Accueil » Homme en lutte » Devrait-on avoir le droit de cogner sa femme ?
Antiféminisme Aimeles

Devrait-on avoir le droit de cogner sa femme ?

Publié le 17 janvier 2018 par Léonidas Durandal à 15 h 07 min

Dans l’absolu oui. Il n’y a que les civilisations en fin de course et complètement efféminées qui se l’interdisent. Celles-là s’imaginent supérieures à toutes autres, alors qu’elles sont surtout lâches, faibles et peu sûres d’elles-mêmes. Dans ces sociétés qui tentent médiocrement de survivre, la violence symbolique est d’abord transférée à l’État. Cette prérogative est donc soustraite à l’homme. Puis quand la société, qui est femme, prend définitivement le dessus sur tous les individus, les femmes folles finissent par avoir toute licence pour tyranniser leur entourage dans l’impunité la plus complète. Car l’Etat, déjà incapable de s’occuper de lui-même, n’a aucun moyen de juger d’une situation intime. Il doit agir de manière binaire pour se simplifier la tâche : la femme est faible physiquement, elle est donc innocente lors d’une scène de violences conjugales. C’est ignorer la complexité des rapports humains, les provocations, les perversions, les faiblesses morales, les demandes d’autorité appuyées de la part des femmes.

L’absence de vraie condamnation pour les meurtres commis par Jacqueline Sauvage ou Alexandra Lange sur leurs compagnons, la relaxe de Dominique Cottrez après 4 ans de prison pour l’assassinat de 8 enfants ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Sous l’eau, des millions d’hommes peuvent se faire tyranniser en France sans avoir le droit de réagir. Voilà ce que signifie l’impossibilité pratique de donner une bonne raclée à sa femme : la licence la plus complète. Beaucoup d’hommes sont victimes de ces femmes, tout comme bon nombre de femmes d’ailleurs. Car celles qui martyrisent leur mari, martyrisent aussi leurs enfants, entre autre.

Face à l’abus, ces millions de victimes devraient réagir me direz-vous. Cependant, elles ne le peuvent pas. Souvent, elles n’ont même pas conscience de la situation qui est la leur. Car l’abus d’une femme a ceci de caractéristique qu’il peut passer inaperçu assez facilement. Les victimes d’une mère, encore sous l’influence de la mère, voient toujours le monde à travers elle. Il faut entendre le témoignage de ces enfants victimes d’inceste maternel pour comprendre : tant que vous restez dans le giron de celle qui vous a donné la vie, vous êtes incapable de voir le monde par vos propres yeux. Plus vous restez dans son giron, plus vous êtes aveugle.

 

 

Ainsi, un homme marié peut-il être encore engoncé dans ses illusions et ne devoir son salut qu’au bon comportement de sa femme. Mais que se passe-t-il quand ce n’est plus le cas, quand l’abus qui a généré l’abus s’est propagé ? La réponse est simple : plus rien ne peut l’empêcher.

 

               Battre sa femme, une bonne solution ?

En théorie, oui. Mais en pratique, le monde n’est pas si simple. Si une femme remet en cause votre autorité de mari, qu’elle commet ce sacrilège, il vous faut vous opposer à elle par tous les moyens, tout en gardant votre calme. Cependant, si cela ne fonctionne pas, dîtes-vous bien qu’elle ne vous respecte pas et qu’elle ne vous respectera probablement jamais. Le problème vient d’ailleurs. La battre n’y changera rien. Au contraire, vous lui rendrez service en donnant des limites à son hystérie, cependant que vous vous salirez. Elle ne sortira jamais des rapports de domination qui la motivent. A ses yeux vous resterez un homme comme les autres, médiocre, qui la bat parce qu’il est un impuissant, finalement rassurant parce que manipulable.

Ce genre de femmes pourra changer 50 fois d’hommes, à chaque fois, bizarrement, elles se feront battre par leur nouveau compagnon, tandis que les dits hommes étaient considérés comme des agneaux auparavant (voir l’historique de Johnny Hallyday).

 

(extrait de « Sleepers »)

Si très souvent, ces femmes reviennent vers celui qui la bat, la raison en est simple : elles ne veulent pas lâcher leur victime si facilement. Elles savent qu’il leur faudra du temps pour retrouver une bonne relation toxique et polluer un autre homme, et comme tout à chacun, elles préfèrent « un tiens que deux tu l’auras ». Il est à souligner que ces femmes là ne sont pas les pires. Celles qui choisissent un partenaire pour pouvoir l’humilier à loisir, n’ont même pas le fantasme de s’élever un tout petit peu dans l’échelle de l’humanité…  

Certains hommes, des sortes de saints modernes, choisissent d’entamer un long travail de rééducation de leurs compagnes au lieu de les quitter. Avec l’expérience, je « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

30 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Et vous, battez-vous votre femme ? », ER du 14/03/2018.

    « Rien n’a changé ! Vous pourriez faire le même reportage, ce serait la même chose ».

    La preuve que non. Les féministes ont bien réussi à faire culpabiliser les hommes de répondre aux provocations d’une femme.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Tunisie: un millier de femmes manifestent pour l’égalité dans l’héritage », AFP du 10/03/2018.

    La question est plutôt : pourquoi hériteraient-elles quand il y a un patrimoine à conserver ?

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « «Ta gueule, idiote ! » : joute verbale d’une rare violence lors des débats présidentiels en Russie », RT France 01/03/2018.

    Dur dur à supporter l’incompétence dans certains pays.

    A noter que la vidéo de RT n’apparaît pas dans les résultats de recherche de Qwant.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Jordan Peterson – Les hommes ne peuvent pas contrôler les femmes ingérables », Bite sized philosophy du 03/10/2017.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Violence conjugale : « J’ai eu un déclic quand j’ai cru qu’il allait tuer ma mère » », L’Obs du 09/02/2018.

    Toujours de ces histoires caricaturales qui cachent assez bien l’emprise de ces mères sur leur enfant (notamment le cas de l’anorexique) : l’enfant voit à travers le regard de sa mère. Il est incapable de comprendre ce qui se déroule sous ses yeux. A la fin, cela donne des féministes qui sombrent elles-aussi dans la caricature.

  6. Commentaire de Je ne sais plus mon pseudo:

    Leonidas je pense que refaire des vidéos sur YouTube serait pas une mauvaise idée,bien sûr faut peut être plus modéré dans ces propos,ne pas provoquer,mais ça peut faire avancer les idées que vous voulez faire passer en faisant réfléchir les personnes.

  7. Commentaire de Cyrus:

    Bonjour Monsieur Durandal,

    En lisant votre analyse – que j’ai apprécié au passage – je me suis senti valorisé. Le passage sur les Musulmans m’a donné le sourire. Je me souviens qu’en regardant des vidéos de IbraTV sur You Tube ou encore de mes propres yeux à l’Aéroport de Montréal où j’ai travaillé dix-huit jours avant d’être obligé de démissionner, je voyais la plupart du temps de magnifiques jeunes femmes françaises de race blanche en compagnie soit d’un Arabe, soit d’un Noir. Rarement, un Français de souche.

    Pour une fois que les Musulmans peuvent servir à quelque chose de positif en Occident… 😉

    Je crois savoir aussi pourquoi mes relations sont plus positives avec les femmes en général, et les Québécoises en particulier. C’est qu’elles doivent bien sentir que je suis un vrai homme, et ce, de 13 à 77 ans. Les sourires charmeurs des Québécoises ne me laissent pas indifférent et je crois que je dois leur apparaître comme étant plutôt « bel homme » et « qui en impose ».

    Au fait, Monsieur Durandal, j’ai tenu compte de votre avis sur la relation épistolaire que j’avais entamé avec une femme ukraïnienne il y a presque un an. Cela fait quelques mois que j’y ai mis fin en me rappelant que la distance culturelle devait être pris en considération lorsque l’on veut se marier. Je l’ai fait et j’ai pensé que c’était mieux de ne pas poursuivre. Je me suis souvenu aussi de vos écrits sur le changement d’attitude des femmes en fonction des rapports de force dans la société. Même une Ukraïnienne peut succomber au féminisme québécois. Enfin, vos écrits sur la connaissance que les femmes ont des lois maritales et autres et qui jouent en leur faveur en Occident ont concouru à me faire changer d’avis, me retirer du site de rencontre en supprimant mon compte et en choisissant de consacrer ma vie au service du bien commun et de l’État.

    À votre façon, vous m’avez aidé à mieux me connaître, à mieux connaître les femmes, à être moins naïf et à renforcer ma vocation, l’action politique.

    Pour tout cela, je vous remercie infiniment et que Dieu vous bénisse.

    Respectueusement,

    Cyrus

    • Commentaire de Je ne sais plus mon pseudo:

      Je me suis mariée avec un kabyle (alors que je suis pur française pur souche,pas d’origine,rien,rien),on croirait qu’il est musulman parce qu’il a une tête d’arabe mais c’est tout faux et il est chrétien.

       

       

  8. Commentaire de sansmarlene@quimadmoneste.fr:

    Monsieur Léonidas,
    Dernière testicule avant la fin du Monde,
    Commandeur de la Virilité,
    Pourfendeur de L’Ordre Des Réseaux Sociaux,
    Votre Eminence masculine,
    Cher Léo,

    Il y aurait beaucoup à dire sur la violence conjugale. La première est probablement que nombre d’études démontrent qu’elle est souvent bi-directionnelle et cette violence bi-directionnelle souvent précédé d’une violence uniquement féminine. C’est pas moi, sombre porc, qui le dit se sont rien de moins que 1986 édudes académiques compulsées et répertoriées ici et . En d’autres termes, les femmes sont au moins autant violentes ou plus violentes que les hommes sein des couples.

    Biensur, ça ne vaut que pour l’étranger, car en france, les femmes sont vertueuses et surtout victimes comme l’enseigne le catéchisme du féminisme d’état.

    Pour un homme subir cette violence est souvent pourtant la seule solution en raison du fait qu’un homme qui n’accepte pas de la subir s’expose, si il est père, à ne plus voir ses enfants. Puisque si il part, il n’aura jamais la garde.

    Aussi fort soit cet homme, un jour ou l’autre il peut craquer. Souvent quand l’homme craque, vu la différence de force physique, les femmes trinques. De fait, les études démontrent qu’elles sont effectivement victimes des violences les plus graves (déclarées car bien évidement les hommes ne déclarent pas les coups graves qu’ils prennent – là aussi les enquêtes de victimisation le démontre).

    Un grand pas sera fait le jour ou il y aura une égalité homme/femme dans la garde des enfants. En effet, les femmes n’auront plus le sentiment de toute-puissance en cas de séparation et seront plus respectueuses de leur porc. Les hommes n’auront plus à subir infantilisation, humiliation et agressions verbales ou physiques de toute sorte (juste tolérées pour continuer à voir les enfants) car au lieu de subir ils pourront aussi partir et continuer à voir leurs enfants un peu plus qu’une fois tous les 15 jours.

    Veuillez agréer, Votre Eminence masculine, l’expression de mes salutations.

     

     

     

    • Commentaire de Garrido:

      Totalement d’accord avec vous. Celui ou celle qui a le pouvoir sur les enfants domine l’autre. Et contrairement à ce que raconte la doxa dominante pour nous maintenir sous son joug, nous vivons en Matriarchie.

  9. Commentaire de JE sais plus mon pseudo:

    Titre très provocateur.pratique et théorie on frappe pas.

  10. Commentaire de Manuela:

    « Bien entendu, il existe des hommes tyranniques, violeurs, manipulateurs. Mais à leur décharge, il faut dire qu’ils ont très souvent été éduqués par une mère abusive. Leur violence vient d’une révolte inappropriée. » 

    Certes mais quand c’est un père abusif son fils deviendra également un homme tyrannique ou manipulateur à l’instar de son père voir pire, on ne va pas s’en prendre à la grand-mère de celui-ci, et on peut faire la même chose avec les filles dans ces cas là. Tout le monde est responsable alors c’est plus simple et plus honnête.

    Au regard de la société une mère abusive à toujours une bonne raison qui la dédouane; soit à cause de son enfance soit à cause de son mari trop passif… etc. Pour un père c’est beaucoup moins nuancé. Mais un époux soumis est souvent mythifié par ses enfants surtout par ses filles, parce qu’elles sont déçues.

    Parfois les conjoints des tyrans sont tout aussi calculateurs, quand on est malheureux on se casse même si c’est difficile si la personne reste c’est parce qu’elle est faible oui, mais le faible peut-être capable du pire aussi.

    Alors qui est le violent celui qui bat ou celui qui reçoit?

     

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Vous avez raison sur la responsabilité de chacun. Je voulais seulement renvoyer ce raisonnement à mes lecteurs : « Vous trouvez toujours des excuses aux femmes tortionnaires. Qu’en serait-il si un homme était excusé pour les mêmes faits ? » C’est une question de curseur aujourd’hui. Imaginons que nous vivions dans une société où les hommes dominent et exercent une domination tyrannique sur les femmes. La phrase aurait été : « A la décharge de ces femmes incestueuses, elles ont souvent été élevées par des pères abuseurs ». Ou quelque chose comme cela. Vous voyez, tout de suite, la phrase choque moins d’ailleurs.

      Qui est le violent ?

      Il est certain que nombre de femmes provoquent la violence, et que nombre d’hommes réagissent par faiblesse. Dès le départ, ils se sont fait manipulés pour entrer dans une relation fusionnelle sur laquelle la femme violente joue pour les provoquer. Avec une autre femme, l’homme violent d’avant, sera un agneau, comme je le précise dans l’article. Voilà pourquoi, nous devrions parler de relation toxique plutôt que de violences conjugales. Car il y a toujours une part de violence dans une relation, parfois même pour le meilleur. C’est absurde d’assimiler violence et mort. Le monde est plus complexe que ces caricatures qui nous sont données.

      • Commentaire de Manuela:

        Je suis d’accord avec vous, aujourd’hui la violence est caricaturée c’est vrai mais face à un fou cela reste la meilleure solution tout dépend comment cela est fait. Laissez moi votre place si vous voulez je veux bien distribuer des gifles si ça peut vous évitez la prison.

        Je plaisante bien évidemment mais il faut impérativement écraser (au sens figuré) ces personnes toxiques pour le bien de tous.

        Quand vous dites que la défense des hommes passe par les femmes, je ressens votre déception je sais que vous souhaitez que les hommes réagissent, mais je crois que ce n’est pas si mauvais que cela parce que les féministes détestent quand une femme est en désaccord ça les déstabilisent et obligent certaines, les plus lucides à se remettre en question, Virginia Vota se fait rarement insultée parce qu’elle est douce intelligente hypersensible à l’opposé de ces furies égoïstes

        Maintenant je vois les choses de mon point de vue et vous avez raison de vouloir secoué un peu les hommes ça leur fait pas de mal non plus de réagir un peu, mais les hommes burnés sont mal vu en ce moment.

        http://www.psychologies.com/Planete/Societe/L-actu-decryptee/Articles-et-dossiers/Cinquante-nuances-de-Grey-pourquoi-un-tel-succes/4Un-conte-de-fees-facon-XXIe-siecle

         

         

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

           » Virginia Vota se fait rarement insultée parce qu’elle est douce intelligente hypersensible à l’opposé de ces furies égoïstes »

          Moi non plus, je ne me fais plus insulter par aucun site, ce qui était pourtant le cas dans les débuts… Il faut dire que j’ai matraqué la tronche de ceux qui s’y sont essayés. Chacun sa méthode !
          Bon, je ne dénie pas le droit aux femmes d’être antiféministes. Pour tout dire, dans les débuts, c’était difficile. Parce que l’antiféministe n’était pas dans l’ordre du pensé. Du coup, les femmes qui intervenaient étaient dans une opposition caricaturale, ou bien à côté de la plaque, et surtout, elles prenaient toute la place. Désormais, c’est plus facile. Cela a pris du temps, mais j’ai mis de l’ordre. Regardez Lou. Elle est choquée par mon article, mais elle a dépassé son ressenti. Du coup, la discussion est possible. C’était tout juste inimaginable dans les débuts. Le débat s’est étoffé… mais que du côté des femmes. Du côté des hommes, j’ai mon Kasimar qui, fidèle lecteur, s’est fait blousé dans sa vie intime comme un bleu. M Gastirad hésite encore à admettre que les femmes aient du pouvoir en ce monde. J’ai l’impression que leurs positions ont évolué, non pas à cause de mes écrits, mais plus parce qu’une part croissante de la société devient antiféministe. Comme si les femmes s’en référaient aux hommes, et les hommes à la société.
          Vous avez raison, il y a du dépit dans ma remarque. Mais moi aussi, j’évolue. L’important pour moi est de gagner. Cela me serre les couilles de voir que Virginia Vota est suivie par 95% d’hommes. Mais s’il faut en passer par là… aï ouille aï… d’accord.

          • Commentaire de gastirad39:

            Léonidas: Il y a très longtemps que je suis certain que les femmes ont plus de pouvoir que les hommes dans le monde actuel. Elles sont mieux soignées, vivent plus longtemps, dépensent 80% des revenus du ménage, en toute impunité, quoiqu’elles n’y contribuent que pour 40%, dirigent la « femmille » et gagnent 80% des divorces … La liste de leurs avantages est interminable.

            Mais pour moi, ces avantages reposent sur du vent, car les Politiques ont tout manipulé. Les 3/4 des emplois créés par millions pour elles sont anti-économiques et reposent sur une Dette colossale impossible à rembourser et sur la mondialisation qui mène nos économies à la ruine.

            Et plus cette ruine approche, plus le Féminisme qui sert de base électorale à nos gouvernants fera des campagnes outrancières (balance ton porc, me-too ..) car ceux-ci ne peuvent plus faire marche arrière. Je pense que les hommes attendent … l’écroulement du système. Ils ont raison, car refuser de travailler est leur meilleure arme.

            Par contre, il est urgent de préparer le futur, de démonter les mécanismes pervers qui nous ont amenés dans cette impasse et que TOUS et TOUTES doivent rejeter. J’ai quelques idées à ce sujet et je crois que ceux qui y pensent sont de plus en plus nombreux… Hommes comme femmes !

            Et vous en faites partie.

          • Commentaire de Manuela:

            Ah d’accord c’est de la jalousie. ahahah mais vous êtes une Virginia au masculin donc c’est normal que vous intéressiez moins les hommes qui ont besoin de se rassuré quand il tombe sur une perle rare.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            M’autorisez-vous la pitié pour tous ces hommes ?
            Quant à la jalousie, c’est un sentiment qui m’est presque étranger. Je me sens trop imbu de ma personne pour ça.

          • Commentaire de Manuela:

            Je me sens trop imbu de ma personne, vous êtes juste un homme, un vrai, rien à voir avec l’orgueil de Satan.

  11. Commentaire de Lou:

    Je ne sais pas à quelle fréquence votre site est visité par vos détracteurs, mais je ne donne pas cher de votre peau Léonidas.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Disons qu’ils viennent de me faciliter le travail. Désormais il m’est impossible de diffuser en masse sur twitter ou facebook sans que mes publications soient discriminées. Du coup et gros avantage, je peux dire ce que j’ai envie, l’esprit tranquille. Car sans une énorme audience, impossible pour mes détracteurs de déployer leur arsenal répressif. Les censeurs m’évitent ainsi beaucoup de désagréments : dont voir débarquer une foule hystérique, ou répondre à un procureur sourcilleux, comme cela m’est déjà arrivé par le passé.

      Voilà, je déclare mon site exempt de tout politiquement correct, dans le respect des lois françaises actuelles, bien entendu. Je viens de planter le drapeau antiféministe à des auteurs jamais atteintes et je poursuis l’ascension.

      • Commentaire de Lou:

        Bon eh bien tant mieux. Je ne vous cache pas que moi même j’ai été assez choquée en lisant votre article.Mais si on prend le pendant féminin « Devrions-nous avoir le droit de manipuler nos maris ? » j’imagine que beaucoup de femmes répondraient « oui parce qu’ils sont plus fort physiquement ». Devons-nous être sans cesse dans une sorte de lutte entre nos différents pouvoirs ?

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Les femmes sont souvent à la recherche de ce rapport de force. La plupart des hommes en couple, vivent avec maman, voudraient faire leur petit boulot, rentrer à la maison, mettre les pieds sous la table et lire leur journal. La femme, les stimule. Et le monde s’en porte à merveille quand l’épouse reste soumise à ses juges intérieurs masculins et ne se transforme pas en petit tyran.

          J’ai envie de vous répondre Lou : et vous ? Que voulez-vous ? La plupart du temps, j’utilise des raisonnements généraux. Mais ils sont assis sur une expérience. Les deux communiquent. Quand vous écrivez « Devons-nous être sans cesse dans une sorte de lutte entre nos différents pouvoirs ? », j’aurais presque envie de vous répondre « Voulez-vous être sans cesse dans une lutte avec l’homme de votre vie ? »

          • Commentaire de Lou:

            Non j’aime l’harmonie.Mais je sens une méfiance générale entre les deux sexes qui me rend méfiante à on tour. J’entends des histoires assez horribles des deux côtés : des filles utilisées comme des traînées, des hommes plumés…Les sempiternelles histoires « gentils garçons ui nintéressent personne et des filles discrètes et honnêtes qu’on ignore ».A croire que toutes les personnes saines tombent sous le charme de personnes malhonnêtes. Ca ne facilite pas les rapports.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Je crois effectivement que nous ne choisissons pas de qui nous tombons amoureux. Et que de là, beaucoup de conséquences découlent. C’est un fait contre lequel nous ne pouvons pas lutter il me semble, mais avec lequel, il nous est permis de composer.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription