Accueil » Eglise/Religion » La notion de péché originel développé par les féministes
AIMELES Antiféminisme

La notion de péché originel développé par les féministes

Publié le 29 septembre 2020 par Léonidas Durandal à 17 h 17 min

par des femmes mais ça n’aurait aucune incidence sur leur comportement personnel. Par contre, les hommes domineraient l’espace public, seraient assez absents de l’espace privé, et pourtant ils auraient une mainmise domestique totale sur les femmes et les enfants. Trouvez la cohérence.

 

L’impasse des fausses religions

Toujours pécheurs, les hommes et les femmes féministes de notre société, ne cessent de se justifier, de se mortifier, d’accuser le voisin aussi. Ils sont en recherche d’absolution et ils ne la trouveront jamais dans un dogme qui vit de son puritanisme, qui vit de la culpabilité de ses pratiquants. Ils ont fini par aimer leur prison, comme nous finissons tous par aimer notre misère, à préférer les souffrances que nous connaissons plutôt qu’un avenir incertain.

Cette religion, incohérente, dogmatique, limite sectaire (enfermement maternel) ne peut s’appuyer que sur un passé mythifié, à propos duquel rien ne peut être prouvé, et qui relève de la croyance. La religion progressiste s’immisce là où le vide catholique s’est installé. Ses contours bêtifiant restent préférables au vide d’une société qui a rejeté le christianisme mais qui en applique toujours ses préceptes à son corps défendant, dont le péché originel, la notion de paradis perdu. Ces valeurs devenues folles aurait dit Chesterton… le communisme, le socialisme, le féminisme les ont reprisent à leur compte. Toutes, des régressions matriarcales qui abusent du pouvoir de la mère sur ces enfants que nous resteront à jamais, et ceci pour nous faire adhérer à des balivernes flatteuses et rassurantes nommées égalité, justice sociale, société du soin (care), et dont l’envers est soutenu par notre jalousie et notre paresse.

2 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Le pire, c'est que je pense que plus de 90 % des Français adhèrent, d'une manière ou d'une autre, à toutes les balivernes dont vous parlez dans votre texte.

    Cordialement,

    Cyrus

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Mediapart se dote d'un «gender editor», une première en France" Figaro du 01/10/2020.

    « Cette personne sera chargée de «veiller de manière transversale à ce que le journal soit inclusif dans son traitement éditorial et dans son fonctionnement interne», explique le média. »

    Nous ne sommes plus très loin du goulag.