Accueil » La pieuvre féministe » La fabrique à consentement : l’exemple du féminisme dans les éditions du Reader Digest avant 1968 (2/2)
AIMELES Antiféminisme

La fabrique à consentement : l’exemple du féminisme dans les éditions du Reader Digest avant 1968 (2/2)

Publié le 4 juin 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 02 min

hommes étaient contrôlés par l’honneur. Ils le seront bientôt par leurs faiblesses. Et il n’est toujours pas question pour les femmes d’introspection. Le docteur Mace a beau rappeler que l’humanité entière devrait posséder de telles qualités pour bien faire, son bon sens naïf ne porte pas. En effet, se plaçant sur le plan de la vérité pure, il élude inconsciemment la question d’un rapport de force qu’il n’est pas capable d’assumer face à une femme. Il préfère alors se réfugier dans une forme de constat : les femmes ne se placent que par rapport à elles dans cette étude. Et il ne comprend pas en quoi ce narcissisme forcément aveugle peut constituer une arme de guerre redoutable.
Un autre signe de cette société auto-centrée sur les problèmes féminins vient dans « Un malaise inévitable : la tension prémenstruelle » en 1960 du docteur Robert Greenblatt. L’alliance des médecins et des femmes si bien décrite dans « La police des familles » par Jacques Donzelot, en est ici une illustration pratique parfaite en ce qui concerne la manière de gérer les aléas biologiques intimes de ces dames. A noter que les féministes ont plutôt reproché à la société de cacher les mots au sujet des règles. Ici, ce n’est pas le cas. Les questions de nature féminine y sont abordées sans faux-semblants, d’un point de vue médical. Là où le bât blesse c’est dans la solution qui est prônée. Au lieu d’appeler les femmes à contrôler leurs humeurs, et bien que l’article reconnaisse que cela soit possible, l’auteur compte plus sur la recherche médicale pour

« accroître le rendement de la main d’oeuvre féminine » dans les usines.

Vous ne rêvez pas. C’est le terme employé.

60

Une petite pilule et les femmes seront encore plus rentables et la société sera heureuse et riche. Perspective féministe indépassable : la libération de la femme dans les usines est vécue comme un réel progrès qui doit être accompagné médicalement.

Comme dans « Je voudrais que mon mari se remarie en 1954 », l’article « Pourriez-vous aimer d’un tel amour ? » en 1966 de Bob Considine, ancien correspondant de guerre prolifique et dévoué à à la grande cause américaine, reprend l’idée de polygamie.

66

Une femme abandonnée par son mari pour une autre, apprend qu’il a eu un enfant entre-temps mais qu’il va mourir. Elle reprend sous son toît la femme et l’enfant désoeuvrés. Elle éduquera l’enfant qu’elle n’a jamais pu avoir avec lui. Romantisme, amour complètement désintéressé, ou bien solidarité féminine indéfectible, opportunisme et surtout homme vu comme moyen, d’avoir une famille, des revenus ou autre. Peut-être un peu de tout cela à la fois. Ici, la femme ne perçoit le monde qu’à travers la force des circonstances et non pas en terme de morale. L’héroïsme dont l’auteur l’habille entièrement masque tout un tas d’horreurs sentimentales qui devraient pourtant apparaître dans un récit nuancé. Le petit peuple aime tellement être ébloui en particulier par la femme mère parfaite. Celle-là réussira malgré tout à vivre son bonheur, comme si le bonheur pouvait se jouer de la morale.

 

Les femmes se partagent donc les hommes, mais elles les choisissent aussi et comme elles l’entendent. En 1960 dans « La jeune fille qui voulait tout avoir », William Bradon ancien photographe de guerre, nous fait découvrir au travers du regard du professeur, que la brillante étudiante ne va pas forcément finir avec le beau gosse de l’université, mais peut se tourner vers le papa célibataire un peu gauche et jouer de tous ses artifices féminins pour obtenir ce qu’elle veut.

60

L’article a au moins le mérite d’une forme de sincérité : les femmes choisissent pour beaucoup l’homme avec qui elles veulent finir leur vie. La libération sexuelle est proche et va enterriner le pouvoir des femmes en matière sexuelle pour le transposer à un point de vue social. Le papa célibataire cache surtout la fille mère et sa normalisation.

 

6 Libération sexuelle

6.a La fille mère normalisée

 

En 1965, l’article « Jeunes mères sans mari » d’après un article de Jonathan Rinehart paru initialement dans le Saturday Evening Post, décrit des filles-mères de tous milieux, de tout niveau intellectuel, victimes d’une société et d’hommes qui n’assument pas leurs ébats.

65

Qu’un homme puisse être désigné d’office comme père d’un enfant si la femme réussit à établir la preuve d’une communauté de vie ou d’une simple relation sexuelle avec lui, semble échapper à nos journalistes. L’homme « >

Lire la suite

24 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Comment France-Info fait passer Anne Hidalgo pour sexiste… », MPI du 18/10/2018.

    Je me demande où était la mauvaise foi, et quel était l’effet recherché. En ce moment, les attaques ne cessent pas contre Anne Hidalgo. En même temps dire qu’un politique s’occupe des femmes, c’est plutôt lui rendre service en général.  Bref, cela mériterait d’en savoir plus.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Propaganda – La fabrique du consentement – ARTE » Arte +7 du 29/05/2018.

    Evidemment, les gens sont des imbéciles pour les gauchistes. Somme toute, à part la « libération de la femme », le capitalisme a plutôt réussi dans ses objectifs. Indirectement, ils justifient la propagande, mais surtout, la manipulation. Car leurs solutions n’en sont pas. Evidemment que la société civile doit réussir à s’organiser contre ces trusts. Il n’y a pas d’autres solutions. L’interdiction de la propagande reviendrait à nous priver de nous exprimer. Ce que d’ailleurs les gauchistes ont réussi à faire chez nous, et ce qu’ils entreprennent aux USA.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Hollywood prépare un film sur la genèse du mouvement #MeToo », L’Obs du 30/04/2018.

    Est-ce que ce film parlera de la prostitution de la majorité de ces actrices ? Là aussi, où nous apprenons en France que deux femmes ont monté la cabale pour « protéger » leurs soeur, effet ruche oblige.

  4. Ping de julien le jacobite:

    21 pages ! Auriez-vous une version en une page de votre article, qu’on puisse le lire hors-ligne et l’enregistrer ? Je comprends l’idée de présenter en colonnes à la façon d’un livre, mais il faut s’y faire, les règles du livre ne valent que pour le livre… le style contemporain, c’est le rouleau de parchemin…

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « La descente aux enfers de la presse allemande », Bd Voltaire du 31/01/2016.

    Où un ancien journaliste révèle les liens de la presse allemande et de la CIA. La presse, le 4ème pouvoir ? Pas pour les dhimmis des USA.