Accueil » La pieuvre féministe » La fabrique à consentement : l’exemple du féminisme dans les éditions du Reader Digest avant 1968 (2/2)
AIMELES Antiféminisme

La fabrique à consentement : l’exemple du féminisme dans les éditions du Reader Digest avant 1968 (2/2)

Publié le 4 juin 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 02 min

Plus tard, si le désir de l’enfant est devenu un besoin à satisfaire, il faudra que l’école s’y plie également. L’école deviendra ainsi un substitut maternel qui préservera l’enfant de toute blessure émotionnelle qui pourrait le traumatiser, donc de toute blessure émotionnelle, l’empêchant ainsi de devenir un adulte. Norman Lobsenz recevra pour ses publications tous les prix possibles et imaginables de la part d’associations familiales américaines. Et lui qui se targuait de donner tant de leçons en matière d’éducation et de respect de l’autre, divorcera pas moins de 4 fois avant de prendre une 5ème compagne qui lui donnera de nouveaux enfants…

 

Dans ce cadre d’un progressisme qui avait toute les apparences d’un laxisme forcené, il faudra que le rôle du père soit encore longuement relativisé par ces hommes menés par le bout de leur sexe avant que nous en arrivions jusqu’à aujourd’hui à remettre en cause le concept même d’homme et de femme avec le « gender ». En 1954 dans « Pères à ne pas envier » publié d’abord dans le New York Time, cette relativisation prend d’abord le ton de l’humour, et présente des modes de paternités divers et variés, issus du monde animal.

54

Ces comparaisons prêteraient à rire s’il n’avait pas été question de faire de l’éthologie orientée. Dans cet article, on apprendra donc que certains « papas » du monde animal s’occupent des enfants, les couvent, les nourrissent en bas âge. Quand on vous dit que tout pourrait être différent ! 60 après, nos néo-animaux, je ne sais pas comment les appeler, poussant toujours plus loin leur exaltation régressive, vous parlent désormais sans honte de la sexualité des bonobos comme d’un exemple pour l’espèce humaine, de leurs pratiques homosexuelles comme d’un comble de la pacification sociale, et de la relativité du genre comme d’une évidence. Il faut dire que la bêtise humaine suit de près les possibilités scientifiques qui nous sont offertes, possibilités scientifiques qui nous permettent de plus en plus de nous reproduire de manière « artificielle », sans père et bientôt sans mère.

 

2 L’indépendance des femmes promue.

2.a L’indépendance des femmes par le célibat.

Dans l’article le plus ancien répertorié sur ce thème (1948), « J’enseigne à ma fille l’art de vivre seule » , David L Cohn un libéral libertaire qui écrira aussi des discours pour le parti démocrate, ne présente pas le célibat comme une finalité en soi. Cette idée telle quel, n’aurait pas pu être reçue. Mais il promeut déjà le couple comme la vie de deux personnes indépendantes qui devraient être capables de se gérer seules.

48

Derrière la fausse provocation s’en cache une vraie, celle qui voudrait que l’individu plus évolué d’une société catholique ne devrait pas s’en remettre aux autres dans des liens d’interdépendance. L’idée de complémentarité est évacuée, doucement.

« Le recours est dans notre faculté de savoir vivre seuls, de nous suffire à nous-mêmes« ,

nous dit l’auteur en parlant de spiritualité intérieure, préparant en cela l’attirance sociale pour la régression bouddhiste qui allait suivre dans les années 70, et nous mener jusqu’aux cours de développement personnel et de coaching plus récemment. Dans cet article très significatif de l’esprit d’une époque, le fait de vieillir, d’avoir des difficultés et des soucis dans la vie, sont des obstacles qui pourront d’autant plus facilement être dépassés que la personne aura choisi de les assumer « seule ». Nos maisons de retraite ne se remplirent par la suite qu’à cette condition, celle d’une acceptation complète par les individus eux-mêmes de la responsabilité de leur sort.
Un peu plus tard en 1960, cette volonté de s’assumer seule prend carrément la forme d’une promotion du célibat dans « Femmes sans homme » d’Eleanor Harris tiré du magazine Look. Ici, on présente tous les aspects positifs du célibat, et le fait que ce « choix » soit bien vécu pour certaines femmes.

60

Le discours « indépendantiste » mâtiné cette fois de psychologie y est repris plus crûment :

« Savoir se passer des autres, soit dans le mariage, soit en dehors, c’est ce qui compte avant tout. Car tout être humain pour être heureux, doit pouvoir se suffire à lui-même ».

S’en suit une longue diatribe contre les veuves ou les célibataires angoissées qui oseraient encore pleurer sur leur sort après ce brillant exposé. A 12 ans d’intervalle la terminologie est presque la même, mots pour mots. Le discours s’est radicalisé, peut-être encouragé par les recherches frauduleuses d’Alfred Kinsey sur la corruption de la société américaine qu’Eleanor Harris « >

Lire la suite

24 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Comment France-Info fait passer Anne Hidalgo pour sexiste… », MPI du 18/10/2018.

    Je me demande où était la mauvaise foi, et quel était l’effet recherché. En ce moment, les attaques ne cessent pas contre Anne Hidalgo. En même temps dire qu’un politique s’occupe des femmes, c’est plutôt lui rendre service en général.  Bref, cela mériterait d’en savoir plus.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Propaganda – La fabrique du consentement – ARTE » Arte +7 du 29/05/2018.

    Evidemment, les gens sont des imbéciles pour les gauchistes. Somme toute, à part la « libération de la femme », le capitalisme a plutôt réussi dans ses objectifs. Indirectement, ils justifient la propagande, mais surtout, la manipulation. Car leurs solutions n’en sont pas. Evidemment que la société civile doit réussir à s’organiser contre ces trusts. Il n’y a pas d’autres solutions. L’interdiction de la propagande reviendrait à nous priver de nous exprimer. Ce que d’ailleurs les gauchistes ont réussi à faire chez nous, et ce qu’ils entreprennent aux USA.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Hollywood prépare un film sur la genèse du mouvement #MeToo », L’Obs du 30/04/2018.

    Est-ce que ce film parlera de la prostitution de la majorité de ces actrices ? Là aussi, où nous apprenons en France que deux femmes ont monté la cabale pour « protéger » leurs soeur, effet ruche oblige.

  4. Ping de julien le jacobite:

    21 pages ! Auriez-vous une version en une page de votre article, qu’on puisse le lire hors-ligne et l’enregistrer ? Je comprends l’idée de présenter en colonnes à la façon d’un livre, mais il faut s’y faire, les règles du livre ne valent que pour le livre… le style contemporain, c’est le rouleau de parchemin…

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « La descente aux enfers de la presse allemande », Bd Voltaire du 31/01/2016.

    Où un ancien journaliste révèle les liens de la presse allemande et de la CIA. La presse, le 4ème pouvoir ? Pas pour les dhimmis des USA.