Accueil » Etat de droit et politique » Faillite de l’expertise judiciaire, ou l’affaire Sécher.
AIMELES Antiféminisme

Faillite de l’expertise judiciaire, ou l’affaire Sécher.

Publié le 27 juin 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Les experts psychiatriques auraient pu, tout simplement étudier la psychologie de la victime et du bourreau et les mettre en relief. Est-ce qu’un homme qui a des pulsions homosexuelles mal assumées va chercher à assouvir son fantasme auprès d’une fille ??????? Est-ce que la parole d’une anorexique ne risque pas d’être, à cause de sa structure mentale, un tant soit peu, manipulatoire ? Bref, je ne suis pas expert en la matière et pourtant ces conclusions me sautent aux yeux : ni l’agresseur, ni la victime n’avaient le profil requis dans ce genre d’affaire.

_ Les gendarmes auraient pu enquêter (ils n’avaient aucune preuve matérielle si ce n’est la déclaration à retard d’une enfant).

_ Les juges auraient pu sanctionner la procédure bâclée des gendarmes, relever les incohérences des expertises auprès des jurés d’assises.

_ Quant aux jurés d’assises, tribunal du peuple guidé par l’émotion, y-en a-t-il eu un seul pour faire preuve de bon sens lors des délibérations ? L’histoire ne le dira jamais.

 

Par contre, l’histoire nous rappellera à jamais qu’un innocent a été condamné au nom d’une société devenue aveugle, de son incompétence et de son manque de courage. Pauvre France de la médiocrité et de l’émotion mal placée.

3 Commentaires

  1. Ping de Pauvreconsentimental:

    En comparaison de cet homme innocent condamné sans preuves à 16 ans de prison, regardons le verdict pour Bernadette Dimet qui a assassiné son mari : 5 ans avec sursis, donc zéro prison ! Assassinat d’une balle en pleine poitrine (perpétuité encourue), requalifié en violence ayant entraîné la mort. Le verdict est rendu 4 jours après la grâce de Jacqueline Sauvage, qui est donc LE PERMIS DE TUER LES HOMMES sans subir aucune sanction !

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Procès des huit infanticides : le stupéfiant aveu de Dominique Cottrez », Figaro du 29/06/2015.

    Des « experts psychiatres » qui refusent de la rendre pénalement responsable parce « qu’il ne faut pas manquer d’humanité » : la faillite de l’expertise en France où des hommes ne savent même plus agir avec professionnalisme s’il s’agit de femmes,  et le clament haut et fort dans un procès médiatisé.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    Fillette torturée et tuée : les services sociaux avaient jugé « la relation de la mère et de l’enfant satisfaisante ».