Accueil » Paternité » Disparition de Metz : libérez M Krackenberger !
Antiféminisme Aimeles

Disparition de Metz : libérez M Krackenberger !

Publié le 9 août 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Dans « La police des familles », Jacques Donzelot explique très bien comment les services sociaux doivent finir par laisser certaines filles rejoindre leur père. Fugue après fugue, ces petites dénient au système social le droit de choisir pour elles, et rien ne peut les arrêter. Elles ont une conviction : leur place est auprès de leur papa, et ni leur mère, ni la police des familles ne les empêchera de le retrouver.

Aurore voulait connaître son père. Elle a tout fait pour que sa mère lui accorde ce mois d’août avec lui. Et sa mère a dû céder. Mais elle l’a fait à contre cœur. Tous les jours, la petite devait téléphoner. Elle voulait garder son emprise. Au bout de 4 jours, Aurore a décidé qu’elle ne retournerait plus jamais chez sa mère. Elle désirait partir loin de celle qui l’étouffait. Elle voulait fuguer. Mickaël Krackenberger, son père, a essayé de l’en dissuader. Il savait que le système ne lui pardonnerait pas le moindre écart, à lui et à sa fille. Mais que dire à une petite révoltée de 13 ans alors qu’en tant que père le système lui contestait toute légitimité légale ? Malgré tout, Mickaël a pris le risque d’accompagner la fuite de son enfant, une façon de la mettre en sécurité, pour qu’elle revienne progressivement à la raison. Mickaël est un exclu de notre société. Sous tutelle à cause de problèmes psychologiques, pourtant sans casier judiciaire à l’âge de 38 ans, il a emprunté la voiture de son propre père, il a quitté sa maison avec le peu d’argent que sa tutelle avait bien voulu lui donner en début de mois, 200 euros. Dans un geste symbolique, Aurore a cassé les téléphones portables, le sien et celui de son père, avant de s’enfuir, pour être certaine que sa mère ne les embêterait pas. La mère n’ayant plus de nouvelles au bout d’un jour, la France entière en a été alertée. Dès le lundi, elle pleurnichait de tout bois dans la presse et face aux caméras. Disparition, enlèvement, qui savait ? La presse locale et nationale fut avertie. Tous furent émus. Tous s’inquiétèrent. Tous relayèrent l’information. « Toutes les pistes étaient ouvertes » selon le procureur.

 

Eh oui, on ne met pas en esclavage toute une partie de la population mâle dont on se sert comme de simples reproducteurs, sans en éprouver quelques peurs irrationnelles. Notre société s’étonne à moitié de voir des pères tuer leurs enfants, de les voir abuser d’eux, parce qu’elle sait très bien qu’elle les a poussés à des comportements immatures au possible en leur enlevant toute autorité, toute responsabilité vraie dans la famille. Dès lors, derrière chaque père qu’on exploite, la société s’effraye de découvrir un possible révolté, lui qui est toujours à même de prendre conscience de sa situation objective, et qui peut, du jour au lendemain, péter un plomb. Tout le monde le sent bien et tout le monde réagit en conséquence : par le contrôle et la tyrannie mâtinée de bons sentiments médiatiques. Le monstre créé de toute pièce a certainement perverti l’enfant. En vérité, les pères souffrent de tous les préjugés qui collent à la peau de n’importe quelle minorité exploitée dans une société autocratique.

 

Mickaël au bout d’une journée, n’avait plus d’essence dans sa voiture, plus d’argent. Alors en chemin, il a été chez une habitante pour téléphoner et demander des fonds à sa tutelle et pouvoir ainsi continuer le voyage, peut-être aussi pour rassurer le système, par anticipation. Ce sont les gendarmes qui ont récupéré le père et la fille. Mickaël, l’affreux criminel dort désormais en prison, pour soustraction d’enfant. Aurore est en bonne santé. Pourtant il va falloir que le bourreau reste encore quelques temps derrière les barreaux, pour avoir essayé de compenser l’éducation ratée de son ex-femme auprès de leur enfant. Il faut le punir pour l’exemple. C’est lui le coupable. Qu’a-t-il fait exactement ? On ne le saura jamais. Il avait l’autorisation de la mère pour s’occuper de sa fille (au nom de quoi s’est-elle octroyée ce droit d’ailleurs, ou qui lui a donné de telles prérogatives ?). Il n’a pas cherché à se soustraire aux forces de l’ordre. Il n’a pas abusé de son enfant. Il ne lui a pas porté tort. A l’image de Xavier Fortin (TF1 31/05/2009), il a même agi à sa demande (RTL du 09/08/2013). La mère peut bien remercier le système médiatique, la police et tous les collabos qui ont participé à la traque (Figaro du 07/08/2013). Ils ont fait leur job. Ils ont enlevé un enfant à son père, « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

2 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Manifestation contre les abus de placements :


    NDF du 16/08/2013

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Sa fille voulait voir la plage, comme je l’avais pensé dans un premier temps. Allez, on met le père en hôpital psy, la mise en examen est reportées aux calendes grecques. Le système social va s’occuper de briser tout le monde pour bien les remettre à leur place. Et on fera tout, au final, pour que sa folle de mère finisse par massacrer son enfant. Les fous ne sont pas là où on le croit :

     

    Nouvel Observateur du 09/08/2013

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription