Accueil » Domination féminine » Elles assassinent Jean-Claude Basset et ne seront jamais punies
Antiféminisme Aimeles

Elles assassinent Jean-Claude Basset et ne seront jamais punies

Publié le 12 décembre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

gangrener la société, l’esclavage des hommes n’aura plus de limites. Cette image de criminel qui nous colle à la peau dans de nombreux métiers, nous écartera de nos enfants, enfants qui seront de moins en moins aptes à se soustraire à la domination maternelle, et société qui plongera encore plus dans la régression. Nous sommes mentalement esclaves d’une image de criminel. Des femmes qui ne se contrôlent plus se chargent de nous enfoncer à chaque occasion qui se présente à elles. Vous n’en entendrez parler que rarement dans les journaux, mais vous pourrez amplement éprouver ce sentiment en public, devant une école, dans votre propre famille. Attendrez-vous d’en être victime pour réagir ?

 

Une personne a écrit en bas de l’immeuble de Jean-Claude Basset:

« Assassiné par la peur et l’intolérance, mort pour avoir aidé une enfant »

Oui, Jean-Claude Basset, martyre et victime du sexisme.

Encore une de ces nombreuses victimes de la misandrie ambiante dans notre chère France de 2011.

Jean-Claude Basset ne voyait plus ses propres filles depuis 8 ans. Quand il a pris la main de cette petite fille de 3 ans, croyait-il tenir une autre main ? Il n’est plus là pour nous le dire, lui qui n’avait pas les mots, lui qui ne portait pas de « costume-cravate ». Quant à moi, j’ai mes certitudes d’être humain, je sais ce qu’il a éprouvé en ramenant cette petite fille à sa mère, je sais quel a été son sentiment. Du ciel, où il nous regarde peut-être, qu’il n’ait aucun regret. Il est mort en ayant accompli son devoir, son travail d’homme sur terre, pas comme cette sous-race masculine dont ON s’est servi pour l’achever.

 

Ses filles se sont rappelées à lui pour l’enterrement. Elles ont refusé que les voisins viennent le voir une dernière fois, enterrant une deuxième fois un père qui avait le malheur de n’être qu’un homme.

 

35j’a

14 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’AFFAIRE URBAIN GRANDIER : UN #METOO AVANT TWITTER », neomasculin du 29/11/2018.

    L’obscurantisme, c’était plutôt cette société qui se protestantisait et qui allait adhérer aux Lumières tandis que l’Eglise tant bien que mal essayait d’apporter un peu de modération à cet infâme mouvement, tout en conservant une diversité d’opinions en son sein.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.