Accueil » Homme féministe » Jonathann Daval
AIMELES Antiféminisme

Jonathann Daval

Publié le 31 octobre 2018 par Léonidas Durandal à 12 h 28 min

son sourire d’employé du mois, et sa psychologie d’enfant mal sevré, il ne lui ferait pas de surprise.

Venant d’une famille nombreuse et pauvre, avoir des enfants n’étaient pas le saint Graal pour Jonathann. Déjà, il s’en était sorti financièrement, pouvait jouir d’une maison bien à lui, d’une petite vie rangée avec un travail où il était reconnu et puis il avait trouvé une seconde maman auprès d’Alexia, et il ne demandait qu’à rester l’éternel enfant qu’il n’avait jamais cessé d’être depuis le décès de son père. Jonathann aurait patienté encore longtemps et se serait résolu avec joie de pouvoir continuer ainsi.

Pour Alexia, il en était tout autrement. Ne pouvant pas se reproduire, la vie n’avait plus aucun sens pour elle. Il lui fallait cela pour exister. Elle ne pouvait déjà plus vivre sans le faire sur le dos de ses futurs enfants. C’est dire si ceux-là auraient été heureux et libres. Bien entendu, ils l’auraient été autant qu’elle l’avait été, et cela lui suffisait. Or en la mettant face à son vide intérieur, la stérilité la laissait impuissante. Ce sentiment là, lui était particulièrement odieux et étranger. Elle avait bien dirigé sa vie de couple, son petit ménage jusque là, Jonathann avait suivi au doigt et à l’oeil, ses propres parents aussi. Difficile d’imaginer que la vie se permettrait de lui résister. Il fallût que ce fût la faute d’un autre. Si elle avait été croyante, elle se serait certainement retournée contre Dieu. Si le problème était survenu dans le cadre de son travail, ce sont ses collègues qui auraient trinqué. Mais là, elle n’avait personne sur qui se soulager excepté son mari. Un homme, ça sert à ça.

En deux ans, le visage d’Alexia a changé du tout au tout. Il est marqué par la frustration. Elle est désormais seule face à sa toute puissance.

Jonathann avait tout de ce qu’une femme moderne demande à un homme. Seulement, il n’arrivait pas à la féconder. Et cette seule épreuve devait les amener à ce constat : le roi est nu. L’homme impuissant. La princesse dévoyée. Les corps profanés. La spiritualité absente. Le diable régnait en ces âmes avant le drame. Un simple retard de grossesse devait le révéler aux yeux de toute la France. Ils avaient tout, mais il leur manquait le principal. Non pas des enfants, mais de l’amour, cet amour qui ne se confond en rien avec la volonté putride de se masturber par corps interposés. Ils croyaient aimer. Ils n’aimaient que ce que l’autre pouvait leur rapporter. Qui de la paix, de l’argent, ou du sexe. Cet autre cessant de remplir ses fonctions, devenait un intrus, énervant.

Elle se soulagea donc sur son mari jusqu’à ce que lui-même décide de se soulager sur elle en l’étranglant. Ainsi reprit-il ses prérogatives d’homme sans l’avoir battu une seule fois jusque là. Dommage pour les féministes. Il fut tant apaisé de s’en être débarrassé que le lendemain de son forfait, alors que le monde entier croyait encore pouvoir retrouver Alexia la pauvre jogueuse disparue, il apparut calme et paisible à son travail.

Un mariage et un enterrement

A l’enterrement de son épouse, il porta son costume de mariage, signe de deuil évident, mais pas de ce que les gens s’imaginaient. Jonathann enterrait leur relation sordide. Il pleura beaucoup aussi lors de la marche blanche, aux bras de ses beaux parents.

L’opinion publique juge un peu durement ses larmes d’enfant et son hypocrisie. Jonathann pleurait sur sa médiocrité, et sur la leur également. Il les savait incapables de comprendre qu’un homme modèle, aussi féminisé que lui, eût pu haïr son démon domestique.

Mais voilà, étouffer toute masculinité chez un homme, passant de la mère à l’épouse, cela ne pouvait que produire un drame. D’habitude dans notre société, le quiproquo se vit devant le juge aux affaires familiales. Cette fois ci, un concours de circonstances l’étala sur la place publique, illustrant à quel point notre société d’hommes esclavagisés, et de femmes indépendantes, produit de victimes.

13 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "PROCÈS DAVAL : LA JUSTICE N’EST PAS UN SPECTACLE" Vu du droit du 21/11/2020.

    Parfaitement d'accord avec cette analyse. J'ai été aussi écoeuré de voir la belle-mère cracher sa haine face caméra. Cette femme se demande comment Jonathan Daval a pu commettre un tel crime ? Eh bien qu'elle se regarde dans une glace, elle et sa haine, avec son mari effacé en arrière plan. Elle comprendra comment ce couple a pu en arriver là. Pour l'instant, pleine de son aveuglement, elle va juste se bouffer elle-même. Et ses avocats ont une lourde responsabilité dans cette situation, eux qui ont encouragé ses délires, ses inventions : elle voulait s'imaginer qu'il y avait eu préméditation, qu'il y avait eu viol post mortem et autres fadaises, mêmes exagérations qui ont conduit sa fille à des extrêmes en matière d'humiliation. Or, ici, foin de domination patriarcale, il n'y a eu qu'un simple et basique drame passionnel. Jonathan Daval a baisé sa femme juste avant de la tuer, oui. Et elle a aimé ça, juste avant de lui reprocher son infertilité. Et il est devenu fou en l'entendant le rabaisser encore une fois. Et notre société vient de condamner à 25 ans de prison, un couple sous l'emprise de ses passions. Merci encore le féminisme de nous avoir permis de comprendre à ce point les rapports humains en les transformant en "domination masculine" au moment où un homme infériorisé a pété un plomb. Avec nos féministes, ici comme ailleurs, nous ne sommes pas prêts de régler nos problèmes de société. 

  2. Ping de Manuela de sexe femelle:

    Monsieur Léonidas j'ai enfin l'interview de cette femme qui remplace Marlène Schiappa je l'ai découvert cette semaine…

    https://madame.lefigaro.fr/societe/elisabeth-moreno-violences-conjugales-reconfinement-071120-183333

  3. Ping de Doris de sexe femelle:

    Bonjour, 

    Je suis "tombée" sur votre site en joignant daval + inceste. Je suis une grand-mère de près de 70 ans, pas votre public habituel, je pense. Mais j'ai aimé le ton de "cet" article. Je n'ai lu que celui-ci.J'ai pensé aux propos de Yann Moix disant qu'il préférait les orphelines car le déjeuner du dimanche midi lui semblait incestueux. Je peux imaginer que ce JD a méprisé sa famille dès la rencontre avec celle, plus glamour, d'A. Deux enfants et pas sept; plus d'élégance, de notoriété même si tenir un bistrot n'est pas le summum (à mes yeux). Il appelait sa belle-mère "maman" ce qui a peut-être un sens dans l'aristocratie endogame mais qui n'est certes pas en usage dans le "bon peuple' français. De quoi lui couper tout désir sexuel, non ? tout désir brûlant, tout désir assez animal … ou assez décidé pour féconder….sa "soeur". Et si celle-ci l'a menacé de le quitter, il perdait "maman" ! Par moments, comme le disait Gide, ce sinistre individu, "Familles, je vous hais !"

     

     

     

     

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Ce qui est aussi intéressant dans ce que vous soulignez, c’est la propension à nous raconter une histoire familiale lors d’une rencontre. Les uns sont fiers d’avoir tel ou tel gendre, telle ou telle belle-fille, ou un peu honteux. Il y a beaucoup de manques derrière tout ça et une recherche de bons exemples.

      En effectuant le type de recherche que vous avez faite, vous aviez déjà compris.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    "Jonathann Daval au psy : « Ce que je voulais, c'est qu'Alexia se taise »" Le Point du 04/11/2019.

    Comme avec toutes celles qui cherchent une bonne raclée, le problème essentiel est de savoir comment réussir à ce qu'elles la ferment. 

  5. Ping de Ben77:

    Un parfait couple démocratique sans défaut apparent pour un monde moderne décadent.

    Les masculinistes, réseau encore latent, demanderont un jour la libération de Johnathan à l’âme paumée et soumise aux femelles d’un mauvais genre.

    Puisse Johnathan revenir à Dieu Tout Puissant.

  6. Ping de Manuela:

    Hum, le gendre idéal, la fifille chérie. Qui ne connait pas un couple comme ça. Allez faire un tour sur facebook, ça pullule de couples parfaits!!!

    Ils étaient fait l’un pour l’autre quand on y réfléchit bien…

     

     

  7. Ping de Hancel:

    Cette histoire dérange beaucoup les médias féministes. Pensez que Duval doit être libéré comme l’a été une certaine Sauvage? Le Roi gérontophile va-t-il lui accorder sa grâce présidentielle comme l’a fait Flamby avec la Jaqueline au mépris de la décision des juges qui l’avaient condamnée?