Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » Familles monoparentales, familles de tous les dangers.
Antiféminisme Aimeles

Familles monoparentales, familles de tous les dangers.

Publié le 11 octobre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

L’union d’amour est une bêtise pour individus immatures, pour toute une société immature.

Il a été travesti par l’idéologie féministe.

L’amour est devenu un moyen pour les femmes de nos sociétés de contrôler les imbéciles que nous sommes.

Les hommes aiment, on leur a appris à aimer et aimer bêtement. Ils aiment et ne réfléchissent plus. Ils donnent leur argent et baisent, voilà toute leur satisfaction et celle de leurs femmes.

Au nom d’un dogme idiot de l’amour, hommes et femmes s’accouplent puis se séparent. Ils ont des enfants presque par hasard, sans que l’homme y ait bien réfléchi. La femme n’a plus l’obligation de respecter son mari, et tel est le sens du divorce, tandis que l’homme doit continuer à entretenir son ex-femme et sa nouvelle compagne, pris dans sa folie amoureuse qui a toutes les allures d’un esclavage. Son désir sexuel est entretenu et canalisé par la publicité, la mode et la pornographie. Rendu au niveau des animaux, il sait au moins où il se trouve dans l’échelle du progrès. Ce triste animal s’en contente. Il éjacule et cela lui suffit.

 

Cette société fragile accouche de familles fragilisées. Et ces familles perdent leurs enfants. Ces familles mono-parentales puisqu’il faut les appeler ainsi, ce sont des filles-mères avec enfant(s), des mères prises entre leur désir dévorant de maternité et leur désir d’être aimées pour elles. Elles ne connaissent rien à l’engagement, elles ne connaissent rien des hommes à qui elles devraient faire confiance, elles veulent seulement être désirées. Ce désir s’oppose à l’épanouissement de leurs enfants. Elles le sentent bien, voudraient protéger leurs enfants tout en voulant vivre pour elles. Dans cette équation impossible à résoudre, le mieux qui puisse leur arriver est de rester seules. Les familles recomposées qu’elles croient pouvoir regagner sont ingérables. Personne n’y est à sa place, ni les enfants du premier mariage, ni ceux du beau-père, ni ceux de la belle-mère.

 

Le seul avantage pour ce genre de famille est l’obligation pour les membres du couple de faire des efforts. Ce que chacun n’avait pas compris ou vécu dans son précédent couple, chaque membre de ce nouveau couple essaie de l’accomplir enfin, mais dans des circonstances beaucoup plus difficiles. Quant aux enfants, ils font ce qu’ils peuvent pour s’attacher à une personne qui n’est rien pour eux, sans trahir « l’ancien » parent, situation psychologique difficilement soutenable, et qui grèvera sans conteste leur avenir affectif. Dans d’autres cas, ces mères célibataires passeront d’hommes en hommes, toujours avides d’être désirées et détruisant tout modèle stable pour leurs enfants. Cette instabilité perpétuelle pour les enfants, ce désir insatiable d’être désirée tout en protégeant sa progéniture amène parfois ces femmes à des situations ubuesques. Certains prédateurs savent profiter des ambiguïtés de ces mères. Ici, un jeune homme bien propre sur lui, s’est installé comme « pédo-analyste », rassurant ces mères pau

pedophile

mées en prenant en charge gratuitement leurs enfants et abusant tout aussi gratuitement d’eux :

 

 

http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2011/10/09/de-colmar-a-grasse-itineraire-d-un-pedophile

 

 

 

Là le beau-père a abusé des enfants dans le silence complice d’une femme qui vivait des sentiments partagés pour sa progéniture :

 

 

http://www.lobservateurdudouaisis.fr/24092011Sin-le-Noble–Climat-incestueux–le-beau-pere-condamne,6515.media?a=2961

 

Lire la suite

28 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Elle frappe son fils pour le corriger et finit en garde à vue”, Le Point du 05/10/2016.

    La police des familles se retourne contre les femmes, la belle rigolade.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Affaire Delarue : Élisabeth Bost perd son bras de fer contre Anissa”, Le Point du 16/03/2016.

    L’ex-femme perd son procès en vengeance contre la nouvelle compagne/femme. La concubine juste gagne contre la légitime dépravée : pas de meilleure illustration d’un monde qui fonctionne à l’envers.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Un garçon de 11 ans accusé du viol d’une fillette de 6 ans”, Figaro du 25/11/2011.

    Le jeune garçon de 11 ans a violé une petite voisine de 6 ans avec l’aide des soeurs et de la mère…

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Film “Le monde selon GARP” issu de la nouvelle de John Irving (1978) :

    une mère incestueuse, castratrice et intrusive (pléonasme…) fait un enfant pour elle, le prive de père et finit par monter un hôpital psychiatrique pour féministes et LGBT. Tout un symbole.

    Quant à l’enfant, il cherche son père et une forme de liberté dans l’écriture. Normalement trompé par sa femme, il réagit de manière complètement immature.

    Pour pouvoir s’en sortir psychologiquement, l’auteur parodiant sa vie, tue deux fois sa mère : une fois dans l’histoire, et une autre fois en détruisant son travail en publiant un pamphlet. Il est violemment abattu par une féministe habillée comme sa mère.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Il vole des sacs aux vieilles dames devant sa mère qui rigole :

    http://www.wat.tv/video/sur-m6-ado-detruit-velib-apres-7bbc1_2exyv_.html

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    La monogamie permettrait de dépasser les conditions difficiles durant la gestation et de faire baisser le nombre d’infanticides :

     

    Libération du 02/08/2013

     

    Bizarre cette conclusion de l’article qui trouve que nous sommes monogames… et en plus à cause de conditions sociales, tandis que de nombreux hommes ont plusieurs femmes sur toute une vie (sans parler des femmes qui quittent les hommes à partir du moment où elles ont acquis un statut financièrement intéressant).

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.