Accueil » Enfance détruite » Guy Gilbert : « Des jeunes y entrent, des fauves en sortent. » Extraits.
Antiféminisme Aimeles

Guy Gilbert : « Des jeunes y entrent, des fauves en sortent. » Extraits.

Publié le 2 mars 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

 

p 176

 

L’homme prisonnier.

A mesure que j’avance dans le métier, ma solidarité va de plus en plus à ces hommes seuls, éperdus de rage et parfois de haine, qui cherchent partout à leur sortie de prison un amour parti et les fruits de l’amour disparus. Ce n’est pas le plus facile dans un métier déjà très éprouvant : il m’arrive d’avoir l’adresse secrète de la femme et d’être dans l’impossibilité de la communiquer à celui dont je ne peux encore prévoir les réactions. S’amorce alors un long travail fait de diplomatie, et aussi d’amitié, pour qu’un jour les deux conjoints puissent se rejoindre.

 

 

 

p19-20

 

L’enfant, l’étranger qui reste

 

Chez nous, on parle beaucoup de l’étranger, du migrant. Il pose problème. Sa situation est précaire et l’insécurité le conduit, parfois, à des gestes extrêmes. Alors, on en parle, c’est l’étranger qui passe. Qui se rend bien compte que dans maintes foyers, l’enfant, c’est l’étranger qui reste ? Dont on n’a pas le temps de s’occuper vraiment, qu’on laisse à la rue, ou, au milieu d’un capharnaüm de nounours, de poupées, de boîtes à musique, de hochets.

Un ami nous avait donné des affichettes sur lequel était écrit : « Avez-vous embrassé votre enfant ce matin ? » Les mecs se sont emparés des autocollants pour les placarder, sans un mot sur tous les murs de la permanence et sur les parois du camion/ Ca voulait tout dire.

J’ai noté depuis 12 ans à La Vilette que la détresse des jeunes de la rue ne vient pas toujours d’une HLM miséreuse, de mètres carrés dérisoires, de paies insuffisantes. Elle vient de plus en plus du fait que l’enfant reste l’étranger dans un intérieur parfois confortable mais où les objets ont plus d’importance. Il filera trouver ailleurs, l’amitié, la tendresse, la fraternité que des parents qui l’ont « chosifié » n’ont pas su lui donner. La rue l’attend. Il trouvera ce qu’il cherchait et aussi d’autres détresses, une autre solitude, d’autres trahisons qui l’endurciront. Si la délinquance prolifère dans les milieux les plus déshérités, elle s’accentue maintenant au sein des milieux favorisés.

Angela m’a dit un jour : « On est propriétaires de l’appartement de Paris, on a fait construire en banlieue. C’était pour mes trois fils. Ils sont tous en prison. On s’est saigné pour rien. »

Je ne lui ai pas dit ce que je pensais. Elle ne se doute pas Angela, que, jour après jour, les gosses se barraient pour ne pas entendre ses coups de gueule. Elle travaillait dur, au noir, d’où ses nerfs en pelote. Le père, lui, gagnait très largement sa vie. Mais la course aux deux résidences, à payer dans les délais, avait conduit les parents, à chasser, sans s’en rendre compte, les enfants. Fatigués tous les deux, ils ne les supportaient plus. Les gosses ont payé cher un toit de trop, construit pour eux, à force de veilles.

Faire un être et l’aimer, c’est le découvrir comme une autre personne, c’est à dire comme quelqu’un d’unique. Il faut avoir du temps devant soi pour aimer. La formidable demande d’amour, d’attention, d’écoute des gars et des filles de l’équipe, trahit les repas familiaux, où la télé sabre tout dialogue, le père harassé ou las du boulot et des transports ou aussi parfois, les promotions acquises à coup d’heures supplémentaires rongeant d’autres heures, essentielles, de présence, d’écoute, de regard.

Même la maternelle peut être dangereuse pour certains gosses. Je me souviens de la mère de Claude dont la délinquance était unique, ses quatre frères et sœurs poussant bien. Elle m’en a donné la clef : « Je savais bien qu’il demandait plus que les autres. Il n’a jamais supporté la maternelle. J’aurais dû laisser tomber mon boulot pour rester avec lui. » Chaque gosse est différent. Si on prend le temps nécessaire pour l’apprendre, on peut le mettre sur les rails sans problème. Sinon, l’erreur d’aiguillage risque d’être, plus, lourde de conséquences. Je ne me bats pas pour ou contre le travail de la femme, ou de l’homme, pendant les premières années du gosse. Je sais simplement que le choix d’un boulot devrait se faire lorsqu’il est compatible avec la poussée de l’enfant, lorsqu’il ne lui porte pas atteinte. Les parents le peuvent-ils toujours ? Non. Là est tout le problème. Mais quand ça leur est possible, ils devraient adopter un autre style de vie. Si le changement est malaisé au début, il deviendra source de joie qu’on n’imaginait pas.

11 Commentaires

  1. Commentaire de kasimar:

    2d9e5449ee4f512b331362a4c5fe9222

    Pour revenir au commentaire de nazdaq, je trouve effectivement qu’il y a tout un tapage médiatique sur la journée de la femme, près de chez moi il y a déjà une certaine Sophia Aram avec “crise de foi” une dédicace pour les droits des femmes.

    Jusqu’à quand les Français et les citoyens occidentaux vont ils se laisser rouler dans la farine.

  2. Commentaire de gastirad39:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    nazdaq

    Pourrais-tu nous donner les titres de ces émissions ?

    Il serait utile de donner notre vision des choses dans leurs forums. Je suis certain que c’est notre silence qui leur donne l’illusion qu’ils (elles) peuvent aller toujours plus loin

    Mon expérience sur d’autres forums prouve qu’on peut stopper ce genre de propagande et même l’inverser !

    Quelques voix clairement exprimées et appuyées par des arguments solides suffisent !

    Hitler n’a pu prendre le pouvoir que parce que la majorité des allemands ne s’est pas exprimée !

  3. Commentaire de gastirad:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    Très intéressant. Guy Gilbert confirme ce que l’on sait depuis longtemps. La prison accueille des jeunes paumés (1/2 n’ont aucun diplôme et plus du tiers ne savent pas correctement lire) et “forme” des malfaiteurs aguerris au contact des “durs à cuire”. Une véritable école du crime dont le volet réinsertion est dérisoire.

    De plus, la prison coupe ces jeunes de leur milieu familial et émotionnel.

    Elle en fait des “fauves”

    Sachant que 150 000 jeunes sortent chaque année sans diplômes, à 16 ans de notre système scolaire féminisé à outrance, dont les 2/3 de garçons on peut se demander si ce problème peut être résolu, avec les moyens actuels, ou même si cette situation surréaliste n’est pas voulue, pour des raisons inconnues du public.

  4. Commentaire de nazdaq:

    40f328ca90ea9c11cbedb4fa19765a9e

    Ce soir France televisions nous a fait un festival de dénonciation féministe, comme à son habitude mais là ce sont prés de 5 à 6 émissions ce soir à faire passer les hommes pour la pire vermine du règne animal

  5. Commentaire de gastirad39:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    nazdaq

    Pourrais-tu nous donner les titres de ces émissions ?

    Il serait utile de donner notre vision des choses dans leurs forums. Je suis certain que c’est notre silence qui leur donne l’illusion qu’ils (elles) peuvent aller toujours plus loin

    Mon expérience sur d’autres forums prouve qu’on peut stopper ce genre de propagande et même l’inverser !

    Quelques voix clairement exprimées et appuyées par des arguments solides suffisent !

    Hitler n’a pu prendre le pouvoir que parce que la majorité des allemands ne s’est pas exprimée !

  6. Commentaire de gastirad:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    Très intéressant. Guy Gilbert confirme ce que l’on sait depuis longtemps. La prison accueille des jeunes paumés (1/2 n’ont aucun diplôme et plus du tiers ne savent pas correctement lire) et “forme” des malfaiteurs aguerris au contact des “durs à cuire”. Une véritable école du crime dont le volet réinsertion est dérisoire.

    De plus, la prison coupe ces jeunes de leur milieu familial et émotionnel.

    Elle en fait des “fauves”

    Sachant que 150 000 jeunes sortent chaque année sans diplômes, à 16 ans de notre système scolaire féminisé à outrance, dont les 2/3 de garçons on peut se demander si ce problème peut être résolu, avec les moyens actuels, ou même si cette situation surréaliste n’est pas voulue, pour des raisons inconnues du public.

  7. Commentaire de nazdaq:

    40f328ca90ea9c11cbedb4fa19765a9e

    Ce soir France televisions nous a fait un festival de dénonciation féministe, comme à son habitude mais là ce sont prés de 5 à 6 émissions ce soir à faire passer les hommes pour la pire vermine du règne animal

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.