Accueil » Confusion des sexes » (JO de Pyeonchang) Curling et autres considérations antiféministes
Antiféminisme Aimeles

(JO de Pyeonchang) Curling et autres considérations antiféministes

Publié le 23 février 2018 par Léonidas Durandal à 20 h 16 min

Pour le salut de l’humanité, le curling devrait être interdit aux Jeux Olympiques, et si ce n’est que de mon avis, interdit tout court. Que deux ou trois cantonniers anciens joueurs de pétanque aient voulu se reconvertir sur la glace et aient inventé un jeu qui consiste à balayer devant une boule lancée par le plus taciturne de ceux-là, l’idée était potache. Que la dite épreuve soit retransmises dans le monde entier durant les Jeux Olympiques souffre d’un ridicule peu commun. A ce compte là, j’ai une chance de remporter les prochains JO si je m’y mets un peu avant.

Elles sont d’ailleurs nombreuses ces compétitions qui n’ont aucun sens et qui se sont multipliées sous l’action des demandes commerciales des uns, de l’esprit de superflu de notre époque de l’autre, ou encore de notre propension au féminisme.

Ainsi, nombres d’épreuves féminines ne sont que le pâle reflet de la compétition masculine et ne devraient même pas exister. En premier lieu, la reine de toutes celles-là : le hockey sur glace. La finale femme nous a offert un beau match de 4ème ou de 5ème division. Quant aux qualifications n’en parlons même pas.

C’est l’inverse dans le patinage artistique. Un Philippe Candeloro patinait encore avec masculinité. Aujourd’hui, les exploits physiques des hommes semblent ponctuer maladroitement des grâces toutes féminines. L’épreuve reine est celle des femmes en individuel et des couples. Le niveau atteint par ces demoiselles, âgée de 15 ans pour la gagnante, est proprement sidérant. Les chorégraphies, l’histoire racontée sur la glace, le jeu théâtral, tout est beau, tandis que l’épreuve masculine ressemble de plus en plus à un jeu de cirque qui entre-temps, mimerait une forme de féminité.

Dans les épreuves en couple, nous retrouvons les invariants civilisationnels entre hommes et femmes : un homme fort et protecteur porte des femmes qui peuvent ainsi librement exprimer leur grâce. Chassez le naturel, il revient au galop.

(Dans le programme court, Choi Da bin, la jeune Coréenne danse sur le thème « Papa can you ear me », une jeune fille s’adresse à son père décédé.)
 

Cependant, l’esthétique féminine n’arrive pas à compenser les demandes physiques dans de nombreuses autres disciplines. En half pipe, une Américaine représentant la Hongrie, Elizabeth Marian Swaney,  a pu participer à l’épreuve  simplement parce qu’elle avait été présente tout au long du tournoi mondial de l’année précédente. Pour les jeux olympiques, elle s’est contentée de skier d’un bout à l’autre du tube. Loin de moi l’idée de critiquer l’esprit des Jeux Olympiques qui permet parfois à de petits amateurs de jouer leur rôle. Ce qui m’inquiète ici, c’est la représentativité donnée à une épreuve où le nombre de pratiquants est quasi nulle. Sans parler que les femmes se retrouvent là-aussi face à leurs limites physiques sautant au maximum à 3m50 de hauteur pour les meilleures d’entre elles, là où les meilleurs hommes font quasiment le double. Sur le plan sportif, l’épreuve féminine a donc beaucoup moins d’intérêt. Nous les regardons par curiosité et parce que la compétition peut avoir une dramatique intéressante. Et puis c’est vrai, il est plaisant de voir des filles toutes plus belles les unes que les autres et très épanouies, nous donner l’exemple du don de soi. Pour le reste, même toutes les jolies filles du curling n’ont pas réussi à me faire regarder un match en entier. Quand je vois qu’un compétiteur a été pris pour dopage dans cette épreuve, je me dis que l’espèce humaine est d’une vanité sans fond. Jouer au curling et se prendre au sérieux, décalage total. Pourtant que de visages fermés ou pointés vers l’horizon au moment de lancer la sainte boule…

 

 

Redondance

Pour animer ces deux semaines qui, exception faite du tournoi de hockey sur glace, ne devrait en durer qu’une, les organisateurs organisent la redondance. Le patinage artistique par équipe, c’est quoi ? Du patinage artistique où des épreuves individuelles se succèdent. Aucun intérêt. La différence entre programme court et programme long. Du marketing. La différence entre le 1000m et le 1500m en patinage de vitesse. Anecdotique. Le bobsleigh en individuel, par deux ou en équipe de 4. Pourquoi par en équipes de 12 ou de 24, au moins ce serait plus marrant. De même, la luge, le skeleton, l’un par devant, l’autre par derrière, le principal n’est-il pas d’arriver en bout de piste le premier ? Pour ces descentes avec engin mécanique, il ne devrait y avoir que deux épreuves : en « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

5 Commentaires

  1. Commentaire de Lou:

    Les femmes admettent elles-mêmes ne pas aimer les sports féminins.

    Néanmoins, ce rugbyman a-t’il vraiment été pris pour des raisons raciales ? Autant je vous comment le ski ne peut être qu’une affaire de blancs (difficile de pratiquer un sport d’hiver quand on vit dans ub pays où il n’y a pas d’hiver) autant le rugby…En plus celui contre lequel il s’est cogné était noir aussi

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Il se cogne à un Maoré qui a des capacités génétiques supérieures en rugby.
      Dans mon article, c’était surtout une allusion à l’équipe de France, où nos institutions essaient de nous refaire le coup de l’équipe black blanc beur. Sauf qu’au rugby, il n’est pas possible de tricher. C’est idiot et même dangereux.
      A petit niveau, j’ai vu comment il y avait une discrimination positive pour le nègre, car l’entraîneur considère qu’il a une mission politique. Il est même parfois animé par des choix raciaux très caricaturaux : « le noir court vite, avec mon intelligence d’entraîneur blanc, ça va faire des étincelles ». En fait, l’entraîneur est un idiot, et le noir, en plus, ne court pas toujours plus vite (si cela suffisait, il y aurait au moins une équipe d’Afrique qui aurait passé les quart de finales de la coupe du monde de football : cela n’est encore jamais arrivé, la rigolade). Au foot par exemple, les négros étaient majoritairement sélectionnés il y a quelques années de cela en France, tandis que les Arabes étaient majoritaires à jouer dans les banlieues. La bêtise poussée au plus au point.
      Le problème des positions entièrement raciales, non assumées, c’est qu’elles tuent la confiance : confiance en ceux qui réussissent, qu’ils le méritent ou pas.
      J’ai vu un joueur de rugby métisse exceptionnel durant un des derniers matchs de l’équipe de France, noyé au milieu d’autres recrutés on ne sait comment. Le problème du débile qui fait les choix de sélection, enfin tout au moins du débile qui les lui impose, c’est qu’il pense faire mieux que l’équipe de Serge Blanco des années 80, pour aller plus loin dans « l’évolution ».
      Bon courage.

      • Commentaire de Lou:

        Hum je vois. Maintenant que vous le dites, ça fait sens. J’ai toujours pensé justement que la France a gagné  en 98 parce qu’on a sélectionné les meilleurs et que le délire du black blanc beir est venu après. C’est peut être naïf de ma part mais j’ai l’impression que le foot tolère un pei toute les morphologies.

        Ce qui est drôle c’est de regarder l’équipe de France aux JO d’été : les noirs font de l’athlétisme et du basket, les blancs avec nom à particule de l’escrime, les blancs du peuple de la natation,les asiatiques du ping pong, ceux avec des noms à consonnances russe de la gymnastique…On a l’impression que c’est fait exprès.

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Si l’on regarde plus finement les jeux olympiques d’hiver, c’est la même chose. Les Pays Bas remportent par exemple 5 de leurs 6 médailles en or sur le patinage de vitesse. Et c’est à chaque JO la même chose. J’ai un peu réfléchi sur le sujet : l’épreuve de patinage de vitesse est très individualiste, c’est à plat, cela correspond à la mentalité et même à la géographie du pays.

          Le biathlon correspond à la mentalité française car il y a une sorte d’utopie, je ne trouve pas mes mots pour mon propre pays, mais je veux dire une sorte de sens, de complétude, de dépassement, de chasse et de course, qui correspond bien à l’esprit français (tout comme le ski cross mais dans un autre genre). Les Américains assurent le show dans des épreuves gigantesques half pipe snow board, où il faut se la péter. Les Japonais excellent dans le patinage artistique dans des représentations romantiques surjouées. La galanterie française entre hommes et femmes inspire tous les pays du monde en patinage artistique (il n’y a qu’à voir les thèmes choisis par les compétiteurs étrangers), et nous-même, il nous arrive de présenter de jolis couples, comme ceux de ces derniers JO qui méritaient la médaille d’or et de loin.

          Nous sommes l’émanation d’un territoire, et d’une culture qui s’est développée par rapport à une géographie particulière. Il n’y a qu’à penser les différences de comportement entre citadins et ruraux, ou encore les différences entre les différentes Eglises catholiques dans le monde. Ces différences n’expliquent pas tout car dans deux lieux identiques, les mentalités peuvent diverger à l’opposé. Cependant, ma théorie là-dessus, est qu’il y a une sorte d’idéal à atteindre et qui serait le même selon les conditions dans lesquelles nous sommes plongées (loi naturelle) auxquelles viendrait se surajouter la foi (loi divine).

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo coub) « (Pyeonchang 2018 France 2) L’homosexualité imposée aux enfants » Coub du 26/02/2018.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription