Accueil » Femme moderne misérable » Gleeden : le désir de faire mal
Antiféminisme Aimeles

Gleeden : le désir de faire mal

Publié le 13 septembre 2014 par Léonidas Durandal à 16 h 56 min

Article 212 du code civil : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. »

Au nom du principe de complicité par omission intentionnelle dans nos droits européens, encourager l’adultère devrait être réprimé par la loi. Seulement notre droit est en train d’exploser de toutes part, sous nos yeux. Le manque de religion dans notre société est en train d’aboutir à saper toutes les bases de nos institutions. A refuser d’accepter la notion de bien et de mal, et à vouloir privilégier les sentiments individuels comme base de toute morale, la morale s’efface. Le droit aussi. En 1975, l’adultère n’est plus reconnu comme une faute pénale. Aujourd’hui, on ne peut donc plus sanctionner juridiquement des sites internets comme Gleeden qui encouragent les relations extra-conjugales. Car dans notre droit, la notion de complicité par omission s’utilise plutôt dans des cas d’infractions pénales que civiles, et surtout pas en matière conjugale où historiquement, les juges ont rapidement refusé d’amender les « briseurs et les briseuses de couples » (Arrêt Dangereux de 1970). Par là-même, encourager les transgressions à la loi en ce domaine, est devenu légal et ceci parce que nous ne voulions plus collectivement, faire peser sur des individus immoraux le poids d’une quelconque « culpabilité judéo-chrétienne ». Les marchands en ont alors profité pour nous vendre cette amoralité en toute impunité. Du refus de la Révélation, nous en sommes donc passés à la destruction de notre droit, puis à l’encouragement de cette destruction par le capitalisme féminisé, les immoraux et les cupides marchant main dans la main depuis toujours. Le processus de non-sens et d’anarchie gagne désormais et il se propagera jusqu’à détruire complètement notre société si nous ne l’arrêtons pas.

Comme je l’ai rappelé ailleurs, il est étonnant que la dissidence d’aujourd’hui se retrouve à devoir défendre la société malgré elle.

Gleeden et la libération sexuelle.

Gleeden, c’est l’horreur incarnée de cette dégénérescence. De vieilles peaux féministes s’y retrouvent pour se faire baiser parce qu’elles ont tout investi dans le travail et que leur relation de couple est devenu un champ de mine bombardé par autant de manques d’humanité. On a travaillé au nom du tout fric, on a fait éduquer ses enfants par d’autres, et conséquence logique, on se retrouve à plus de 40 ans asservi à ses pulsions sexuelles. On veut continuer à n’en faire qu’à sa tête, comme une bête. Le pire, c’est de voir cette espèce de ratées se faire sauter par des hommes encore plus misérables qu’elles, tous appartenant à des CSP + (cadres, ingénieurs indépendants, directeurs…) c’est à dire à ce qu’il devrait y avoir de plus intelligent dans notre France. Ces hommes mariés encore menés par le bout de la queue à l’âge de M Strauss Kahn, sont capables de payer le prix d’un billet d’avion pour une soirée de baise en compagnie d’une putain immature (1).

Si le phénomène était marginal, je n’en parlerais même pas. Sauf que le même site des Inrocks évoque le nombre d’1,7 millions de personnes qui auraient fréquenté Gleeden en 2012, et une croissance de 150% par an. Le site joue d’ailleurs de cette normalisation.

gleeden1

Plus risible encore, ce site qui encourage le mensonge, en appelle à l’honnêteté intellectuelle de chacun de ses membres dans la charte :

gleeden2

En résumé, « Ne fais pas à moi, ce que je t’encourage à faire aux autres », ou l’hypocrisie poussée à son comble.

L’autre, cet étranger.

Balayés les enfants, le mari attentionné, tous les efforts humains pour construire une vie respectable, au nom de simples parties de jambes en l’air. Que l’être humain est pitoyable dans sa faiblesse. Dans ces moments là, il ne voit plus rien, sauf lui, son désir, il ignore l’humanité de l’autre. Son bonheur c’est son malheur en particulier quand il ne sait pas voir en son compagnon un homme respectable et qu’il n’est pas décidé à faire des efforts pour lui, à l’aimer. En matière d’humanité tout doit être facile dans cette société tandis que le monde s’arrache les cheveux au travail. L’inverse de la joie de vivre.

On nous avait promis la fin de l’hypocrisie après 1968, l’hypocrisie n’a jamais été aussi grande. Hypocrisie de ces couples qui se trompent mais qui restent ensemble par peur de « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

31 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Facebook innove (pour qu’on s’engueule plus) », L’Express du 17/05/2018.

    Les infidèles vont pouvoir agir en toute discrétion. Il ne manquait plus que ça au réseau.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Quand une liaison renforce le mariage », L’Express du 16/05/2018.

    Voilà un mariage où l’homme est très considéré.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Nouveau piratage d’un site de rencontres », RITV du 16/11/2016.

    Les mecs pris la main dans le sac, sont désormais bien contrôlable. Ce sera très facile de les faire chanter auprès de celles avec qui ils sont engagés. Super la libération sexuelle.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « LA MONOGAMIE NE SERAIT PAS « NATURELLE » », Marie Claire du 14/04/2016.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Trouvé sur ndf.fr, la RATP en appel à la civilité des voyageurs mais elle fait de la publicité pour les relations extraconjugales !

    ratp

     

    Ce même site fait circuler la pétition et la lettre à la nouvelle présidente de Région Valérie Pécresse pour l’interdiction de ce genre de campagne.

    Je me demande si nous devrions en rester au stade des pétitions. La RATP vient juste de nous indiquer comment nous devrions agir. Que celui qui a des oreilles entende.

     

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Après le coq français, le cocu français »,Le Monde du 17/01/2016.

    • Commentaire de Manuela:

      Dieu a institué le mariage tout d’abord pour que la femme mette des enfants au monde, ensuite comme un remède contre le péché et pour se détourner de la fornication, et enfin pour le soutien mutuel l’aide et le réconfort que chacun des époux doit avoir, aussi bien dans la prospérité que dans l’adversité.

      mais ça c’était avant.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Le piratage D’Ashley Madison prend une tournure dramatique », Figaro du 24/08/2015.

     

    Plutôt incroyable. La police canadienne poursuit les pirates qui ont diffusé les données du site de rencontres Ashley Madison en les accusant d’avoir provoqué indirectement deux suicides d’abonnés. Mais cette même justice reste indifférente à la dévastation des familles et aux nombreux morts que ce genre d’entreprise provoque en encourageant les adultères. Les personnes qui se suicident après un divorce parce que leur compagnon s’est habitué à « aller voir ailleurs », la société de la mésentente qui rend légitime la tromperie, la fuite entre époux et l’incompréhension, ça, cela n’intéresse pas la police canadienne. Pourtant, cela fait beaucoup plus que 2 morts par an. Des milliers certainement dans tous l’Occident, sans parler des dommages collatéraux.
    Dénoncer ces gens reste et restera une mission de salut public. Celui qui a été pris la main au panier devrait assumer en toute connaissance de cause les conséquences de sa traîtrise et ne pas être plaint par un système corrupteur.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription