Accueil » Retour sur nous » Interview de M. Durandal par Melle Calixte
Antiféminisme Aimeles

Interview de M. Durandal par Melle Calixte

Publié le 5 janvier 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

c’est certain. D’ailleurs pour l’instant je n’en vois pas l’utilité : je ne suis pas encore assez aguerri. On ne va pas à la télé ou ailleurs comme ça. Il faut y aller petit à petit, gagner en expérience et en force, améliorer progressivement son discours, sinon, sur des sujets conflictuels comme ceux que je développe, on est certain de se faire bananer. Tant mieux si je suis à la marge pour l’instant, cela me force à devenir meilleur, et ainsi, j’étends progressivement mon domaine de maîtrise. J’ai tout mon temps. Je sais que les textes que je publie en ce moment, seront repris. Ils sont écrits pour rester, pour constituer la mémoire des hommes soumis et humiliés, des oubliés. Un jour, les hommes se libéreront, et ils se rappelleront de mes textes. De toute façon, il vient toujours un moment où même les pierres se mettent à crier quand on insulte toutes les lois de la création.

 

Sans internet, je n’existerais même pas médiatiquement. Je prends le bon côté de ce nouveau monde. D’un certain point de vue, nous vivons une période similaire à celle des débuts de la troisième République. Les journaux avaient une liberté de parole fantastique. Malheureusement cette liberté était souvent employée pour asseoir des manoeuvres politiciennes, quelques fois pour de grandes causes, mais trop rarement. Aujourd’hui, je me situe chez ceux qui enrichissent le débat, et qui méprisent les questions politiques. Nous n’entendons que cela à la télé ou dans les journaux papiers : quelle manoeuvre va faire gagner tel candidat, quelle idée peut soutenir tel candidat ou le détruire. Il n’y a jamais, ou presque, de débats de fond. Nous sommes devenus des autistes en France. Notre société est à l’arrêt. Internet est une chance pour la France, une chance pour la sortir de sa sclérose et faire renaître le débat d’idées qui est si cher à son âme. La France aime discuter, elle aime se battre, et elle ensemence le monde depuis des centaines d’années grâce à cet esprit pré celtique. Même si les hommes français semblent s’être reniés, il leur restera toujours un gène de révolte, bien caché au fond d’eux et qui saura ressortir quand il le faudra. Cet esprit est d’ailleurs porté désormais, et beaucoup mieux, par certains jeunes Français issus de l’immigration maghrébine parmi ceux qui essaient de s’assimiler tant bien que mal. Je veux leur rendre hommage, à ceux-là qui sont marginalisés par ce système féministe mais qui continuent à croire en la France. C’est eux qui feront renaître l’esprit français. Ils sont les dernières forces vives de ce pays. Ils doivent en prendre conscience.

 

 

Melle Calixte : « Je cite « tous les fruits du féminisme sont pourris. », dans vous discours, on aurait tendance à croire que vous vous exaspérez aussi du féminisme d’origine. Celui pour lequel les femmes se sont battues pour avoir le droit de posséder un compte bancaire sans l’implication de leurs maris par exemple de divorcer si le mariage n’était plus possible (coups et blessures répétés…).  »

 

 

M Durandal : Il n’y a aucun doute pour moi. Le féminisme d’hier est encore pire que celui d’aujourd’hui. Aujourd’hui, les féministes sont tellement ridicules qu’elles affaiblissent leur mouvement de jour en jour. Non, c’est l’hydre du passé qu’il nous faut vaincre. Vous citez cette histoire de compte bancaire, mais savez-vous que les hommes non plus n’avaient pas de compte bancaire. Il fallait être riche pour cela, et non être homme. Le féminisme est une des mythologies modernes. Aujourd’hui comme hier, ce sont les femmes les premières prescriptrices de dépenses dans le foyer. Ce sont elles qui contrôlaient et qui contrôlent toujours les dépenses du foyer. Au pire, l’homme du passé serrait un peu trop les cordons de la bourses. Mais sa femme lui menait une guerre d’influence dont il sortait souvent défait : pour preuve cette façon de voir qui vous a été transmise. Dans tous les couples traditionnels anciens que je connais, ce sont les femmes qui contrôlent les dépenses. Et aujourd’hui encore les sociétés de marketing ne s’y trompent pas. Vous connaissez le concept de la ménagère de moins de 50 ans ? Et bien c’est celle d’aujourd’hui, comme de toujours qui fait ce qu’elle a envie de l’argent du couple et qui entend bien culpabiliser les hommes de manière suffisante pour continuer à exercer sa petite tyrannie. Les femmes dépensent trois fois plus que les hommes, et ne parlons même pas du secteur des vêtements ou des loisirs, où là elles dépensent sans compter les fruits « >

Lire la suite

5 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’Épée de David contre le Goliath misogyne », Frangans feminae du 05/06/2018.

    « Les crypto féministes qui sont de fieffés lécheurs font preuve d’une grande servitude, qui ne peut s’expliquer que par leur dépendance non pas au féminisme mais à leurs bonnes-femmes »

    Certaines vérités mal digérées ressortent chez les hommes féministes comme autant de mensonges produits par souci d’obtenir une opinion consensuelle. Il ne s’agit pas de pensée chez les hommes féministes, mais de démocratie.

    • Ping de lebot@mascu2000:

      Monsieur Léonidas,

      Cher Léo,

      Article intéressant. Au plan reproductif, chez les mamiféres, le mâle est toujours potentiellement surnuméraire. Ce qui est de trop a moins de valeur et peut donc d’une part être sacrifié (rôle de protecteur, guerre, métier dangereux etc.) mais doit également d’autre part pour acquérir de la valeur (et gagner le droit de se reproduire) démontrer son utilité (rôle de pourvoyeur). A partir de là, les hommes étant en compétition entre eux pour accéder aux femelles et étant entendu que 20 à 25% ne pourront jamais se reproduire (soit 1/4) la stratégie gagnante pour maximiser ses chances est d’être un bon protecteur, un bon pourvoyeur et de se soumettre.

      Vu que l’état gyno-providence assure désormais pour partie à l’égard des femmes le rôle de protecteur et pourvoyeur le critère de soumission devient de plus en plus prépondérant. Ce qui permet au féminisme de se déployer.

      Je suis parfaitement d’accord avec l’idée sous-jacente de l’article bien que pour moi, l’explication peut être comprise principalement par le biais du biologique (reproduction).

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Zemmour au féminin », L’Express du 12/05/2018.

    Voilà une jeune journaliste qui tente un travail d’archéologie avec fraîcheur et ce qui va avec : naïveté. M Zemmour va-t-il accepter qu’elle se fasse un nom sur son dos ?

    Une autre question me taraude : jusqu’où croit-elle pouvoir aller…

  3. Ping de Fille-Lambie:

    5363879f6763de21714e16ff93fc0545

    Vous avez tout juste cher Monsieur. Enfin quelqu’un qui ose dire toutes les réalités de ce si pauvre monde. Je vous en remercie et vous félicites.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.