Accueil » Eglise/Religion » Jacob et Esaü : fils de la mère et fils du père
Antiféminisme Aimeles

Jacob et Esaü : fils de la mère et fils du père

Publié le 28 décembre 2017 par Léonidas Durandal à 16 h 33 min

la promesse de Lui rendre un culte, si toutefois il revient chez lui en paix… ce qui ne se réalisera qu’après de longs affrontements principalement dus à son impiété.

 

Jacob se perd malgré toute son intelligence

Car, de nouveau, il ne respectera pas sa parole en manquant de confiance en l’Eternel et en son frère Esaü, cette fois-ci sur le chemin du retour, bien des années après. Sa mauvaise conscience le précédera partout. Il lui faudra parcourir durant de longues années le désert avant de retrouver la terre de son père. Avant cela, il combattra l’ange de Dieu, métaphore de sa vie entière, où il aura refusé bien des fois de se laisser guider par plus grand que lui.

L’une des nombreuses représentations de Jacob et de l’ange, où le peintre a eu du mal à refouler certaines de ses pulsions

Sa vie n’en aura été que plus ardue, dominée par la peur d’Esaü, la peur de Dieu, la peur de Laban. Son père, Isaac, mourra à son retour. Et Jacob prendra possession de ses terres, tandis qu’Esaü s’en ira loin de lui avec ses propres biens, dépourvu d’intentions belliqueuses à son égard, calmé par des années de prospérité. Le temps aura pacifié son coeur, comme il devait en être. Ils se sépareront pour mieux croître et multiplier, sans pour autant que leurs descendants ne vivent en paix les uns avec les autres (Amalek). Eloignés et irréconciliables. 

Jacob, plein des manigances de sa mère, aura vécu dans une frayeur constante, et un aveuglement complet. Certes, il aura acquis la responsabilité de perpétuer la race juive, mais il aura aussi transmis le péché, la peur, la défiance, la manipulation, la contestation du père, l’idée de la persécution Dieu (lutte avec l’ange, Ge 32:28).

Jacob annonce ces Juifs qui crucifieront le Christ. Les descendants de son frère Esaü le combattront. Et à cause de lui, en digne successeur de Caïn, Israël ne trouvera jamais la paix. Mais comment pouvait-il en être autrement ? 

 

La mère impie

Rebecca disparaît des écritures après son action perfide, comme si elle ne devait jamais revoir son fils, ni même exister. Pour qu’il survive, il lui aura fallu le faire partir loin d’elle, séparation totale prix de son forfait. Autant Jacob paiera ses erreurs en peur, autant Rebecca dominée par une sorte d’avidité par procuration, se sera punie elle-même en se coupant de la chair de sa chair. Elle est dans la droite filiation de personnages comme Rachel, l’épouse de son fils, qui subira un sort comparable, les chiens ne s’entichant pas de chats. 

 

Un commentaire

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “Judaïca – Figure du Féminin: Sarah, Rebecca, Rachel et les autres (Bible)” Tao enseignements immaculés du 18/02/2018.

    Elles n’ont jamais rien fait de mal selon cette femme. Un tour de force pour imposer un mensonge en novlangue :

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.