Accueil » Confusion des sexes » Indignation : l’élection de Conchita Wurst à l’eurovision ou la victoire du laid et de l’intolérance.
AIMELES Antiféminisme

Indignation : l’élection de Conchita Wurst à l’eurovision ou la victoire du laid et de l’intolérance.

Publié le 14 mai 2014 par Léonidas Durandal à 7 h 43 min

tendance à réagir tout à l’inverse. En vérité la laideur et la faiblesse sont souvent adulées par la plupart des gens de ce monde car elles font pitié et qu’elles rehaussent l’opinion qu’un pauvre être peut se faire de lui-même. Conchita Wurst nous montre très bien à quel point ce mouvement de l’âme peut être fort dans la population. Elle fait pitié au spectateur qui peut s’émouvoir sur son propre compte tout en se sentant éminemment supérieur. Et il n’y a rien de plus facile ni de plus laid que d’éprouver un tel sentiment. Tout à l’inverse, c’est le beau en soi et chez l’autre qui est dur à accepter et qui peut amener l’opprobre puis la répression. Car après avoir suscité l’envie, le beau ouvre la porte à la jalousie, puis parfois à la vengeance quand l’être alterne n’arrive plus à se contenir. D’ailleurs très rapidement, chaque humain sent qu’il devra affronter l’opprobre chez l’autre s’il ose vouloir être beau. La beauté physique donnée par la nature à certaines filles en est le meilleur exemple. Cette beauté est surtout un poids qui attire la convoitise des garçons, mais aussi la jalousie des filles. Couplée à une intelligence assumée, elle devient à la limite de l’acceptable pour le commun. Tout à l’inverse, certaines personnes glorifient Conchita Wurst uniquement parce qu’elle a refusé cette différence. Et en agissant ainsi, si elle désamorce l’affrontement lié à l’altérité, peut-on parler d’une invitation à la tolérance pour le spectateur et d’une forme de sacrifice de sa part ? Absolument pas. Conchita Wurst ne nous donne rien en sacrifice. Elle ne nous donne pas de nous élever à des sentiments nobles et dramatiques comme les paroles de sa chanson ou sa présentation télévisuelle nous le suggèrent. Au contraire, elle nous flatte et va trop là où un peuple niais cherche à la conduire. Elle n’est libre en rien contrairement à l’image qu’elle affiche, mais elle suit la vox populi dans ce que cette dernière a de misérable : son intolérance. La dramatique se joue donc ailleurs que dans son trauma personnel ou face à une société que l’on pourrait juger intolérante. Conchita Wurst accepte d’être la bête de scène, la femme à barbe de ce cirque à grande échelle. Et en échange, la population télévisuelle peut lui accorder son audience. Là est l’horreur progressiste des cirques d’hier comme de ceux d’aujourd’hui.

Sur quoi cette femme a-t-elle été jugée ?

S’ils avaient dû la juger sur ses talents intrinsèques de chanteuse, les spectateurs ne l’auraient pas élue. S’ils avaient dû juger de sa beauté, ils en auraient préféré bien d’autres. S’ils avaient dû mesurer l’originalité de sa prestation, ils l’auraient placée en dernier. Non Conchita Wurst a bien été élue par intolérance, une intolérance au beau, et à l’altérité sexuelle. Elle nous donne à réfléchir sur notre société anti-christique qui se prend pour le summum de ce que l’humanité a fait de plus évolué tandis qu’elle se roule dans la fange de son laxisme. Conchita Wurst n’est pas le signe d’une acceptation des différences, mais au contraire, elle invite le commun à cacher sa différence sexuelle derrière des oripeaux de personnalité. Les hommes et les femmes de notre pays s’assument de moins en moins en tant qu’hommes et femmes. Ils fuient l’autre et ils voudraient masquer leur lâcheté derrière des différences individuelles. Mais sans différence sexuelle, aucune autre différence n’est plus permise. La personnalité devient alors un masque qui nous permet de nier ce qui nous fonde intrinsèquement. La célébration de Conchita Wurst dans toute l’Europe est le signe de cette négation. Elle est intolérance et laideur. Tant que nous pressentirons encore cette laideur intrinsèque à se laisser aller, cette maladie à soigner, la médiocrité d’une telle incarnation, nous ne serons pas tout à fait perdus.

1 I télé du 11/05/2014 sur la réaction de Christine Boutin à l’élection de Conchita Wurst à l’eurovision.

2 Média press info du 13/05/2014 sur l’agression de Laurence rossignol.

3 « Eurovision 2014- Conchita Wurst. Christine Boutin exprime son malaise sur tweeter« , Concertlive.fr du 12/05/2014.

4 « Conchita Wurst : la Simone de Beauvoir de l’eurovision 2014 », Rue89 du 12/05/2014.

9 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "«On déshumanise les corps gros, on les charcute à la télévision»" Libération du 12/01/2021.

    Il faudrait aimer la grosseur, ce laisser aller, cette stérilité, ce facteur de mauvaise santé. Démesure dans tous les sens du terme, presque aussi toxique que l'anorexie. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Etats-Unis : la porte-parole de Donald Trump priée de quitter un restaurant », L’Obs du 24/06/2018.

    Pendant ce temps, les progressistes mènent une guerre folle contre les commerçants qui refusent de participer à la mascarade des unions de duos.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    La vision FDputes sur les représentants français à l’Eurovision :FDP 15/05/2014

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    Aurélie Filippetti s’habille en mec pour monter les marches du festival de Cannes et se comporte en gonzesse en éliminant sa concurrente secrétaire d’Etat :

    Aurélie Filippetti empêche Fleur Pellerin de fouler le tapis rouge de Cannes; Figaro du 21/05/2014

  5. Ping de Tchetnik:

    L’Église ne condamne pas les personnes dont elle souhaite le Salut, mais elle condamne les actes, en les évaluant à leur juste valeur, simplement.Par ailleurs, le Christ n’était pas qu’un simple prophète mais le Fils de Dieu. Normal par conséquent qu’Il soit demeuré « célibataire ». Mais Il a béni le mariage aux Noces de Canaa.

  6. Ping de ALLINE:

    « Si le Christ a été torturé et tué, il ne l’a pas été parce qu’il flattait nos vices. Au contraire, Notre Seigneur a été tué parce qu’Il était beau, fort, intelligent et masculin, et qu’Il assumait tout cela.  Mois je veux bien », mais à ma connaissance – quoique des Historiens aujourd’hui le conteste – il est mort célibataire en dépit du « Croissez et multipliez vous » de papa/Dieu rapporté dans la bible. D’ailleurs Benoit XVI nous dit et écrit : On connait trop peu de choses sur la vie de Jésus, il faut donc l’appréhender avec foi. Son successeur en parlant des homosexuels vient de nous dire : « Qui suis je pour les condamner » Alors puisque vous vous réclamez de l’église, ce serait pas mal de reprendre les propos et attitudes de ses chefs, non ? Quant à l’épouse cosanguine, elle a bien fait de changer le nom de sa secte, se réclamer de l’église alors que celle-ci a prôné l’exogamie, ce qui est à mon sens la meilleure chose qu’elle ait faite, épouser son cousin…

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Justement, vous avez eu un aperçu de ma vision de Jésus avec ma Foi. Quant au reste, je vous renvoie aux analyse de René Girard pour comprendre en quoi celle-ci pourrait avoir un semblant de réalité.
      En outre, si vous lisez bien le reste, je ne condamne pas Conchita Wurst mais son comportement. Au contraire par ma parole, je la remets dans l’humanité et surtout à sa juste place. Elle-même s’est mise dans une démarche de laideur. Et ceux qui applaudissent à cela me semble plus responsables en quelque sorte.