Accueil » Paternité » La fabrique de l’image des pères
AIMELES Antiféminisme

La fabrique de l’image des pères (Edouard Leport nous sert la soupe)

Publié le 16 février 2021 par Léonidas Durandal à 12 h 37 min

mère serait là, complètement irresponsable. Ce serait arguer que les femmes, vertueuses par nature, pourraient tirer profit d’un possible abus sans jamais en être l’auteur. Au contraire, y-a-t-il là une manière d’inciter au crime, une incitation au crime que seul le père peut empêcher. 

 

La vraie image des féministes

Cette image négative des pères soupçonnés de possible « domination patriarcale », ou d’égoïsme (quand ce n’est pas de viol), n’est qu’un moyen de tuer toute autonomie de leurs désirs. Et ainsi d’étendre une domination féminine effective. Que cette domination dût échoué, voilà l’avertissement qui retentissait déjà dans la Genèse.  Ces féministes qui nous ont imposé leur égalité guerrière auraient dû savoir que cette guerre allait se retourner contre elles, le sentir tout au moins tant elles ont déjà emporté de fois des civilisations dans leur quête absurde, folle, démagogique et autoritaire. De nouveau, les pères occidentaux n’ont pas eu la force de rétablir le bon droit et la justice. La barbarie prospère dans nos banlieues féminisées et dans chaque famille progressiste où le mensonge règne. Les femmes en sont victimes. Et il ne sont plus beaucoup à vouloir les défendre, ou à en avoir les moyens. Mais en vérité, qui de raisonnable les plaindra d’avoir obtenu le chaos qu’elles poursuivaient ?