Accueil » Questions idéologiques » Il n’y a pas les bonnes et les mauvaises féministes
AIMELES Antiféminisme

Il n’y a pas les bonnes et les mauvaises féministes

Publié le 3 janvier 2010 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

dans un soucis d’harmonie et non pour défendre «leur sexe», contrairement aux féministes.

 

_ Dans leur hominisme, les hommes ont toujours cherché à respecter les femmes. Ils en ont simplement ras le bol du mépris généralisé des femmes envers eux, et ont voulu s’affirmer face à ce mépris.

 

_ Les hoministes aiment la masculinité et la féminité, ils n’y développent pas des notions d’opposition radicale aux femmes, mais une vision complémentaire des sexes vers une entente commune.

 

_ Les associations hoministes sont antiféministes, mais n’osent pas l’avouer par peur d’être considérés comme anti-femmes. Or ce n’est pas le cas. Tandis que l’opposition anti-homme est généralisée dans le féminisme, qu’elles s’assument dans leur sexisme. Pendant ce temps, elles résument l’hominisme à un mouvement de lutte contre les femmes, caricaturant les hommes qui cherchent l’entente, pour qu’ils évitent de s’occuper des vrais problèmes, le féminisme.  

 

Assumer son antiféminisme est un chemin difficile et long. Cependant c’est le seul viable. Le cadre d’analyse des féministes est un cadre malsain et pourri. Il faut l’abattre pour donner la possibilité à des femmes de réfléchir sur leurs vrais attentes avec nous, sans que ce débat ne soit pollué par des extrémistes. Des associations féminines l’ont fait par le passé. Permettons-leur de reprendre la parole en abattant le féminisme. Tous les hommes sont excédés par les féministes. Excepté ces idiots de chevaliers-maman. Donnons-leur des mots pour leur répondre et arrêtons de nous cacher comme si nous avions tort ou comme si nous avions de mauvaises intentions cachées.

 

22 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo courte) "Comment qu'ça parlait un homme en 1983" Durandal coub du 25/01/2020.

  2. Ping de Lou de sexe femelle:

    Je ne peux pas répondre au commentaire sur le patriarcat et l'islam. Je commente donc ici : le patriarcat n'est ce pas une organisation dans laquelle l'homme a l'autorité sur la famille et est chargé de subvenir aux besoins de sa famille ? Dans ce cas l' islam est bien un patriarcat.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bon, eh bien, il va falloir que je finisse par le faire cet article sur le livre de Sylvain Durain, « ce sang qui nous lie »…

      Pour donner un début de réponse : si un homme est mis à la tête de sa famille par sa mère et qu’il respecte les attentes de la mère de ses enfants, nous ne sommes évidemment pas dans un patriarcat.

      Il y a encore pleins de signes qui montrent que nous n’avons pas affaire à un patriarcat dans l’Islam. Songez seulement à la peur de la femme amante chez eux et à la glorification de la femme mère, de la déesse mère devrais-je dire plutôt.

      Comme je l’ai déjà précisé dans un autre de mes articles, il s’agit ici d’un combat entre les mères et les amantes, entre l’Occident et l’Islam féminisés, sachant qu’en Occident, des forces soutiennent aussi les mères et qu’en Islam, contrairement à ce que nous pourrions imaginer, des forces soutiennent aussi l’amante. Mais ce n’est qu’un combat de femmes par hommes interposés. D’où l’immense difficulté à débattre sérieusement sur le sujet actuellement. Les amantes qui veulent devenir mères ou les sont déjà, ont des difficultés à s’attaquer aux mères. Quant aux mères, parfois, elles voudraient bien laisser l’amante vivre. Du coup, nous avons des débats surréalistes qui n’ont ni queue ni tête. Les uns et les autres disent vouloir défendre la femme… et ils ont tous raisons en fait. Ils veulent bien défendre la femme, mais cela dépend de laquelle on parle.

      L’entente, le compromis est impossible entre ces deux plaques tectoniques. Cependant, comme je l’ai déjà précisé, ce devrait être la mère qui l’emportera. La mère l’emporte toujours, simplement d’un point de vue démographique, mais de bien d’autres points de vue encore.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Fatiha Agag-Boudjahlat : « On ne peut pas être féministe quand on se soumet au patriarcat arabo-musulman » [Vidéo]" Breizh du 21/10/2019.

    Il faudrait déjà que l'Islam soit un patriarcat pour avoir une discussion sérieuse de ce point de vue. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « Peggy Sastre : « #MeToo a été accaparé par un féminisme aux allures de religion » », Le Point du 03/10/2018.

    Ce qui est dingue, c’est de voir celles-là servir de caution aux autres, sans qu’elles ne s’aperçussent du rôle qu’elles jouaient.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.