Accueil » Domination féminine » (Vidéo) La mentalité de contrôle féministe décuplé par l’Etat.
Antiféminisme Aimeles

(Vidéo) La mentalité de contrôle féministe décuplé par l’Etat.

Publié le 29 mars 2014 par Léonidas Durandal à 16 h 48 min

Du désir chez les femmes d’être écoutées, protégées, informées, surgit le désir de contrôler les hommes, la société et les femmes. Le féminisme est l’expression de ce désir déviant qui est relayé maintenant par l’Etat. En effet, ce genre de désirs devient de plus en plus insatiable quand il n’est pas tourné vers un homme dépositaire de l’autorité du couple. Le couple, puis la société peuvent alors passer sous le contrôle des femmes puis sombrer dans la dépression et la dictature. Comment ? Depuis de nombreuses années, le contrôle féministe s’est étendu dans les esprits. Plusieurs générations ont été formés sans repères paternels stables. Ces enfants arrivent maintenant dans la société avec leur mentalité “collaboratrice” : leur révolte ne pouvant plus se tourner contre l’Etat qui a la physionomie d’une femme, ils se confondent avec la société, sans esprit critique, sans possibilité de recul, malgré parfois l’expérience de parents sceptiques mais qu’ils ne reconnaissent plus justement parce qu’ils sont féminisés.

Cette vidéo de mademoizelle.com est à cet effet très caractéristique. De jeunes filles sans expérience s’adressent à la matrone de l’Etat, peut-être la future présidente de la République, avec un nouveau style, maîtrisant parfaitement tous les principes de logorrhée moderne. Confrontation de mentalité, noviciat contre expertise, inconscient collectif contre volonté indifférenciatrice. Leurs attitudes en disent beaucoup plus qu’elles ne le voudraient.

Si la vidéo précédente est désactivée, essayez sur Dailymotion :


La mentalité féministe : écraser les hommes et… par LeonidasDD

Si les vidéos précédentes ont été désactivées, essayez sur Youtube, partie 1 :

Et la partie 2 :

24 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    ” Tabassé pour une coupe de cheveux”, L’Express du 18/05/2018.

    A 12 ans, le gamin taperait sur sa mère, se colore les cheveux, et rejette toute forme de sanction de ses aînés. L’Etat ici empêche les populations d’immigrés d’éduquer leurs enfants. Du coup, il ne faut pas s’étonner d’avoir des racailles à profusion quelques années plus tard, et que l’Islam apparaisse là-bas comme la seule autorité crédible. En outre, il faut le dire, bravo pour les résultats du divorce qui ont bien contribué à perdre ce gamin.

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.