Accueil » Virez-les » La gauche homosexualiste et sa haine du prolétariat.
Antiféminisme Aimeles

La gauche homosexualiste et sa haine du prolétariat.

Publié le 3 avril 2014 par Léonidas Durandal à 15 h 42 min

sociale qui fait la promotion du chaos familial.

 

 

L’opposition entre prolétariat et gauche homosexualiste.

Tandis que l’enfant prolétaire aurait besoin d’un père ou d’une mère équilibrés pour grandir et éviter ainsi la faillite sociale dû à sa fragilité financière, son savoir spécialisé et son absence de connaissances en termes de codes, la gauche bon teint ne voit pas le mal à favoriser des modèles familiaux explosés qui encourageront d’autant plus son système de pensée indifférenciée et individualiste. Les unions homosexuelles ont donc proliféré dans un cadre que l’on peut qualifier d’anti-prolétarien parce que loin de remettre en cause la position des familles bourgeoises, elles la consolide.

 Homo responsable

Retrouvez le blog de M Sani ici.

Les milieux les plus populaires pressentent très bien qu’ils n’ont rien à gagner à ce défaut de civilisation qui attaquent leurs familles. Les codes, ils leur sont étrangers. Les savoirs, ils en sont éloignés par une école toujours plus laxiste et toujours plus médiocre. Quant à l’argent n’en parlons même pas. Alors ceux-là résistent à cette idéologie mortifère, en particulier dans les banlieues, à tout prix.

 

Du côté de la gauche bon teint, de son élite bourgeoise et de ses roquets petits bourgeois, la situation intellectuelle est plus confortable. Au nom de la tolérance et du libéralisme, on peut ignorer désormais la réalité prolétarienne. Les « droits de la femme » et la cause homosexualiste sont les nouveaux paravents de sa bonne conscience et ceux par lesquels elle s’est d’ailleurs construite.

 

Le décalage.

Ainsi, les riches Parisiens peuvent faire élire des maires pro-homosexualistes, qu’ils soient de gauche ou de droite, tandis que le reste du pays menacé plus durement de faillite remet en cause le système politique qui nous a mené collectivement à la régression morale et économique actuelle. Car une oligarchie sociale s’est doublée d’une oligarchie spatiale dans notre pays. Et là où la richesse s’est concentrée plus qu’ailleurs, une dissolution des mœurs prospère et mieux acceptée, a entraîné un double parasitage du reste de la société. Il est si bon de pouvoir s’imaginer avoir de grandes idées en le faisant payer aux autres…

 hidalgoNKM

Les représentantes de l’Ile des Gagnants.

En plus des traditionnels professeurs de l’éducation nationale, des fonctionnaires de l’Etat dans leur ensemble, des artistes subventionnés, des associatifs faussement apolitisés, cette caste parasite se retrouve aujourd’hui tout en haut de l’échelle sociale, à Paris et dans quelques autres villes qui se développent encore, tandis que le rassemblement bleu marine est la première force politique presque partout ailleurs. A Paris, les bénéficiaires de l’exploitation des petits, majoritaires, se targuent encore de grandes idées et veulent les imposer à l’ensemble de la France, tandis que le prolétariat mourant des Français de souche en province, et même d’origine immigrée, commence à sentir la duperie. Nous en sommes donc à ce stade de dégénérescence avancée où après que nous eussions laissé la richesse produire le laxisme, le laxisme est en train de détruire la richesse et ne plus la réserver qu’à quelques uns. Et ces quelques nantis forment maintenant corps contre ce prolétariat qu’il en est venu à haïr pour ne pas avoir réussi à s’intégrer à son modèle de tolérance, incapable de comprendre que ce modèle de tolérance était la raison profonde de son manque “d’intégration”.

 

 

Exemple : « Eddy Bellegueule ».

 

Le succès du livre Eddy Bellegueule est à ce titre significatif. Le petit pédéraste de province Eddy s’exclut de son propre milieu dont il souffre, puis part pour le Paris tolérant où la gauche libertaire va assurer la promotion de son livre anti-prolétaire. L’enfant déstructuré et peut-être pervers a trouvé sa famille. Il a souffert, il fera souffrir ce prolétariat dégénéré. Et pour ce faire, la gauche bon teint l’accueillera pour devenir l’instrument de leur commune vengeance. Dans un rapport inversé, dans une double identité jamais assumée, Eddy Bellegueule reniera son milieu pour s’approprier les codes de sa nouvelle famille bourgeoise. Jamais, à l’image d’un enfant prolétaire du passé ayant réussi, il ne reviendra récolter chez lui les fruits de sa gloire. Au contraire, en s’affirmant, il acceptera que sa gloire s’appuie sur la destruction de “>

Lire la suite

13 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.