Accueil » Erreur idéologique » “Femme au miroir” d’Eric-Emmanuel Schmitt ou le miroir aux alouettes (féministe). Vous n’avez pas d’argent à perdre.
Antiféminisme Aimeles

“Femme au miroir” d’Eric-Emmanuel Schmitt ou le miroir aux alouettes (féministe). Vous n’avez pas d’argent à perdre.

Publié le 1 septembre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

L’écriture est si dangereuse, si dangereuse quand elle ne nous apporte rien mais qu’elle est si plaisante. Regardez tous ces gens qui vivent par procuration en se gavant de belles histoires qui flattent leur ego… croyez-vous que la lecture seule suffise à élever l’âme ? Non, le monde est rempli de sots qui savent lire et écrire. Mais il y a bien pire que l’insignifiance, il y a la fatuité.

Notre talentueux Eric Emanuel Schmitt vient de commettre une nouvelle provocation qui n’en est pas une. Croyant nous livrer une vision originale du monde, il a encore plaqué des mots sur quelques lieux communs de notre époque. Notre société d’individus insoumis et sans culpabilité, cherche à monnayer son bonheur à travers l’achat et la lecture de livres qui lui donneraient raison, envers et contre la vie. Et Eric Emmanuel Schmitt se charge de leur vendre la came dont ils ont besoin, ici grâce à 3 de ses héroïnes.

 

Eric-Schmitt

 

Après avoir exprimé le point de vue du traître dans la religion, et avoir essayé de sauver à tout prix celui qu’il ne pouvait se décider à condamner, Judas Iscariote (je n’ai toujours pas digéré), le voilà à vouloir exalter l’éternel féminin. A travers 3 femmes et leurs mêmes aspirations au sein d’une société dont seules les apparences ont changé, à travers les siècles, nous découvrons que des femmes peuvent être mal à l’aise dans le rôle que la société exige d’elles. Vous remarquerez que je fais des efforts pour adopter le lexique féministe : “rôle”, “que la société exige d’elles”. Si j’étais plus macho, je dirais qu’il nous a fait la caricature de l’éternel féminin insatisfait, qui se venge sur son entourage et sur lui-même de ne pas réussir à s’accepter, lui et le monde, tel qu’il est.

 

Car oui, les femmes souffrent ! Elles souffrent souffrent souffrent de cette satanée société qui n’a pas changée et qui se complaît à leur attribuer des seconds rôles sous la férule d’hommes cupides, inexistants ou tyranniques, qu’importe les adjectifs qu’on pourra attribuer aux oppresseurs tant que ceux-ci oppressent !

 

  • Bien avant les babas yagas et leurs maisons de retraite interdites aux hommes (déjà qu’ils sont presque tous morts à cet âge), la première de ses héroïnes, au 13ème siècle, va s’exclure de la société, non pardon, intégrer une communauté religieuse qui refuse toute autorité institutionnelle, les béguines. Qui ne rêve pas aujourd’hui de détruire toutes les institutions dans notre société et de recréer quelque chose de neuf à partir de rien ? Vous voyez bien ? Ces utopies qui ont massacré nos sociétés occidentales du 20 ème siècle ? Rien de neuf dans ce livre. Pire, toujours cette même puanteur : il n’y a pas de continuité, il n’y a pas de tradition, le monde est laissé aux désirs de chacun qui va d’auto-destructions en égoïsmes, voire en jalousies, idéologie qui croit pouvoir se réaliser en dehors de tout, en dehors de tous, foncièrement dissidente.
  • Le deuxième héroïne de son livre, une bourgeoise du 19ème siècle, va se libérer de toutes ses contraintes sociales. Celle-là est en fait la femme idéalisée de mai 1968. Du carcan sociétal, l’auteur passe à la caricature du carcan familial que tant de femmes auraient à “subir” (lexicologie féministe). La famille n’est pas un lieu de réalisation et d’ouverture, de découverte d’une dimension nouvelle de notre humanité, elle est ici un lieu d’enfermement.

  • Enfin, nous passons à notre époque moderne, à la jeune starlette oppressée par tout un système capitaliste, et qui, à travers la mode, la tendance et la subversion, est encore la victime de ses propres non-choix.

 

Femme au miroir

 

Eric-Emmanuel Schmitt croit, à travers son livre, pouvoir faire le procès d’un système hideux et qui n’aurait pas d’âge : celui du carcan universel et immuable qui, dans nos sociétés occidentales, nous empêcherait de nous réaliser. Et en négatif de ce carcan, il existerait des êtres parfaits qui auraient réussi à s’en libérer, ici 3 femmes qui sont peut-être les mêmes.

En fait dans ce livre et malgré lui, Eric Emmanuel Schmitt nous offre l’image saisissante d’une dialectique morbide et qui est celle du féminisme : quand elles s’aperçoivent que l’idée d’une institution dans l’institution n’est pas viable (celle des hippies des années 70, les béguines du 13ème), quand après avoir détruit le “carcan” familial du 19ème et l’avoir remplacé par la désespérance individuelle (1968) les féministes ne survivent plus qu’à travers les modèles traditionnels, il “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

3 Commentaires

  1. Commentaire de kasimar:

    71889c293a1a331c5c70905f0fcd046d

    Leonidas

     

    Je suis partiellement d’accord avec cette personne pour la simple et bonne raison que en constatant l’élevation moderne des femmes actuelles à travers divers activités professionnelles, ou autres en délaissant l’éducation de leurs enfants et de leurs foyers au dépens d’une vie professionnelle. Juste pour le fait de faire passer leur boulot avant leur famille, je préfère voir ces femmes célibataires jusqu’à leur âge de raison ou à jamais selon qu’elles aient compris ou pas le but réel de l’être humain. C’est pour celà que je méprise la branche capitaliste et progressiste du féminisme qui a mon sens a plus détruit les relations entre humains comme nous les connaissions autrefois. Et encore je parle d’il y a 10/15 ans quand j’étais respectivement jeune homme/ado. Autre coupable : la société moderne j’ai lu rapidement un article de  hommelibre (un blog suisse) et ça m’a éclairci en partie sur les facettes obscures de notre société moderne.

    Autre souci, le mélange entre monde professionnel et personnel, les ambitions démeusurées … tout celà a contribué à délaisser l’homme de sa propre famille, du coup égalité des sexes oblige, la femme a suivi également ce mouvement, ce qui donne des enfants délaissés dans la société, quasiment orphelin du fait de la culpabilité ignorée de leurs parents. Sinon quelques hommes ont fait le pas pour rester au foyer : ici La femme restant au foyer étant plutôt rétrograde selon le point de vue de la société actuelle :/ 

     

    Pour en revenir à l’article, je trouve moi même que les éditeurs de livre, BD, de films … font dans la surenchère féministe en montrant des femmes guerrières, serial killeuse avec des tenues plutôt sexy. Bref des scénarios qui virent plus au sado maso qu’à autre chose  Faut vraiment avoir de l’argent à perdre pour acheter ces torchons. 

  2. Commentaire de Mr Claude D.:

    639bfc66bac2e3a04da6e4088de9112e

    Surprise, Mr Durandal, il y a des femmes qui ne veulent ni être épouse ni être mère et qui en sont très contentes ! Vous pouvez toujours pester, tempêter, vous n’y changerez rien.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle