020.

    Même les journaux fouillent dans les culottes des gens. Les femmes pourraient user de leur droit à quitter le domicile de temps en temps ? Non ?

  4. Ping de Anonyme de sexe male:

    Pas tellement. Je n'ai fait que tomber sur pire depuis. Des fois je me demande si c'était juste sa manière de me faire savoir qu'elle voulait être épousée car elle vit une vie tout à fait tradi depuis. Et moi depuis je tombe que sur des garces. 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Une femme qui joue sur vos complexes d’infériorité, doit dégager de votre environnement. Un point c’est tout. Vous tombez sur des garces depuis, mais savez vous que la France est désormais remplie de femmes complètement paumées ? Disons plutôt que la bonne rouste que vous lui avez mise, c’est le suivant qui en a profité.

      Apprenez quels sont vos vrais défauts. Ainsi, vous ne serez pas la victime de femmes qui vous racontent n’importe quoi et font n’importe quoi avec vous. Vous saurez alors vous situer avec elles, quand elles disent la vérité ou quand elles mentent. Et vous n’aurez plus besoin de vous énerver pour rien ou de subir des putains.

      • Ping de Anonyme de sexe male:

        je crois qu'elle a provoqué la rouste pour pouvoir me quitter sans paraître pour la méchante. C'est la seule femme de moins de 25 ans qui ai jamais voulu du sérieux avec moi. On dit qu'on a la côte en tant qu'homme dans la trentaine. C'est vrai, pour la baise sans lendemain. Des jeunettes qui veulent s'encanailler, des mères célibataires en manque d'affection (et encore les plus cas sociales d'entre elles), les cougars qui se paient une nouvelle jeunesse…Les françaises sont perdues très bien. Devrais-je me tourner vers les maghrébines ? Pas question pour moi de devenir musulman. Alors il reste qui ? 

        J'aurais aimé avoir la vocation de moine.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Vous savez, de nombreuses Maghrébines ont attendu que des Français veulent bien s’intéresser à elles. Et comme toutes les femmes, elles se foutaient plus ou moins des opinions politiques ou religieuses. Désormais, elles sont revenues au bercail. Et puis une Maghrébine, c’est une femme de caractère souvent. Nous ne savons pas nous y prendre avec elles. Les Françaises sont beaucoup plus retords mais plus douces aussi en apparence. Nous sommes habitués à ce mode de fonctionnement.

          « Alors, il reste qui ? »
          Franchement, ne cherchez pas à forcer les choses. Si une femme n’est pas émue par vous et si vous n’êtes pas émue par une femme, il vaut mieux rester chaste. Construisez déjà votre célibat sur du roc. Le reste vous sera peut-être donné en surplus. Mais vous ne pourrez pas aller contre toute une société qui veut son suicide. La seule chose que vous pouviez entreprendre, c’est de vous sauver et d’être heureux. Vous verrez, ça demande déjà pas mal d’efforts… Tout ne dépend pas de vous.

          • Ping de l de sexe male:

            Vous avez raison. Mais je vais être honnête, j'ai du mal avec le célibat et surtout avec l'idée de peut être avoir à le rester pour ne pas tomber sur des folles qui me gâchent la vie. 

            Vous avez vu juste pour les maghrébines, à un moment j'avais pensé aux africaines catholiques mais la pareil, leur franc-parler me décontenance. Du reste, elles ne semblent attirées que par leurs hommes. Je vais donc essayer d'accepter mon célibat.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.