Accueil » Eglise/Religion » Il y a 4700 ans, Inanna chez les Sumériens, tente l’aventure féministe
AIMELES Antiféminisme

Il y a 4700 ans, Inanna chez les Sumériens, tente l’aventure féministe

Publié le 10 octobre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

qui sait se placer face à une femme ? L’homme féministe sera toujours en défaut par rapport aux désirs réels des femmes qu’il confondra avec les siens. Un antiféministe ne doit donc pas se méfier de la force des féministes mais de leur nombre. En infériorité idéologique, et comme toute hyène qui se respecte, la féministe attaque à plusieurs et de tous les côtés les proies fragiles et isolées. La féministe est souvent déséquilibrée psychologiquement, manipulatrice et mal intentionnée. Elle fonde sa domination sur son intérêt personnel, et pire, sur son intérêt de femme. S’il lui arrive d’être attaqué en groupe, l’antiféministe doit se retourner contre le commanditaire des attaques et ignorer les autres. Mais il ne peut le faire en blessant d’une quelconque manière la féministe, car tous les hommes autours se retourneraient contre lui. Il doit révéler l’agression féministe plutôt que de surenchérir. Il ne peut pas répondre à tout le monde et doit se concentrer sur celle, celui qui en est à l’origine. Il est bien souvent inutile de vouloir convaincre une féministe. Il faut l’affronter. Les féministes femmes sont les reines de la rhétorique, et ils sont peu nombreux ceux qui, en plus d’être antiféministes, sont capables de gagner un débat contre elles en usant d’une rhétorique d’un niveau équivalent. L’antiféministe doit toujours revenir aux idées s’il discute avec une féministe et ne pas se laisser embuer par les formules faciles qu’elles ont imposées dans l’inconscient collectif. Il doit même être capable de dénoncer au cours de la conversation ce genre de procédés. L’époque où l’on pouvait coller une tarte à une provocatrice qui cherchait les coups est terminée, il faut en prendre acte. A cette fin, l’antiféministe doit savoir garder la maîtrise de ses nerfs. Celui qui s’énerve se met en faute au regard d’un groupe. Une bonne façon de dominer la conversation c’est d’adopter la même stratégie qu’une femme : éviter de vouloir chercher la vérité, exposer son point de vue d’homme et ne mêler ses idées à la conversation que dans un second temps. Ces stratégies indirectes sont celles d’un monde dégénéré quand on cherche la vérité mais ce sont celles qui nous sont imposées. Il ne faut jamais oublier qu’une féministe essaiera souvent de confondre plan personnel et plan général pour imposer sa vérité personnelle. Si on dépasse les cas personnels, elle aura tendance à parler de « généralités » pour vous mettre en défaut. En fait elle manipule la conversation pour rester sur un terrain qu’elle domine.

 

Vous vous apercevrez que vous êtes en position dominante quand la féministe préférera couper court à la conversation ou parler d’autre chose, ou monopoliser la parole d’une autre façon ou tentera de vous énerver.

 

Quand vous avez une collègue féministe, défendez vous par l’intermédiaire de votre chef.

Si votre chef est féministe, changez de service.

 

Enfin, bien assis, sûr de lui, l’antiféministe s’attaquera à chaque volonté de domination féministe dans son entourage. Il établira des règles de vie justes autour de lui (et donc masculines) , règles respectueuses des hommes et des femmes qui feront parti de son cercle familial. Ces règles là, il s’y soumettra.

 

Dans notre époque troublée, voici le programme de toute une vie ce que nos Sumériens avaient bien compris quand ils faisaient de cette histoire une des bases de leur mythologie.

 

Bon courage pour aller encore plus loin.

9 Commentaires

    • Ping de kasimar:

      Si maintenant ces conneries de théorie du genre s’exportent dans les pays qui combattent justement les pays où cette « coutume » a lieu… En tout cas, ça va être dur pour elle de trouver un mari, une femme qui fait un sport à risque où même tous les hommes n’y adhèrent pas …du grand n’importe quoi :/

      Autant je conçois que ce soit ridicule d’interdire aux femmes de circuler en 2-roues sur la route (quoique il paraît qu’en voiture les femmes font plus de bourdes que les hommes mais bon je l’ai jamais franchement constaté à part chez les femmes d’un  certain âge à l’instar des hommes du même âge), autant là c’est ridicule de laisser des femmes qui potentiellement donne la vie faire un sport où si elles ont la chance de ne pas finir à la morgue, elles l’ont de devenir paraplégique, voire de perdre des ovules ou un truc dans le genre. Et contrairement à ce que les chantres d’un monde nouveau proclament, les femmes ne se débrouillent pas mieux que les hommes de ce point de vue là, elles sont soumises aux même risques que les hommes en moto, car pas protégées. A la limite faire du quad et encore dans un virage corsé, la course à la médaille risque de faire une hécatombe à ce niveau-là.

      En tout cas, c’est encore une preuve que dans le monde plus personne ne se soucie de préserver les femmes pour une vie de couple, pour enfanter… une société en plein effondrement

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’épopée de Gusinde », Le Point culture du 01/08/2015.

     

    Enième mythologie, cette fois amérindienne, qui nous rappelle combien le pouvoir tyrannique des femmes a laissé des traces dans toutes les sociétés anciennes.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Voilà un grand moment de poésie religieuse et philosophique. Une conception de l’Eternel par la maternité.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2014/04/etincelle/

    <iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/MF6s61M-7kc » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

  3. Ping de ALEXANDRE:

    ab50d0208c5553d8d113075f49384262

    QUEL TRAVAIL!

    Merci de nous fournir sans cesse de nouveaux arguments pour contrer la mauvais foi féministe.

    A bientôt.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      dad0bb8416af8cea57475981ff142636

      Y-aurait un tel champ d’étude à défricher…

      Et puisque vous me donnez l’occasion de le dire : j’ai au moins dix articles de retard. Je croule sous les imbécilités de la théorie féministe moderne, imbécilités qui sont pourtant prioritaires parce que je dois sensibiliser le plus grand nombre possible avant de me faire plaisir. Et franchement, je ne sais même pas comment j’ai pu trouver le temps de faire cet article qui m’a donné une bonne bouffée d’air frais.

      Je suis très heureux que vous l’ayez apprécié. Cela correspond plus à ce que j’aimerais travailler si l’actualité de ces fanatiques ne m’accaparait pas.

  4. Ping de kasimar:

    3c922e3a7946ea2080fabba4a74626c9

    C’est vrai que en temps normal, ç’aurait été très difficile de trouver le temps de lire. Une semaine d’inactivité ça aide 😉

    Quand l’activité en question reprendra de plus belle, ce sera une toute autre histoire

  5. Ping de kasimar:

    25ce4646565db2c0fcc3806885612d65

    Excellente cette analogie avec cette légende et notre époque, j’ai bien ri surtout vers la fin de cet article, qui est authentique et merci du conseil. 

    De tout temps l’homme a compris la manipulation dont sont capables certaines femmes. Ainsi quand Homère parle des Sirènes dans l’Odyssée d’Ulysse, c’est aussi une légende, qui de ce que j’en comprends, démontre la manipulation par la voix, le charme et la beauté qui fait que l’homme est faible, et vulnérable face à une femme. Ce qui fait que au mieux l’homme satisfera sa femme : combat, cadeaux … au pire il se soumettra complètement à elle et à ses caprices, ce qui en l’occurence décrit l’idéal des hommes modernes. Mais je ne pense pas que la soumission aux femmes date de notre chère époque de libération des moeurs. Le matriarcat a bien existé autrefois, les statues représentant des femmes avec une poitrine et un corps prépondérant datant d’il y a au moins 3000 ans le prouvent. Les hommes vénéraient les femmes avant l’arrivée des deux derniers prophètes sws, la prostituée de Babylone en étant un exemple parmi tant d’autres.