Accueil » Domination féminine » Fausses accusations de viol : et si on en parlait ?
AIMELES Antiféminisme

Fausses accusations de viol : et si on en parlait ?

Publié le 18 juillet 2014 par Léonidas Durandal à 11 h 29 min

Avec force détails, Lola, 26 ans, a dénoncé un viol dont elle aurait été la victime mais qui n’a jamais existé. Jouant sur tous les clichés de notre société, elle a avancé que deux Arabes l’auraient prise en plein jour, en pleine rue, violemment et que personne n’aurait bougé. Comme un seul homme, toute la société s’est alors mise en branle.

Les journalistes féministes trop contents de relayer la nouvelle ont omis toutefois les accusations concernant l’ethnicité des agresseurs et ceci afin de mieux parler de ce qui les intéressait : la violence masculine. De l’autre côté, à la droite de la dissidence, on a eu beau jeu de rappeler la sur représentation des étrangers dans les crimes, en montant ce fait divers en épingle comme cas significatif des effets néfastes du grand remplacement dans une ville « cosmopolite ». Tous, aveuglés par la haine féministe ou par la haine des mensonges de notre société féminisée sur notre pourtant bien réelle perte d’identité, tous, sont tombés dans un panneau énorme, sans discernement. Il a suffi pour cela qu’une jeune fille agite le chiffon rouge des agressions sexuelles envers les femmes blanches pour croire qu’une occasion unique leur était enfin donnée d’avoir raison de manière indubitable.

La première page google entre le 01/07/2014 et le 16/01/2014 en tapant les mots « Lola viol » :

1 « Une marche aux côtés de Lola violée en plein jour » (Le Parisien du 06/07/2014) :

Traduction : La parole d’une femme ne peut être mise en doute.

 

2 « Violée en plein jour : Lola témoigne à visage découvert. », L’indépendant.fr du 04/07/2014.

Traduction : Victimisation d’une personne qui veut sortir de son rôle de victime.

 

3 « Viol et agression de Lola : l’ADN pourrait très vite parler », La Dépêche.fr du 02/07/2014.

Traduction : Volonté de vengeance.

 

4 « Violée en plein jour : « qu’on ne banalise plus ce genre d’événement » », RTL.fr du 03/07/2014.

Traduction : La culture du viol dans notre pays…

 

5 « Perpignan : marche aux côtés de Lola, violée en plein jour. », MidiLibre du 07/07/2014.

Traduction : La société machiste qui laisse tout faire.

 

6 « Perpignan : le compagnon de Lola « violée en plein jour », crée un groupe Facebook », 01/07/2014.

Traduction : Même son petit ami s’est fait avoir.

 

7 « Lola, violée en pleine rue : « je vous en supplie, parlez ! », Eurpo1.fr 03/07/2014.

Traduction : Lola, victime de l’indifférence patriarcale de notre société envers le viol.

 

8 « Perpignan : une marche blanche en soutien de Lola, victime de viol », 20minutes.fr du 06/07/2014.

Traduction : Lola : représentative de toutes les victimes de viol.

 

9 « Lola, violée à Perpignan : « il faut que la honte aille sur les violeurs. » », Elle.fr du 07/07/2014.

Traduction : Les violeurs ne sont pas humains, les victimes ont toujours raison.

 

10 « Perpignan : une femme aurait été violée en pleine rue. », Figaro.fr du 03/07/2014.
Premier titre qui utilise le conditionnel, enfin. A noter que dès le 06/07/2014, le Figaro titrait « Violée en pleine rue, il faut arrêter de se taire »

 

Le concept de « culture du viol » a fait son chemin dans les esprits.

 

On voit ici, que la « culture du viol »(13) est surtout un fantasme féministe largement partagé par les médias dominants. Ce fantasme permet de contrôler les hommes, de les culpabiliser et de les mobiliser en faveur des femmes de manière irrésolue et aveugle. Car comment expliquer le manque de mesure dans cette affaire et dans bien d’autres qui se multiplient ces derniers temps (19, 20), si ce n’est par la prédominance de croyances ancrées dans notre société et qui l’éloignent toujours plus de la réalité. A force de propagande, l’idéologie féministe a réussi à nous faire perdre la tête. Les fausses enquêtes de victimisation mal faites, et fabriquées de manière partiale ont eu leur résultat sur les esprits (12). Le Français moyen croit aujourd’hui que derrière chaque homme, se cache un potentiel violeur qu’il serait le seul à même de le combattre. Et plus cette croyance se renforce, plus les affabulatrices sont encouragées.

 

amina_2 Amina, ancienne fémen : ses accusations délirantes de viol ont été prises au sérieux par la presse. Elle est actuellement en garde à vue.

La réalité :

Les fausses accusations de viol sont légion (11, 18) et les féministes, loin de prendre en compte ce phénomène, tentent de le nier. On comprend ici comment la stricte défense des intérêts des femmes ne peut se solder que sur un mensonge, comment ce mensonge sert à « >

Lire la suite

199 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Enregistrement ou pas, tu ne pourras JAMAIS rien prouver ! | Stéphane Edouard" du 18/02/2020.

    • Ping de François ALLINE de sexe male:

      Bon, ce qui est arrivé à ce garçon est dégueulasse et le fils d'un de mes amis à vécu une situation de ce type à Chicago où il faisait ses études.

      Autrement, un peu laborieux le Stéphane Edouard….

      • Ping de Léonidas Durandal:

        J’écoute les vidéos en minimum *1.5. Certaines fois en *2.0. Ici, c’est du 1.5, et je ne trouve pas ça si mal. Il doit nouer le contact avec le public, une relation personnelle qui se fait à un certain tempo. Nous sommes peut-être trop intéressés par l’informatif et le raisonnement sur mon site ?

        Bon imaginez, son logiciel, c’est apprendre aux hommes à nouer contact avec les femmes. Là, il vient d’intégrer que nous étions aussi des proies, peut-être que nous n’étions que des proies. Du coup, il faut un certain temps pour développer le raisonnement et surtout pour être compris. Comment voulez-vous qu’une personne comprenne ce que je raconte, si des personnes comme S Edouard ne font pas tampon. Cette réalité des femmes toutes puissantes dans notre société, est trop violente à appréhender d’un coup pour des personnes qui suivent le groupe de manière aveugle, c’est à dire à peu près tout le monde en France. Il faut, il doit prendre le temps. C’est trop grave. Ca implique trop de bouleversements. Imaginez, il doit vendre aux hommes une manière d’aborder les femmes, de les comprendre, parce que les garçons ne savent plus vraiment comment faire, comment se situer. Il faut qu’il leur explique que décrocher l’eldorado, c’est le début des emmerdes. Ce genre de cas pratique expliqué avec lenteur, c’est crucial. Surtout que son raisonnement implique pas mal de concepts sous-jacent. D’ailleurs constatez, combien il est obligé de se récrier quand il explique que les femmes pardonnent mal un « non ». Ses auditeurs ne comprennent pas. Et pourtant c’est la base. Dire « non » à une femme est l’exercice le plus périlleux qui soit.Et le plus nécessaire.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Il était aussi un violeur » : Evan Rachel Wood rappelle l’accusation qui a entaché l’image de Kobe Bryant" AFP du 27/01/2020.

    Son corps n'est pas encore refroidi que cette petite pute se permet d'ouvrir sa gueule sans aucune preuve parce qu'elle ne risque plus de poursuites, propos qui lui vaudraient immédiatement une condamnation si ce basketteur était encore vivant. Car Kobe Bryan n'a jamais été condamné pour viol. Il a été racketté au civil pour une relation sexuelle en dehors des liens du mariage. Pour preuve, ces "victimes" sont si avides de justice qu'elles abandonnent systématiquement leurs accusations dès qu'elles ont touché leur chèque (Dialo et cpgnie). Racket qui justifie la machinerie féministe du mensonge. Cette femme est seulement jalouse de ne pas avoir pu en profiter autant que l'autre. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Chypre: une Britannique qui se dit victime d’un viol a été déclarée «coupable» de «méfaits publics»" L'Obs du 03/01/2020.

    En somme, il faudrait la libérer alors qu'elle a menti, émis de fausses accusations et mis la réputation en jeu d'une dizaine de personnes ? En France, oui. Mais il reste des pays civilisés dans le monde. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    Voilà une lettre de l'accusatrice de Gabriel Matzneff qui sort ces jours ci un livre pour se faire mousser et se payer sur la bête. On y apprend que l'emprise qu'il avait sur elle était tellement forte, que c'est elle qui a décidé de le quitter. Elle décrit aussi l'état d'esprit exact d'une jeune fille de cet âge : se faire baiser, et bien baiser, pour pouvoir passer à autre chose. Elle aura profité de lui jusqu'au bout :

     

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    La domination patriarcale est tellement forte qu'il n'y a plus que des femmes pour défendre des hommes :

     

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "Barbarin à son procès en appel : « Je n’arrive pas bien à voir en quoi je suis coupable »" AFP du 28/11/2019.

    Coupable de se défendre mollement. Coupable d'avoir lutté contre les unions de duos en 2013. Coupable d'ignorer le mal à l'oeuvre dans notre société civile. 

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    "Destitution de Trump : un témoin-clé accusé d'agressions sexuelles" Figaro du 28/11/2019.

    Avant les femmes américaines faisaient brûler des négros par leurs maris, juste pour s'amuser, ou se déculpabiliser d'avoir couché avec eux.