Accueil » Eglise/Religion » Images de femmes dans les Evangiles : les autres Marie
Antiféminisme Aimeles

Images de femmes dans les Evangiles : les autres Marie

Publié le 25 novembre 2015 par Léonidas Durandal à 19 h 14 min

Marie la mère de Jésus est loin d’occuper toute la place par rapport à toutes les autres Marie des Evangiles. Le récit de la naissance de Jésus est seulement présent dans Luc et très peu dans Matthieu, la majorité des Evangiles remettant même en cause la maternité céleste de Marie (Mat 12-48, Marc 3-33, Mc 8-21, Jn 6-42, Mat 12 46-50, Luc 8 19-21), Jésus ne l’appelant pas « mère » au moment de mourir (Jn 19-27). Le récit de la naissance de Jésus est absent des deux autres Evangiles où la mère de Jésus n’est mentionnée qu’à de rares occasions (Jn 2-3 et Jn 19-27 déjà cité, Luc 2 21-40 sans intervention particulière de Marie, Lc 2 41-52 en forme de remise en question comme pour les Noces de Canaan J 2 1-5). Les Actes des apôtres, texte écrit par Saint Luc et dont l’Evangile est le plus descriptif concernant la naissance de Jésus, ne mentionne qu’une seule fois Marie mère de Jésus, et de manière anecdotique (Ac 1-14). L’assomption de Marie n’est basée sur aucun texte canonique .

En plus de renforcer une première fois la division avec nos frères protestants après le 16ème siècle, la place que nous avons dévolue à Marie mère de Jésus a fini par justifier idéologiquement les unions de duos au 21ème (1). Inutile de rappeler que la perméabilité de notre Eglise à l’homosexualité (2) et à la pédomaltraitance ne peut pas être étrangère à la position incestueuse que nous lui avons faite jouer. Car nombre de nos prêtres et de nos fidèles s’appuyant sur cette croyance démente pour éviter de grandir, restent aujourd’hui dans les jupes symboliques de leur mère au lieu d’endosser leur croix. Ils se soulagent ainsi de toute remise en question et veulent faire jouer à Marie un rôle qui n’est pas le sien. Parfois, ils fantasment l’union de l’Église-Marie et de Jésus, mettant tout simplement en actes une communion incestueuse. Dans ce cadre malsain, pas étonnant que notre Eglise occidentale soit devenue à ce point impuissante et remplie de prêtres pro-homosexualité. Le jeu de dupe entre une hiérarchie remplie de suivistes féminisés et une population en attente de repères mais défiante face à une faiblesse ressentie de toutes parts, nous mène à l’implosion. La nouvelle Eglise qui renaît déjà sous nos yeux, devra porter cet héritage comme un poids mort durant bien des décennies.

Quand les hommes auront repris leur responsabilités au sein de notre Sainte Institution, ils rendront un culte à Marie, mais sauront la mettre à sa juste place, par un regard saint et lucide. Ils ne l’identifieront certainement plus à une fille-mère ou à une lesbienne pro-PMA (3) comme notre Eglise nous invite trop souvent à le faire, sans s’en en douter (la propagande LGBT ne s’y est pas trompée) puis en s’étonnant de ce genre de “mauvaise interprétation”. Ils la verront en vérité et non fantasmée.

En attendant que les nobles guerriers du Christ gagnent, les catholiques sain(t)s devront supporter encore longtemps le comportement de ces fanatiques féminisés qui au 20ème siècle par exemple, ont écrit en masse au Vatican pour que « l’assomption de la Vierge » soit reconnu comme dogme, envers et contre tout. Pour ma part, je conseille aux pleureuses d’entrer directement dans une loge maçonnique et de rendre un culte à la veuve, si elles veulent être plus claires avec elles-mêmes. Quant à moi, la franc-maçonnerie n’est pas mon Eglise.

Marie, mère du Christ, est une belle image d’acceptation de la Sainte Foi. Elle doit faire bien des efforts pour comprendre ce qui lui arrive et accepter Jésus pour ce qu’Il est. Il est si difficile de reconnaître en nos proches le souffle divin. Sainte Marie l’a fait et nous devons lui rendre grâce pour cela tout en gardant son image en nos coeurs, mais une image vraie. A celle-ci, je voudrais rajouter la peinture de deux autres femmes, toutes aussi riches d’exemplarité, peut-être même plus en cette époque où nous avons besoin de suivre un chemin de conversion, plutôt que de rester dans une bulle de perfection.

Marie La Magdaléenne, résistante à toutes épreuves

L’Evangile apocryphe de Marie lui est attribué. Dans les synoptiques, elle est à la tête de la troupe de femmes qui suit Jésus partout où Il va (mat 27-56). Elle énerve Pierre qui la prend pour une radoteuse quand elle lui annonce que le tombeau est vide au matin de la résurrection ( Luc 24-11). Elle est au “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

7 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Notre monde est en crise : vers qui se tourner sinon Marie ?”, RITV du 28/11/2015.

    Et vers Jésus ? Non ?
    Le puritanisme marial d’essence protestante décrit dans toute sa splendeur. Aucun personnage politique ne trouve grâce à ses yeux, même pas Vladimir Poutine. Pourquoi ? Parce qu’il défend ses intérêts. Parce qu’il est trop homme. Parce qu’il ne réalise pas la prophétie mariale et qu’au contraire, il prend bien la direction opposée. Et en plus ça marche. Pire, en défendant ses intérêts, il sème la paix. Une bonne leçon de Dieu donnée à ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir. Pour les autres, qu’ils continuent dans leur enfermement, ils verront bien où cela les mène. Il leur reste peu de chemin à parcourir pour se convertir à la Marie des Mohamétans.

     

  2. Commentaire de gastirad39:

    Léonidas: Eh oui, le symbole ” Vierge Marie” devrait être questionné dans l’Eglise catho. Je ne parle pas de vérité historique dont nous ignorons tout, y compris le nombre d’enfants du couple Joseph / Marie ! Pour parler en incroyant, les chrétiens ont 3 Dieux masculins, le Père, le Fils et le Saint Esprit, et une Déesse, Marie. Et selon les temps et les lieux de l’Histoire, les “Valeurs” de chaque Dieu et Déesse ont varié. A l’époque byzantine, Marie prit une importance exceptionnelle qu’elle a conservé dans l’Eglise Orthodoxe. L’Eglise Catholique préféra mettre l’accent sur la Sainte Trinité. Puis le courant protestant relativisa le Culte marial. De nos jour, les Cathos mettent à nouveau l’accent sur Marie et son amour qui colorient semble-t-il l’enseignement de Jésus. Ne peut-on y voir aussi l’influence des femmes au sein des Cathos ? Influence due en grande partie au dédain des hommes pour nos religions ?  Bref, l’accent mis sur l’une ou l’autre de nos déités viendrait surtout de circonstances historiques bien trop humaines … et variables au gré des circonstances. Le féminisme a certainement contaminé notre religion. Peut-être faudrait-il réapprendre à mieux respecter Notre Père Eternel et son représentant en ce monde: l’homme actuel.

  3. Commentaire de François ALLINE:

    Méfiez-vous Léonidas. Tout ça va mal finir si vous remettez en cause la parole de l’église. Savez-vous ce que dit le talmud sur Marie et sa maternité ? Le talmud était tout de même plus d’époque que les évangiles, non ?

    Au train ou vous allez vous allez nous faire un article sur « Marie » et sa PMA ou GPA en n mettant l’accent sur Joseph en père adoptif… Attention !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle