Ethique :

 

Dans la mesure de nos moyens, nous défendrons tous les hommes victimes du système d’oppression féminin occidental, de toutes confessions, de toutes origines.

Nous distinguerons seulement les hommes qui veulent se battre pour leurs enfants et la famille, des chevaliers mamans, hommes encourageant le pouvoir des mères, éternels enfants. Ceux-là, loin de les aider, nous les combattrons.

Nous encouragerons les hommes à prendre des responsabilités au sein de leur famille.

Nous encouragerons les hommes à s’opposer à leur compagne si celle-ci privilégie les enfants face au couple. Le couple doit protèger l’enfant mais pas au détriment du couple qui est le modèle de l’enfant. L’amour d’un homme et d’une femme l’un envers l’autre doit être le modèle essentiel pour un enfant. S’il n’y a plus d’amour l’engagement d’un homme et d’une femme doit être privilégié, et ceci dans le respect des enfants. En effet détruire la cellule familiale au nom d’histoires de sexe ou pour des intérêts pécuniers ou encore parce qu’on n’est plus capable de se supporter est un comportement juvénile. La destruction de la cellule familiale est trop grave de conséquence et ne doit pas être permise. La cellule familiale doit être encadrée par la loi pour ne pas
permettre aux femmes de faire tout et n’importe quoi dans leur famille (violences morales, séparations inconséquentes sanctionnées…).

Le site soutient les couples et soutient toutes les démarches de médiation honnêtes. En effet nombre de pratiques de la société actuelle encouragent les séparations : le soutient aux filles-mères, l’expropriation des pères accusés de violence, les pratiques judiciaires discriminatoires, le système de distribution des allocations familiales, la haine des hommes, la propagande matriarcale… et tout cela au nom d’une soit-disant indépendance des femmes conquise sur le dos des hommes.

Le site se donne pour but de promouvoir la pérennité des couples formés d’un homme et d’une femme, seuls capables d’élever un enfant dans l’amour (par l’exemple, la tolérance et la différence).

 

 

Le site entend soutenir les luttes contre les enquêtes sociales non justifiées, et toutes les pratiques sociétales qui veulent que les liens de paternité doivent se justifier alors même que le père a été reconnu en tant que tel.

 

Si les membres actifs veulent jouer un rôle au sein de leur (future) cellule familiale, ils veulent aussi tendre la main à ces mères au foyer, trop longtemps rejetées par les féministes comme des exemples néfastes pour l’intérêt des femmes. Il est souvent nécessaire qu’un des deux membres du couple travaille moins dans le cadre professionnel afin d’assurer la pérennité de la vie familiale. Si c’est une femme cela ne doit pas être jugé négativement. Dans le cadre d’un contrat de mariage protecteur, celui qui travaille moins est nécessairement protégé. Il n’est pas étonnant que peu d’hommes veulent s’engager actuellement dans une vie familiale étant donné la place qui leur est faite. En rendant les hommes responsables et en les protégeant, les femmes retrouveront naturellement ceux qui acceptaient hier de fonder une famille. Si les hommes ne veulent plus avoir d’enfant c’est que la famille est devenue un cadre oppressif pour eux, surtout quand ils sont en manque de repères et qu’ils ne sont plus capables de choisir une compagne équilibrée.

 

L’association encourage les jeunes garçons à se méfier des femmes éduquées sans père qui ont des revendications féministes. Ces revendications masquent généralement une recherche du père mêlée à une haine de celui-ci, qui rejaillira forcément sur le couple. Tant qu’une femme reste dans des revendications féministes, elle n’a, souvent, pas réussi à sortir du giron de sa mère, et malade de sa haine, elle est incapable de construire un couple. Ces revendications féministes sont souvent le fait de mères haineuses qui, il
y a quelques générations, n’ont pas trouvé le bonheur au sein de leur famille ou surtout qui se sont transmises une haine des hommes de générations en générations. Vivant déjà de manière autonome, elles n’ont pas trouvé le bonheur et ne sont pas prête de le trouver pour leurs enfants, ou pour la société.