Accueil » Lutte contre la pilule » Mensonges ou incompétence de la Haute Autorité de la Santé (HAS), en mars 2014 : le féminisme tue.
AIMELES Antiféminisme

Mensonges ou incompétence de la Haute Autorité de la Santé (HAS), en mars 2014 : le féminisme tue.

Publié le 20 mai 2014 par Léonidas Durandal à 18 h 31 min

par grossesse (p39) sans que l’arrêt de ces grossesses ne fasse apparaître une augmentation de ce risque chez les femmes infanticides. En somme, l’échantillon de femmes qui a avorté devrait nécessairement faire apparaître une augmentation du nombre de cancer du sein à nombre de grossesses égales… Certes pour pouvoir définitivement conclure, il faudrait connaître le nombre d’enfants moyen par femme d’une personne qui a effectué un avortement par rapport à une autre qui n’en a pas effectué. Cependant, il est à imaginer qu’une femme qui a avorté doit avoir eu au cours de sa vie moins d’enfant qu’une autre, ne serait-ce qu’à cause des risques de stérilité encourus à la suite de ce genre de pratique.

– Pour le travail de nuit. Là encore, les conclusions de la HAS sont étonnantes. Les personnels féminins travaillant dans des avions auraient des risques supérieurs aux autres, mais pas les autres travailleuses décalées dans leurs horaires… Quid des études contradictoires à celles que présentent la HAS ? Eh bien elles auraient pu être entachées de biais liés à d’autres facteurs environnementaux (p48-49)… même si elles concorderaient toutes. Là encore, cette conclusion semble assez surprenante, pour ne pas dire « politiquement correct ». Dans les colonnes du Figaro en 2012, le professeur Guénel de l’Inserm confirmait pourtant le lien entre travail de nuit et cancer du sein (4). Mais bon, en semant le doute, la HAS a peut-être voulu faire preuve d’une forme de sagesse statistique ? Mouaih.

– Pour l’âge des premières règles : le rapport ne note pas que l’hypersexualisation des petites filles qui a suivi mai 1968 a participé à faire baisser l’âge de la puberté (5) (6). Or la baisse de l’âge de la puberté est corrélée à une augmentation des risques de cancer du sein…

Conclusion pour rester en bonne santé :

Soyez grosses avant la ménopause, maigres après, jetez la pilule contraceptive, faites l’amour à votre mari, et de nombreux enfants, protégez-les de ce monde de pédophiles, allaitez-les, limitez votre consommation de viandes, et d’antibiotiques, profitez du soleil, en somme devenez antiféministes et vous aurez moins de risques de mourir et d’ennui, et de stress et d’un bon cancer du sein.

 

1 « Dépistage du cancer du sein : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage », introduction mars 2014.

2 « Avortement et cancer du sein : la double peine. », médiapress info de décembre 2013.

3 « Dépistage du cancer du sein : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage », introduction mars 2014.

4 « Y-a-t-il un lien entre travail de nuit et cancer du sein ? », Figaro du 08/10/2012.

5 Inserm 2007, « l’âge de la puberté. »

6 « L’inquiétante évolution de la puberté », fortune.fdsouche.com mars 2014.

9 Commentaires

  1. Ping de mapoule:

    Je trouve désespérant qu’il faille prendre la pilule pour ne pas tomber enceinte, ignorance et jenfoutisme, faut être  fouti feignasse pour tomber enceinte à un moment non propice de sa vie. Certes ca arrange bien ces messieurs qui n’aiment pas les capotes, hyper feignants eux aussi et tout aussi irresponsables ma foi.

    Malgré mon jeune age, je connais plus de filles qui sont passées par l’avortement que le contraire.

     

  2. Ping de Tchetnik:

    On échappe difficilement à la réalité de la nature, elle finit par revenir comme une manivelle.Il est vrai que ces pathologies n’étaient pas très mentionnées autrefois, un peu comme la « dyslexie » ou l, »hyperactivité » dont nos zinstits se plaignent de nos jours (et qui remplissent les bourses de psys…) dans le domaine de l’éducation. Ce n’est que depuis les années 80 que l’on assiste à une explosion de ces maux.Le jour où les « féministes » comprendront que « différences » ne signifie pas « inégalités »…

  3. Ping de kasimar:

    « Dans les colonnes du Figaro en 2012, le professeur Guénel de
    l’Inserm confirmait pourtant le lien entre travail de nuit et cancer du
    sein »J’avais déjà lu cette étude à l’époque, je ne sais plus si je vous l’avais mis en lien dans votre ancien site.Eh oui il y a toujours des scientifiques qui hélàs voudraient que les choses soient comme ils le souhaitent, et n’hésitent pas à tordre les faits. Quand bien même ce seraient des hypothèses. C’était le cas lorsque des scientifiques ont démontré le lien entre la présence paternelle aussi grande qu’elle était et la taille des testicule. ET le cerveau de ce dernier qui devenait comme celui de la mère à cause de
    l‘ instinct paternel. Des scientifiques se sont empressés de démonter leur méthode, tandisque des trolls se sont empressés de démentir ces hypothèses avec leur expérience personnelle, somme toute relative. Sans assise scientifique de plus.Même chose pour l’étude d’il y a quelques mois qui a prouvé que le lait maternel avait un lait pour les garçons et un autre pour les filles. Un commentateur de l’article s’est empressé de crier au fake, là où en lisant bien en anglais on a clairement vu qu’il n’y avait aucun démenti de l’étude. Donc encore un attrape-nigaud.EN tout cas en ce qui me concerne, je suis plutôt les actus scientifiques sur actusciences, c’est franchement plus sérieux que les « scientifiques » du Monde, rue89 …

  4. Ping de Pll:

    Et ben voilà ! tout s’éclaire. 😉