Accueil » C'était mieux avant » « Downton Abbey », la série réactionnaire à succès
Antiféminisme Aimeles

« Downton Abbey », la série réactionnaire à succès

Publié le 1 septembre 2016 par Léonidas Durandal à 14 h 45 min

qui ne veulent pas s’adapter disparaissent. Telle est la grande leçon de « Downton Abbey ». Il est inutile de vivre dans le passé. Les changements nous sont imposés et nous n’y pouvons rien, seulement les prendre comme ils viennent.

Or cette leçon d’adaptation résiste mal à l’expérience de notre monde et au déroulement des épisodes eux-mêmes. Je n’en dirai pas plus sur notre époque dont je fais déjà amplement le descriptif sur mon blog. Je me concentrerai aujourd’hui sur le film et son message. Le succès de celui-ci est la conséquence de son côté réactionnaire. Nous aimons voir ces princes et princesses se mouvoir dans un beau cadre tout en restant des êtres humains. Nous aimons la tradition, le sérieux, l’ordre, l’harmoie qui s’en dégage. Nous constatons que la réussite d’une société n’augure en rien de la réussite personnelle de ses individus, même si elle la favorise. Mais nous voulons croire aussi que nous sommes victimes d’une évolution contre laquelle nous n’avons rien pu faire, et qui de surcroît nous apporte ses meilleurs fruits. En somme, nous nous donnons bonne conscience de jouir de la vue de cette époque révolue qui accuse pourtant notre présent et nos moeurs parce que nous pouvons nous dire en la regardant “tout ce qui devait changer a changé, sinon rien n’a changé”. Or, simple exemple, à partir du moment où la série « Downton Abbey » s’éloignera de ce cadre somptueux, elle aura de plus en plus de mal à se définir et perdra donc en audience avant de disparaître complètement en faisant la promotion de ce progrès du milieu des années folles qu’elle se targuait de réhabiliter. Cette période de félicité se termine pour ce pays, cette production n’aura su y survivre. Elle va laisser ses personnages réactionnaires en proie au changement, libres et heureux, mais morts quelque part.

La tradition muée en progressisme et inversement

Carson

Carson garant des traditions

Le majordome emblématique Carson finira à la retraite à cause d’une tremblote. Symboliquement, l’avenir et les changements le terrifient au point qu’il ne contrôle plus son corps. Il continuera à superviser le domaine bien entendu, mais contre les règles qu’il se serait lui-même appliquées. Il sera remplacé par son successeur gay-friendly et amoureux des enfants (en toute chasteté je m’entends), Thomas Barrow.

La fille de la maison, héritière des traditions,

Lady Mary aura fini par se convertir au progrès

Lady Mary aura fini par se convertir au progrès

Lady Mary, se mariera par amour à l’apogée de la série avec son cousin Matthew pour que le domaine puisse se perpétuer. Mais son nouveau mari n’aura pas plus de chance que son premier prétendant et mourra d’un accident de voiture. Dans les derniers épisodes, il sera remplacé par un pilote automobile prometteur mais sans le sous. Bien entendu, cette fin roturière la rendra heureuse. Par contre, sa moitié devra abandonner sa passion pour vivre avec elle. Ce que femme veut…

 

La fille-mère de la maison, Edith,

Edith

Edith la stupide qui va réussir

ne terminera pas ses jours dans une chaumière délaissée de tous. La nouvelle époque la propulsera administratrice d’un magasine reconnu, à la tête duquel elle engagera une femme compétente, évidemment une femme, qui remplacera un homme qui ne l’était pas du tout, évidemment un homme, qui en plus d’être laid avait un comportement machiste des plus odieux. Pour couronner le tout, elle se mariera avec un marquis, au-dessus de son rang. En somme, avec elle, l’immoralité aura vaincu.

tom

Tom Branson, le chauffeur et madame

 

Tom Branson le parvenu chauffeur irlandais marié à la troisième fille du comte de Grantham morte en couches, abandonnera ses idées communistes et son aversion pour l’aristocratie anglaise afin de gérer le domaine des seigneurs en socialiste. Dans la réalité, il faudra un Lord Churchill pour relever l’Angleterre, et un général de Gaulle en France suite à l’incurie du “Front populaire”.

 

comte2

Le Comte de Grantham et sa chienne terroriste

cora

La parfaite Cora

Quant au comte de Grantham, il sera dépassé en popularité par sa femme qui gérera au mieux l’hôpital. Il se laissera appelé « l’âne » par ses petites enfants, tandis que son épouse en soignant les gens/la “>

Lire la suite

18 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonjour M. Durandal,

    Je ne sais si c’est la rubrique la plus appropriée, mais je souhaite vous faire découvrir ces cinq émissions sur l’aristocratie française qui donne matière à réfléchir tant sur cet ordre (l’ordre des guerriers, rappelons-le) que sur ce que la France a perdu et est devenue :

    Première vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=wBULubJHo40

    Cet extrait est très drôle, mignon et innocent : https://www.youtube.com/watch?v=ct545yOM5vE

    Cette première vidéo est à mettre en contraste avec ces deux émissions de C’est mon choix :

    1) https://www.youtube.com/watch?v=ifa8acqHXE4

    2) https://www.youtube.com/watch?v=dkrLy7Tm98E

     

    Quatrième vidéo : une précision : elle date du début des années 2000 et Mme Laurence Ferrari animait l’émission (j’admets ne pas l’avoir reconnu au début) : https://www.youtube.com/watch?v=6Ht_qeqwKzk

    Au fait, que pensez-vous de Mme Huet ?

    Enfin, la cinquième vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=PVISkkH6Vhk

    Qu’en pensez-vous ?

    Cordialement,

    Cyrus

     

  2. Ping de Alban:

    J’ai trouvé cet article intéressant toutefois je ne pense pas que le progressisme tel que vous l’entendez reviendra. En effet, ce mouvement est clairement parasitaire, nous affaiblissant. Or, pour qu’il puisse parasiter un corps social, il faut que ce corps social soit assez fort pour être parasité ou sinon il en meure.

    Prenons un exemple: la démographie. En 1960 l’Europe et l’Amérique du Nord représentaient 25% de la population mondiale tandis qu’en 2015 elles représentaient 15% de la population mondiale (INSEE).

    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=CMPTEF02153

    Et ces populations sont vieillissantes au contraire de l’Afrique, de l’Amérique latine voire de l’Asie du sud comme l’a expliqué Gilles Ardinat récemment.

     

    Or, une personne âgée entraîne des coûts importants du fait de problèmes de santé entre autres.

    Pour caricaturer, La France sera occupée à financer les retraites de ses seniors et le Nigéria à former sa force de travail. Cela grèvera les économies occidentales.

     

    Ce facteur peut expliquer, entre autres, l’affaiblissement économique de l’Occident. Voici un exemple frappant, le G20: sur les 20 puissances économiques importantes, 7 nations seulement sont occidentales.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_des_vingt

     

    Comme la France s’affaiblit, elle ne peut accepter ce progressisme qu’en mettant en danger son existence, en réduisant sa puissance plus encore. C’est ce qu’il se passe actuellement, puisque la France est devenue 6ème au niveau du PIB mondial mais aussi parce que l’on crée les conditions nécessaires pour que des attentats aient eu lieu.

     

     

    Actuellement, les progressistes comme Najat-Vallaud Belkacem sont au pouvoir, tant au niveau médiatique, économique que politique ou judiciaire, non pas tant du fait de leur occupation de ces fonctions mais aussi de leur influence sur les esprits.

    Et pourtant, je pense qu’il ne saurait y avoir de troisième vague progressiste car il y a une rupture entre le peuple et les élites.

    http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/11/20/le-decalage-fatal-entre-les-elites-et-le-peuple_4814527_1698637.html

    Si le peuple refuse d’écouter ou même de soutenir les élites, comment peuvent-elles espérer transformer le pays dans le sens qu’elles souhaitent, donc d’appliquer leurs idées progressistes?

    C’est même plus important qu’un simple refus de ces idées en tant qu’idées néfastes: Guilleaume Bernard a affirmé dans le Figaro qu’on voyait dans la société française une réapparition des idées classiques, chassant la modernité à gauche. Ce mouvement idéologique est sans précédent depuis la Révolution française en France et dans les autres pays occidentaux, où la modernité s’accentuait sans cesse.

    On pourrait également parler de l’importance de l’écologie pour la population. Qu’est-ce que l’écologie, sinon le respect de la nature mêlé à plusieurs éléments politiques? Et le respect de la nature n’est pas quelque chose de spécialement progressiste.

     

    Au niveau culturel, le progressisme, porté par la modernité, est à bout de souffle au niveau culturel notamment.

     

     

    Ces deux éléments, l’économique et le culturel, provoqueront la disparition du progressisme car le progressisme est un parasitisme que les populations rejettent. Etant donné la situation économique présente et à venir, comment le progressisme peut-il encore exister?

    Certes, le progressisme est partout présent. Mais c’est justement pour cela qu’il disparaîtra: tout empire à son apogée décline pour finalement disparaître, et le progressisme est un impérialisme culturel, un impérialisme américain voire occidental (cf. guerre de Syrie).

     

     

    Mais si l’on veut réellement couper les racines du progressisme, car le progressisme sera remplacé par autre chose dans le futur, il est nécessaire de mettre à bas la modernité dont le primat de l’individu.

     

    En effet, un individu a besoin d’autres individus pour assurer sa survie et ses différents besoins. Mais comme les structures traditionnelles (famille, Cité, religion) limitent sa liberté individuelle, ces structures ne peuvent plus être acceptées par les individualistes et sont remplacées par des structures artificielles que l’individu choisit d’embrasser. Ces structures artificielles sont créées non par la réalité mais par l’idéologie, par l’intellect.

     

    Ainsi, le communisme voulait mettre en place la dictature du prolétariat, du peuple, grâce à des guides, des élites. Dès lors, Le peuple-prolétariat ne pouvait pas être au pouvoir

    Ainsi, le nazisme affirmait que la race aryenne, la race supérieure pour les nazis, était constituée de grands blonds aux yeux bleus mais Hitler n’était pas blond comme un certain nombre d’Allemands ne l’étaient pas. Un homme de race inférieure guidait la race supérieure.

     

    Voici une intervention de Michel Drac pour illustrer le propos, ici à propos de la question raciale:

     

    Pour mettre à bas le progressisme ou la logique qui le sous-tend, il faut donc retrouver les structures traditionnelles qui liaient les hommes, la famille, la Cité, la religion, la civilisation tout en ajoutant la nation comme lien puisqu’il y a trop de personnes pour qu’une ville puisse les gérer efficacement.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Parfois le parasite meurt avec le corps (social). Certes, je me considère avec d’autres, plutôt du côté de la vie. Mais il n’est pas dit que nous vaincrons. Si le temps est cyclique comme vous le suggérez, alors laissons nous mourir car nous n’y pouvons rien. Mais si la chute dépend de nous, battons nous en ne sachant pas quel sera le résultat.

    • Ping de Alban:

      Eh bien, le temps est à la fois cyclique (le lever du soleil) et linéaire (la Révélation). Le temps est cyclique car un homme lutte pour sa vie et celle des siens, même si cela n’a pas de fin. Peut-être que la défaite est annoncée et peut-être que non, même si j’espère qu’elle ne l’est pas. Je n’ai qu’un peut-être à donner comme réponse, la même que vous apparemment. Seul l’avenir le dira.

       

      Mais j’ai plusieurs questions: qu’est-ce que le combat? Cela ne saurait se réduire à des échanges, sur internet ou dans la vie réelle. Et si l’on ne peut combattre, que faire par ailleurs?

       

      • Ping de Cyrus:

        Bonjour Messieurs Durandal et Alban,

        Je suis totalement en accord avec ce que vous écrivez. Monsieur Durandal, j’ai adoré votre article sur ” Downtown Abbey “, mais aussi celui sur les profils complets des terroristes publiés en 2013 et enrichis d’ajouts depuis.

        Monsieur Alban, puisque vous semblez avoir de la suite dans les idées, une volonté de vous battre et un esprit sain, je vous suggère une candidature aux élections législatives de 2017. Présentez un programme en quelques points que vous vous engagerez à défendre à l’Assemblée nationale si jamais vous êtes élus.

        Qu’en dîtes-vous ?

        Cordialement,

        Cyrus

        • Ping de Alban:

          Bonjour Cyrus,

          Je vous remercie pour vos marques d\’estime, J\’en suis flatté.

          Concernant mon engagement élections législatives de 2017, j\’y vois deux obstacles: premièrement, par principe. Je suis contre l\’individualisme. Me présenter seul à ces élections comme vous semblez le suggérer ne serait pas cohérent avec mes propres idées. Aussi, je préfère m\’illustrer dans un parti.

          Deuxièmement, par souci de réalisme. D\’abord, Avant d\’être élu, il faut avoir une assise locale, de l\’expérience, le soutien de notables et/ou d\’un parti. Ensuite, un programme doit tenir compte des réalités, être efficace mais aussi faire l\’objet d\’un compromis entre vos soutiens et  votre projet politique. Enfin, tout le monde ne peut pas avoir la possibilité de devenir député, pour toutes les raisons précitées.

           

          Aussi, ce projet me semble prématuré pour 2017 puisque je n\’ai même pas commencé à être candidat.

          Mais je vous remercie de cette attention.

          Cordialement,

          Alban.

          • Ping de Alban:

            Par curiosité, cyrus, pourquoi souhaitez-vous que je présente ma candidature? Souhaitez-vous que nous collaborions pour lutter politiquement ensemble? La lutte politique m’intéresse, même si je suis conscient de la difficulté.

          • Ping de Cyrus:

            Bonjour Monsieur Alban,

            D’abord, je vous remercie de m’avoir répondu. Je suis content de savoir que vous n’exluez pas la politique de vos possibilités. J’aimerais bien me battre à vos côtés, mais je ne vis pas en France. J’y suis né, mais l’ai quitté très jeune et je vis depuis plus de 25 ans au Canada. Au Québec, pour être plus précis. Donc, les 5000 km qui nous séparent rendent la chose impossible. Mais, disons que si j’étais un citoyen français, vivant en France depuis ma naissance et partageant avec vous tous toutes les difficultés de la vie collective en France, c’est à l’UPR que j’irai. Si vous cherchez un parti politique pour vous illustrez, M. Alban, il est tout indiqué. L’UPR, c’est l’Union Populaire Républicaine. Il fut fondé en 2007 par M. François Asselineau, qui tente de nouveau (en 2012, il a échoué à obtenir les 500 parrainages des maires de France) d’être candidat à l’élection présidentielle de 2017. Son programme de restauration de la souveraineté nationale et de renforcement de la souveraineté populaire (celle du peuple au sein de l’État) vous convaincra, je crois. Il a des mots intéressants sur la Banque de France aussi. Je vous laisse le soin de le découvrir, tant ses conférences, ses entretiens du mois (il en a plus de 30, je crois), ses quelques entrevues et débats (les grands médias ” nationaux ” le boycottent, car ils ont peur de lui) que la présentation de son programme présidentiel de décembre 2011, d’une durée de 5 heures, disponible en plusieurs parties sur Dailymotion. Je crois que le site web c’est upr.fr. À vérifier sur le net.

            Je vous ai suggéré de vous présenter, car vos remarques et votre esprit me convainque que vous avez le potentiel d’être un bon candidat et potentiellement un bon député. Et je dois admettre que les gens qui ont du talent devraient sérieusement songer à siéger dans le parlement de leur pays. J’imagine que ce doit être mon tropisme pro-démocratie représentative. J’aime les débats parlementaires, ceux de la Troisième République m’ont toujours grandement impressionnés, surtout ceux opposant Jaurès et Barrès et Jaurès et Clémenceau.

            Messieurs Durandal et Kasimar,

            Vous avez tout à fait raison. Chaque chose en son temps. Moi-même, malgré mes vues sur le pouvoir, j’ai cette étrange attitude de ne RIEN FAIRE (j’en connais qui sont prêt à tout, ils sont tellement pathétiques) pour l’obtenir et de ne pas courir derrière les réseaux, les personnes et autres pour arriver au pouvoir. En fait, je me contente de me former intellectuellement, ce qui est toute une affaire, car c’est très exigeant, en plus de la formation spirituelle, de l’élévation spirituelle et de la résistance spirituelle. Donc, vous avez tout à fait raison, Messieurs. Je vous remercie du rappel.

            Monsieur Alban,

            Suivez les conseils de Messieurs Kasimar et Durandal, mais n’oubliez pas l’UPR et la préparation intellectuelle. Le site de Monsieur Léonidas (et quelques sites référencées par lui) vous aidera grandement à vous préparez à long terme. Jaurès en son temps était déjà près en arrivant à la Chambre, car il avait beaucoup lu et beaucoup médité. De même, pour le père de Mun.

            Voilà.

            Cordialement,

            Cyrus

            P.S. J’adore vous lire. Tous. Vous êtes une bouffée d’air frais et vous redonnez de l’espoir. Savez-vous à quel point vous m’aidez à garder foi en l’Humanité et en la politique ? Vous, les Français, avez le don de redonner à des êtres humains profondément affectés la force de sourire de nouveau, de recommencer à croire en la vie, de se bouger, de se battre et de rire un bon coup. Merci d’exister et que Dieu bénisse la terre de France. Merci Monsieur Durandal de faire ce que vous faites.

          • Ping de kasimar:

            Flatteur va 🙂

            Qui aurait cru qu’une personne dirait du bien des Français ? On a la réputation de se plaindre tout le temps 😉

          • Ping de Alban:

            Bonjour Cyrus,

             

            J’ai une position sur la politique, illustrée par la phrase de Burke: “Pour que le mal triomphe, il suffit que les hommes de bien ne fassent rien”.

            ça fait plaisir de parler à un cousin d’outre-atlantique. Comment cela se passe-t-il là-bas?

             

            Je connais bien l’UPR pour y avoir participé un temps. Un parti souverainiste, des personnes solides intellectuellement.

            Simplement, ce parti était trop neutre sur les sujets non-souverainistes et j’ai préféré des partis souverainistes conservateurs.

            Concernant le silence de médias sur l’UPR, il me semble que Pierre-Yves Rougeyron a parlé de stratégie du silence ou de stratégie de l’édredon: l’UPR étant dangereuse, un adversaire, pour le système actuel ils n’en parlent pas pour éviter de le nourrir.

             

            Je pourrai également guider les hommes d’action à l’avenir. Après tout, Alexandre le Grand n’a-t-il pas eu pour précepteur Aristote? Quant à mes lectures, soit elles sont relativement modernes (Debord pour la sociologie, Huttington pour le côté civilisationnel) soit elles sont plus classiques (La Fontaine, Sophocle).

            Et effectivement M. Durandal donne à réfléchir.

             

            Cordialement,

            Alban.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        Je pense que le premier combat est intérieur. Il peut se mener là, sur internet, chez soi en particulier. Un jour, à force de combat, nous pourrons mener des combats plus grands. Aujourd’hui le monde a trop chuté. Nous luttons seulement pour survivre spirituellement. Mais d’autres que nous nous suivrons, qui je l’espère gagnerons ce combat spirituel et l’imposerons dans la société réelle. D’abord les âmes, ensuite la réalité.

        • Ping de kasimar:

          Exactement ! D’abord nous devons trouver en nous ce cheminement spirituel, quelque soit notre confession religieuse, ensuite nous unir pour faire barrage aux forces obscures, plus intensives que jamais !

        • Ping de Alban:

          Merci d’avoir répondu à ma question. Dans ce cas, j’agis à mon niveau, au niveau spirituel. Je pense d’ailleurs que la religion catholique est un très bon moyen pour s’armer moralement même si je ne suis pas catholique, seulement de sensibilité catholique et que vos descriptions du Christ sont intéressantes. D’ailleurs, Que pensez-vous du Salon beige? C’est un site catholique.

           

          Eh bien, je fais partie de la jeune génération (j’ai moins de 30 ans), je présume donc faire partie de ces autres. C’est pour ça que je suis convaincu que le progressisme disparaîtra pour toujours: non pas pas que cela soit forcément vrai mais parce que cela doit l’être.

  3. Ping de Manuela:

    oui je pense que c’était mieux avant c’est pour cette raison que j’aime les romans des époques anciennes, les auteurs comme Jane Austen évidemment j’en fait suffisamment référence.

     

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.