Accueil » Moyens déloyaux » Entre féministes c’est toujours la faute des hommes. Ségolène et la France.
Antiféminisme Aimeles

Entre féministes c’est toujours la faute des hommes. Ségolène et la France.

Publié le 15 juin 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

 

Vous le connaissez ce bon refrain. Dans votre vie de tous les jours, combien de fois ne l’avez-vous pas entendu ou ressenti ! Des fois, bizarrement, c’est de votre faute, c’est toujours de votre faute. A bien vous interroger, vous avez peut-être fini par vous demander si c’était bien votre faute. Et puis la supercherie des arguments féministes vous est peut-être apparue.

jeugamin

 

Du personnel au politique, il n’y a parfois qu’un pas. Ça marche tellement bien la culpabilisation des hommes ! Ça marche tellement bien depuis toujours, pourquoi cela ne fonctionnerait pas dans d’autres domaines. Les hommes sont si bêtes. Regardez Ségolène Royal à La Rochelle. Madame débarque en terres inconnues pour être élue par les locaux (on appelle cela un parachutage) et la voilà qui s’étonne que le candidat apprécié de tous, maintienne sa candidature. Non mais, et la parité !! Bien évidemment, elle le prend de haut. Elle va mettre une raclée à ce petit prétentieux, elle, l’ancienne présidente potentielle de la République. Il aurait mieux fait d’aller se coucher ou même de se coucher tout court. Son sort est entendu.

 

Seulement madame Royal, si vous aviez voulu être élue par une bande de mouton, il ne fallait pas venir dans cette région. Les moutons paissent ailleurs en France. Ici, les gens apprécient la politesse. Et ils la font passer avant le pouvoir. Ils sont un peu vieille France même s’ils sont plutôt de gauche. Ils jugent d’une personne à ses manières. Et quand ils vous ont vu débarquer, ils vous ont jugé pour ce que vous étiez. Ils ne vous ont pas vu à travers le pouvoir et la richesse que vous pouviez leur procurer, mais comme une arriviste féministe révolutionnaire du chaos, ce que vous êtes bien, ce qu’en tout cas, vous transpirez de partout. En face, un élu qui essaie de faire un travail de fond, bien implanté, Simone Weil aurait dit un enraciné, vous a tenu tête. Celui-là vous a désagréablement surpris. Non seulement il s’est maintenu au premier tour, mais il a éliminé la candidate de droite dans une région très ancrée à gauche. La belle affaire !

 

Aujourd’hui nous sommes dans l’entre deux tours et voilà Mme Ségolène Royal perdre toute mesure. Adieu veaux, vaches, perchoir. L’avenir semble bien sombre parce que cet homme lui a tenu tête, elle, la femme d’état. Alors mademoiselle Royal n’en est pas restée là. Malgré le soutien de tout ce que le PS compte d’institutionnels à un niveau national, malgré le soutien des carpettes locales dont le maintien d’une rente de situation est la seule préoccupation, malgré le fait que tous ceux là soient en majorité des hommes, l’accusation s’est faite de plus en plus précise. Mademoiselle Royal n’est pas en train de se faire battre par un homme, mais parce qu’elle ferait face à un homme. Elle nous refait le coup de c’est « la faute aux hommes ». Le bouc-émissaire est tout trouvé à son incompétence, à ses mauvaises manières, à sa morgue féministe, et à sa propension à semer le désordre et à en récolter les fruits. Eh oh mademoiselle Royal, vous n’êtes pas à un concours de beauté. Vous êtes dans le monde et le monde appelle le respect. Vous apprendrez d’abord à respecter vos adversaires, et plus encore vos amis politiques. Vous apprendrez à respecter vos concitoyens et en particulier ceux de province que votre éclat n’éblouit pas. Vous apprendrez à respecter la démocratie participative que vous voulez mettre partout et que les féministes ne respectent nulle par. Et vous apprendrez à respecter les hommes. Cette liste est non exhaustive bien sûr.

 

Le pire dans cette histoire n’a pas été le comportement de mademoiselle Royal qui n’apprend rien de ses échecs, le pire n’a pas été non plus tous ces hommes au PS qui se sont laissés tacitement insulter de machos, le pire a été la solidarité féminine de son opposante ! Car oui, les femmes ont toujours raison envers et contre les partis. Les distinctions idéologiques ne sont qu’à la surface pour beaucoup d’entre elles. La solidarité principale ne s’exerce pas envers la nation, envers son parti, ou envers sa propre conscience, elle s’exerce entre femmes. Voilà une des raisons qui exclue les hommes de leurs milieux tout en dévalorisant les fonctions de tous les métiers qu’elles investissent.

 

Pour rappel, dans un premier temps mademoiselle Royal n’accepte pas que Messieurs Raffarin et Bussereau, ses ennemis politiques de toujours, car ils ne s’apprécient pas, soutiennent son adversaire. Elle y voit un complot machiste !

 

Lien vers l’article « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

28 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo coub) « C d’la faute dez’hommes » Durandal

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription